La Serbie n’ouvrira pas d’ambassade à Jérusalem si Israël reconnaît le Kosovo
Rechercher

La Serbie n’ouvrira pas d’ambassade à Jérusalem si Israël reconnaît le Kosovo

La Serbie tolère une "relation diplomatique" avec Pristina, mais une reconnaissance totale "détruirait" les liens d'Israël avec Belgrade, selon une source serbe

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Donald Trump écoute son homologue serbe Aleksandar Vučić parler lors d'une cérémonie de signature avec le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti, dans le bureau ovale de la Maison Blanche, vendredi 4 septembre 2020, à Washington. (AP Photo/Evan Vucci)
Le président Donald Trump écoute son homologue serbe Aleksandar Vučić parler lors d'une cérémonie de signature avec le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti, dans le bureau ovale de la Maison Blanche, vendredi 4 septembre 2020, à Washington. (AP Photo/Evan Vucci)

La Serbie ne tiendra pas sa promesse de déplacer son ambassade à Jérusalem si Israël reconnaît son ennemi le Kosovo, a averti mercredi une source proche du gouvernement de Belgrade, ajoutant que la reconnaissance officielle de la déclaration d’Indépendance de Pristina en 2008 par Israël « détruirait » la relation de l’Etat juif avec la Serbie.

« Cela pourrait finir par être une vraie pagaille, à moins qu’il n’y ait un compromis sur le type de relation qu’Israël finira par avoir avec le Kosovo », a déclaré la source au Times of Israel, sous couvert d’anonymat.

« Les relations diplomatiques avec le Kosovo sont une chose, la reconnaissance en tant que pays indépendant en est une autre. Cela détruirait les liens entre Israël et la Serbie », d’après la source.

Vendredi, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié un communiqué annonçant que le Kosovo et Israël avaient décidé « d’établir des relations diplomatiques complètes entre les deux pays ».

L’entente faisait apparemment partie d’un accord entre le Kosovo et la Serbie négocié par l’administration américaine. Ces deux rivaux régionaux qui ne se reconnaissent pas ont chacun signé des accords séparés avec les Etats-Unis concernant la normalisation des relations économiques entre les deux pays des Balkans.

Belgrade, dans son accord avec les États-Unis, a promis de déplacer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem d’ici le 1er juillet 2021. L’accord avec Pristina stipule que « le Kosovo et Israël acceptent de se reconnaître mutuellement ».

Lors de la cérémonie de signature de vendredi à la Maison Blanche, le président serbe Aleksandar Vučić a mentionné qu’il y avait eu une « grande bataille » entre la Serbie et les Etats-Unis au sujet de la reconnaissance du Kosovo par Israël.

« Ils pensaient que nous devrions appeler Israël à reconnaître le Kosovo, et nous avons dit que nous ne pouvions pas parce que cela saperait notre politique », a-t-il déclaré. « Nous avons dit que si Israël et Pristina sont d’accord sur ce point – très bien. Nous avons également dit à Israël que s’ils respectent la Serbie, alors notre pays déplacera l’ambassade à Jérusalem. »

Certains analystes ont compris la dernière référence, concernant la nécessité pour Israël de « respecter la Serbie », comme une indication que le pays ne déplacerait son ambassade que si l’Etat juif s’abstenait de reconnaître le Kosovo.

« Vučić a déclaré que la décision d’Israël de reconnaître le Kosovo n’est pas liée à l’accord [signé à la Maison Blanche] et qu’il s’agissait de la propre décision d’Israël, et également que le transfert de l’ambassade de Serbie à Jérusalem est conditionné au respect par Israël des intérêts de la Serbie », a fait savoir Arthur Koll, ancien ambassadeur d’Israël en Serbie, sur le site web Media Line.

« C’est un important indice qu’ils ne transféreront pas du tout leur ambassade. »

Les premières questions sur l’engagement de la Serbie à ouvrir une ambassade à Jérusalem ont été soulevées vendredi, après l’air perplexe affiché par Vučić lors de l’annonce du bureau ovale du président américain Donald Trump, selon laquelle la Serbie avait accepté de déplacer sa mission dans l’année.

La vidéo d’une cérémonie de signature montrait Vučić, assis à la droite de Trump, feuilletant l’accord qu’il venait de signer. Il regarde ensuite sur sa droite – apparemment vers un assistant debout – et se touche le front, dans une apparente confusion, avant de lisser ses cheveux.

Des spéculations effrénées s’en sont suivi sur les réseaux sociaux, selon lesquelles le dirigeant serbe ne savait pas ce qu’il venait de signer, mais il a depuis précisé qu’il était bien au courant du contenu de l’accord.

S’adressant au Times of Israel, la source serbe, qui clame avoir rencontré Vučić à plusieurs reprises ces derniers jours, y compris après la cérémonie de Washington, a souligné qu’une sorte de « relation diplomatique » entre Jérusalem et Pristina serait acceptable, mais non une reconnaissance formelle de la République du Kosovo en tant qu’État souverain.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic dans le bureau du Premier ministre Netanyahu à Jérusalem. Le 1er décembre 2014, le Premier ministre Netanyahu a rencontré le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic dans son bureau de Jérusalem. (Crédit photo : Kobi Gideon / GPO)

« Je peux vous dire que la Serbie ne déplacera pas son ambassade à Jérusalem si Israël reconnaît le Kosovo comme un pays indépendant », a souligné la source. « De plus, cette décision d’Israël nuirait à la relation par ailleurs intime entre Israël et la Serbie, et elle ne sera plus jamais la même. C’est aussi simple que cela. Les gens en Israël devraient comprendre cela. »

A la question de savoir si la Serbie n’avait pas tacitement accepté que le Kosovo et Israël établissent des relations, la source indique que les deux parties ont signé des documents séparés. « Le document signé par Vučić ne dit rien sur la reconnaissance du Kosovo par Israël. »

Le statut juridique actuel de la reconnaissance du Kosovo par Israël n’est pas très clair. Netanyahu a affirmé à plusieurs reprises que le Kosovo et Israël avaient convenu une reconnaissance mutuelle, mais aucun document officiel établissant des relations diplomatiques n’a été signé.

« Le Kosovo sera le premier pays à majorité musulmane à ouvrir une ambassade à Jérusalem. Comme je l’ai dit ces derniers jours, le cercle de paix et de reconnaissance d’Israël s’élargit et d’autres pays devraient le rejoindre », a annoncé  vendredi Netanyahu.

Les pays n’établissent des ambassades que dans les pays avec lesquels ils ont des relations diplomatiques complètes.

Le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti a rapporté vendredi avoir parlé à Netanyahu au téléphone. “Nous étions d’accord pour établir des relations diplomatiques », a-t-il dit.

Le bureau du Premier ministre a annoncé samedi que, « suite aux consultations de ces deux derniers jours avec le ministère des Affaires étrangères, le Conseil national de sécurité et d’autres éléments, Israël et le Kosovo établiront des relations diplomatiques ».

Netanyahu et Vučić devraient s’entretenir par téléphone vendredi.

Le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem et l’ambassade de Serbie à Tel-Aviv n’ont, pour l’heure, pas souhaité commenter ces informations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...