Rechercher

Les chercheurs redécouvrent l’autel médiéval originel de l’église du Saint-Sépulcre

Le sanctuaire aurait été utilisé par le clergé catholique jusqu’à la prise de Jérusalem par les musulmans en 1244, puis par l’église orthodoxe grecque jusqu’à l'incendie de 1808

La dalle de pierre, un autel au temps des Croisades, dans l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, le 11 avril 2022. (Crédit : Amanda Borschel-Dan/TOI)
La dalle de pierre, un autel au temps des Croisades, dans l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, le 11 avril 2022. (Crédit : Amanda Borschel-Dan/TOI)

Selon une information de Reuters, des chercheurs chargés de fouilles dans l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem ont annoncé, mercredi, avoir redécouvert la section principale du maître-autel médiéval situé dans le chœur de l’église à l’époque des croisades.

La dalle de pierre de 2,5 x 1,5 mètre, couverte de nombreuses inscriptions, a été découverte dans le cadre de travaux de rénovation du saint lieu de la chrétienté. L’église est en effet construite à l’endroit où les chrétiens pensent que Jésus a été crucifié, enterré et ressuscité, événement central de la foi chrétienne célébré chaque printemps à Pâques – cette année le 17 avril.

« Le travail des gens de l’art, des archéologues, profite à la croyance de l’église, à la conviction de l’église, qu’il s’agit du lieu… où Jésus-Christ a été crucifié… enterré et où il est revenu d’entre les morts », a déclaré à Reuters l’archevêque Aristarchos de Constantine, secrétaire en chef du Patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem.

Les chercheurs de la basilique de Jérusalem pensent que les ornements décoratifs trouvés à l’arrière de la dalle correspondent à l’autel décrit par des pèlerins lors de la fondation de l’église par les Croisés en 1149 et corroborent de précédentes découvertes archéologiques.

Les résultats de cette fouille devraient être publiés par la Société d’exploration d’Israël en 2022.

« Ce cas est réellement fascinant », a confié Amit Re’em au Times of Israel cette semaine. Amit Re’em est archéologue, responsable régional pour Jérusalem au sein de l’Autorité israélienne des antiquités.

« On ne voit plus rien aujourd’hui, mais à l’origine, il était incrusté de morceaux de marbre précieux, de morceaux de verre, de petits morceaux de marbre finement ouvragés », a déclaré Re’em à Reuters, premier à avoir publié l’information de la découverte. « Ce devait être très brillant, une œuvre d’art vraiment incroyable. »

Re’em mène les fouilles en tandem avec Ilya Berkovich, de l’Académie autrichienne des sciences.

Les chercheurs pensent que les décorations appartiennent au courant « cosmatesque », qui associe motifs classiques, byzantins et islamiques anciens. Ils ont indiqué que des autels de style similaire avaient été découverts à l’intérieur d’églises, à Rome, datant des 12e et 13e siècles.

« Il se trouvait dans le chœur, dans le sanctuaire de l’Église (du Saint-Sépulcre) », a précisé Re’em, là où les pèlerins et fidèles pouvaient le voir pendant la messe.

L’Église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, le 11 avril 2022. (Crédit : Amanda Borschel-Dan/TOI)

Re’em a ajouté que l’autel avait été utilisé par le clergé catholique jusqu’à la prise de Jérusalem par les musulmans en 1244, avant d’être utilisé par l’église orthodoxe grecque jusqu’en 1808, date à laquelle il a été endommagé dans un incendie.

« Il s’est perdu dans la brume du temps pendant des décennies, jusqu’à ce que nous le redécouvrions il y a quelques années », a précisé Re’em dans une vidéo de Reuters.

Re’em a ajouté que la dalle de pierre avait été oubliée car située dans un coin sombre de l’église, posée à l’envers et recouverte d’inscriptions laissées par les pèlerins.

La pierre a récemment été retournée dans le cadre de la rénovation de l’église et les archéologues ont été surpris d’y découvrir des pierres incrustées colorées, a conclu Re’em.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...