Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Le Shin Bet met en garde contre une hausse des menaces contre des magistrats – TV

Un responsable aurait établi un lien direct entre la rhétorique "extrême et dangereuse" des élus de la coalition et les menaces contre Hayut et Baharav-Miara

Des Israéliens de droite participent à un rassemblement en faveur de la refonte judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 30 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Des Israéliens de droite participent à un rassemblement en faveur de la refonte judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 30 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

L’agence de sécurité intérieure du Shin Bet aurait mis en garde dimanche contre des menaces croissantes à l’encontre de la présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, et de la procureure générale, Gali Baharav-Miara, tous deux cibles privilégiées de personnalités de droite en raison de leur opposition à certaines mesures gouvernementales.

Ces avertissements ont été exprimés lors d’une évaluation de la situation organisée par l’agence dimanche, a rapporté la Treizième chaîne.

Au cours de cette évaluation, les fonctionnaires ont identifié ce qu’ils considèrent comme des menaces croissantes à l’encontre de personnalités du système judiciaire, en particulier Hayut et Baharav-Miara.

Elles se sont toutes les deux vivement opposées au gouvernement sur la plupart des aspects de la réforme judiciaire, qui vise à réduire la capacité des juges ou des procureurs généraux à remettre en cause les décisions du gouvernement.

Selon le reportage, les fonctionnaires présents à la réunion ont établi un lien direct entre la rhétorique des législateurs du gouvernement et les menaces visant Hayut et Baharav-Miara.

« Nous ne sommes pas loin du jour où quelqu’un essaiera de faire couler du sang ici », aurait déclaré un responsable anonyme des forces de l’ordre.

« Au lieu d’essayer de calmer les choses, les ministres et les membres de la Knesset font exactement le contraire et s’expriment de manière extrême et dangereuse. »

La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, lors de l’audition des recours contre la « loi de Tibériade », à la Haute Cour de Jérusalem, le 30 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Le reportage ne précise pas la nature des menaces et ne donne pas de détails sur leur fréquence. Hayut et Baharav-Miara ont déjà fait l’objet de la présence de gardes du corps armés.

Les dirigeants de la coalition ont rejeté l’autorité de la Cour suprême pour retarder la mise en œuvre d’une nouvelle loi qui élimine la capacité de la Cour ou du procureur général à ordonner à un Premier ministre de se récuser dans des cas de conflit d’intérêts.

« Aucun tribunal n’a non plus le pouvoir d’annuler les résultats des élections et d’autoriser la destitution d’un Premier ministre, ce qui abolirait la démocratie dans ses fondements », ont déclaré les dirigeants de la coalition dans un communiqué, après que la Cour a émis une injonction temporaire pour geler la loi.

La procureure générale Gali Baharav-Miara arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au Bureau du premier ministre à Jérusalem, le 9 juillet 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/Pool Photo via AP)

Dimanche, deux députés de la coalition ont également dénoncé la virulence du Shin Bet, Ronen Bar, qui a averti que les actes terroristes commis par des Israéliens juifs alimentaient le terrorisme palestinien, l’un d’eux accusant Bar de faire partie d’un soi-disant « État profond ».

Le Shin Bet est chargé de protéger les personnalités politiques, les représentants de l’État et d’autres personnes, et il renforce régulièrement ses mesures en cas de menaces ou de climat politique tendu.

La refonte du système judiciaire promue par le gouvernement Netanyahu a donné lieu à de profondes divisions sociétales, faisant resurgir le spectre de la violence politique.

Une femme participe à un rassemblement en faveur de la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 1er juin 2023. Sur la pancarte, on peut lire « Saviez-vous que sur les 24 lois annulées par la Haute Cour, Esther Hayut était sur le banc pour 14 d’entre elles ? La marche de la honte de la Haute Cour doit être stoppée ! ». (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le mois dernier, le ministre de la Coopération régionale, David Amsalem, a déclaré que Baharav-Miara était « la personne la plus dangereuse » en Israël et qu’elle représentait une menace évidente pour la démocratie. Il l’a également accusée de protéger les manifestants contre les poursuites judiciaires.

Amsalem et d’autres députés ont réclamé le renvoi de Baharav-Miara. Hayut devrait quitter ses fonctions en octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.