Les Juifs du Kosovo saluent l’accord entre leur État musulman et Israël
Rechercher

Les Juifs du Kosovo saluent l’accord entre leur État musulman et Israël

L'ancien refus de Jérusalem de reconnaître le Kosovo avait été incompris ; un nouveau vent d'acceptation internationale donne à la population locale l'espoir d'un avenir meilleur

Les drapeaux kosovar et américain flottent à Pristina, au Kosovo, le 29 juin 2020. (Ferdi Limani/ Getty Images via JTA)
Les drapeaux kosovar et américain flottent à Pristina, au Kosovo, le 29 juin 2020. (Ferdi Limani/ Getty Images via JTA)

JTA – Pour Flori Dedoni, membre de la petite communauté juive du Kosovo, la nouvelle que son pays établit des liens diplomatiques formels avec Israël est un motif de réjouissance.

Jusqu’à la semaine dernière, Israël faisait partie des dizaines de pays qui n’avaient pas reconnu le territoire à majorité musulmane pris en sandwich entre l’Albanie et la Serbie.

« Quand quelqu’un apprend que je suis Juif, il demande généralement, à un moment donné de la conversation, pourquoi Israël ne nous reconnaît pas », a déclaré M. Dedoni. « Maintenant, c’est enfin arrivé et le sentiment est à la fête. En plus, je n’ai plus besoin d’expliquer. »

La reconnaissance implicite du Kosovo par Israël fait partie d’un accord tripartite annoncé le 4 septembre par la Maison Blanche. Selon l’annonce, la Serbie, qui revendique la propriété du territoire du Kosovo et qui a lutté contre la reconnaissance internationale de sa déclaration d’indépendance en 2008, a accepté de coopérer sur certaines questions économiques avec le gouvernement de la région sécessionniste.

L’accord stipule que les deux pays ouvriront des ambassades à Jérusalem – un projet qu’Israël et les États-Unis mettent en avant, malgré l’opposition des Palestiniens et de l’Union européenne, qui affirment que la ville ne devrait être reconnue comme capitale d’Israël qu’après un accord de paix avec les Palestiniens.

Les États-Unis sont l’un des 116 pays qui reconnaissent le Kosovo, une nation enclavée comptant environ 1,8 million d’habitants et dont la superficie équivaut à peu près à la moitié de celle du New Jersey. La Chine, la Russie et l’Inde, entre autres puissances, ne l’ont pas fait. Leur non-reconnaissance, ainsi que celle d’autres pays importants comme l’Espagne, Israël, le Maroc et l’Ukraine, est considérée comme un problème de cohérence : ils craignent d’encourager les déclarations unilatérales d’indépendance dans les territoires qu’ils contrôlent.

Une statue de l’ancien président américain Bill Clinton est représentée sur un boulevard portant son nom, à Pristina, au Kosovo, le 23 juin 2020. (Armend Nimani/AFP)

Mais la position d’Israël a été accueillie avec incompréhension au Kosovo, dont la population est majoritairement pro-américaine et possède une longue tradition de philo-sémitisme. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Kosovars et les Albanais ont sauvé des Juifs locaux et aidé les réfugiés fuyant d’autres pays occupés par les nazis.

« Il est ironique qu’Israël ne nous reconnaisse pas », a déclaré le président kosovar Hashim Thaçi dans une interview accordée à Ynet en 2016.

La quête de reconnaissance du Kosovo, qui dure depuis 12 ans, et l’opposition constante des grandes puissances mondiales ont amené Dedoni et sa femme à se demander s’il s’agissait du meilleur endroit pour élever leur fils de 7 ans, Lior. Dedoni est ingénieur technique et membre du corps diplomatique juif du Congrès juif mondial.

Le Premier ministre du Kosovo, Hashim Thaci, dépose une gerbe de fleurs à Pristina, le 23 mai 2013, sur la plaque commémorative à la mémoire des Juifs du Kosovo qui ont péri dans la Shoah, à l’endroit où se trouvait la dernière synagogue du Kosovo jusqu’en 1963. (Armend Nimani/AFP)

« Cela crée toutes sortes de problèmes, y compris des problèmes de visa et de voyage, quand une grande partie du monde ne reconnaît pas votre pays, votre passeport », a déclaré M. Dedoni. « Nous voulons que le Kosovo réussisse et nous le souhaitons, mais avec toutes les difficultés, nous nous demandions s’il deviendrait un jour un pays pleinement reconnu, parce que vous voulez aussi donner à votre enfant le meilleur départ dans la vie. »

Les Dedoni envisagent d’immigrer en Israël depuis plusieurs années, mais la nouvelle reconnaissance israélienne de leur pays et l’apparente propension de la Serbie à normaliser ses relations avec le Kosovo donnent aux Dedoni « un nouvel espoir » de rester sur place, a-t-il déclaré.

Il n’est pas clair si Israël reconnaîtra officiellement le Kosovo au-delà des termes de l’ambassade – une source serbe anonyme a déclaré au Times of Israël qu’une déclaration officielle « détruirait » les relations d’Israël avec la Serbie.

Mais, quoi qu’il en soit, la nouvelle a dynamisé la communauté juive locale d’une centaine de personnes, qui est basée dans la capitale kosovare, Pristina, bien qu’elle n’y ait pas de synagogue. Ses membres se réunissent pour les repas du Shabbat et des fêtes dans un hôtel de Pristina qui appartient à un Albanais musulman passionné par le judaïsme – en particulier la Kabbale et le livre de mystique du Zohar, a déclaré M. Dedoni.

« Il y a une atmosphère d’excitation » dans la communauté en ce moment, a-t-il ajouté.

Des enfants des membres de la communauté juive du Kosovo étudient l’hébreu dans un camp d’été en 2020. (Autorisation de Flori Dedoni)

Dedoni est né au Kosovo, mais beaucoup d’autres membres de sa communauté sont citoyens d’Israël et employés par des entreprises internationales actives au Kosovo, a-t-il déclaré. Environ 50 personnes assistent régulièrement aux offices du Shabbat, a-t-il dit. La plupart d’entre elles gagnent des salaires bien supérieurs au salaire mensuel moyen du pays, qui est d’environ 500 dollars, mais qui sont équivalents aux revenus des autres Kosovars employés dans des professions hautement qualifiées.

Les Juifs kosovars aiment aussi Donald Trump. Le président américain n’est pas réputé pour sa popularité dans les pays musulmans, où beaucoup pensent qu’il nourrit une animosité anti-musulmane, entre autres raisons, parce qu’il a limité les visas de voyage pour les citoyens de plusieurs pays à majorité musulmane.

Mais dans un sondage de l’institut Gallup de 2018, le soutien à Trump était d’environ 75 % au Kosovo, plus élevé que partout ailleurs en Europe (suivi par l’Albanie, avec 72 %). Dans le sondage Gallup de cette année, le taux d’approbation au Kosovo est passé à 82 %, à nouveau le plus élevé d’Europe.

Dedoni attribue cela aux annonces d’accords diplomatiques qui ont été conclus ce mois-ci.

Au Kosovo, « Trump est l’Amérique, et l’Amérique, ainsi qu’Israël, sont synonymes de succès et de liberté », a déclaré M. Dedoni.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...