Les organismes juifs US saluent la reconnaissance du génocide arménien par Biden
Rechercher

Les organismes juifs US saluent la reconnaissance du génocide arménien par Biden

Par le passé, des organisations juives ont fait pression pour empêcher les USA de reconnaître le génocide, en partie pour protéger les liens stratégiques d'Israël avec la Turquie

Des soldats américains montent la garde sur le toit de l'ambassade des États-Unis, à l'arrière-plan, alors que des membres du club d'Ankara appelé Seymen dansent en habits traditionnels lors d'une manifestation contre une déclaration du président américain Joe Biden, à Ankara, en Turquie, lundi 26 avril 2021. (AP Photo/Burhan Ozbilici)
Des soldats américains montent la garde sur le toit de l'ambassade des États-Unis, à l'arrière-plan, alors que des membres du club d'Ankara appelé Seymen dansent en habits traditionnels lors d'une manifestation contre une déclaration du président américain Joe Biden, à Ankara, en Turquie, lundi 26 avril 2021. (AP Photo/Burhan Ozbilici)

WASHINGTON (JTA) – Un mercredi d’octobre 2007, sept législateurs juifs de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants ont fait quelque chose d’extraordinaire : ils ont ignoré les appels de l’establishment juif.

Les politiciens juifs étaient souvent heureux de promouvoir les intérêts des organisations juives parce que cela correspondait à leurs idéaux.

À cette occasion, plusieurs puissants lobbys de la communauté juive ont fait pression sur la commission pour qu’elle ne soutienne pas un projet de loi qui reconnaîtrait comme un génocide les massacres ottomans de 1915 d’environ 1,5 million d’Arméniens pendant la Première Guerre mondiale.

Le projet de loi a été adopté par la commission lors d’un vote historique mais a finalement échoué. Ce n’est que ce week-end que le président américain Joe Biden est entré dans l’histoire en devenant le premier président américain à reconnaître officiellement le génocide arménien. (Ronald Reagan a, à une occasion, qualifié en passant les massacres de génocide).

Parmi les nombreuses organisations qui ont salué la déclaration de M. Biden figurent au moins deux des organisations juives qui avaient fait pression contre la reconnaissance il y a 14 ans, l’American Jewish Committee et l’Anti-Defamation League.

Des Arméniens-Américains manifestent contre le génocide arménien à Beverly Hills, en Californie, le samedi 24 avril 2021. Le meurtre et la déportation systématiques de plus d’un million d’Arméniens par les forces de l’Empire ottoman au début du XXe siècle étaient un « génocide », ont officiellement déclaré les États-Unis samedi, le président Joe Biden ayant utilisé ce mot précis alors que la Maison Blanche l’avait évité pendant des décennies par crainte de s’aliéner son allié la Turquie. (AP Photo/Damian Dovarganes)

Qu’est-ce qui a changé depuis 2007 ?

C’est très simple : l’alliance Turquie-Israël s’est effondrée.

La Turquie interprète la critique de l’Empire ottoman comme une attaque de l’État moderne et affirme que toute mort en 1915 – pas plus de 300 000, selon la nation – doit être comprise dans le contexte d’une guerre qui a fait de nombreuses victimes dans les deux camps.

À l’époque où le projet de loi était en discussion, la Turquie était l’allié régional le plus proche d’Israël et, avec la Jordanie, l’un des deux seuls alliés à majorité musulmane. L’AIPAC, l’ADL et l’AJC, ainsi que quelques organisations plus petites, ont clairement fait savoir à la commission des affaires étrangères qu’il valait mieux que le projet de loi ne soit jamais soumis à la Chambre des représentants des États-Unis.

La coutume pour les questions liées à Israël, à l’époque comme aujourd’hui, était que les organisations juives fassent des législateurs juifs leur première étape de lobbying : les membres juifs étaient les plus susceptibles de prendre la tête d’un dossier favori au Congrès. (Ce n’est guère inhabituel : d’autres lobbies de minorités adoptent la même tactique).

Les législateurs juifs ont souvent écouté l’establishment juif. Sauf dans ce cas.

Le 10 octobre 2007, lors d’une réunion de la commission qui a duré des heures, sept des huit démocrates juifs de la commission ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas en bonne conscience nier un génocide alors qu’ils ont été si souvent contraints de dénoncer la négation de la Shoah.

Certains d’entre eux ont regardé quatre survivants du génocide arménien, trois nonagénaires et un centenaire, et ont voté « oui ». Quelques-uns ont dit qu’ils venaient seulement de décider de voter par l’affirmative.

Des chefs religieux entonnent un chant lors d’une cérémonie à la mémoire des victimes du génocide arménien au monument du génocide arménien de Montebello, en Californie, samedi 24 avril 2021. (AP Photo/Damian Dovarganes)

« C’est avec le cœur lourd que je vais voter pour cette résolution », a déclaré le représentant Eliot Engel de New York, l’un des amis les plus fiables du lobby pro-israélien, en déposant son bulletin de vote.

Brad Sherman, de Californie, a déclaré que sa vie passée à défendre la cause juive ne lui laissait pas le choix.

« Le déni de génocide n’est pas seulement la dernière étape d’un génocide, c’est la première étape du prochain génocide », a-t-il déclaré.

Dans les mois qui ont précédé le vote, il y a eu une pression totale contre l’avancement de la résolution. Des responsables turcs se sont rendus à Washington pour défendre leur cause, souvent lors d’événements privés organisés par des organisations juives.

Il en est de même pour les responsables de la communauté juive turque qui ont rencontré des personnes influentes en marge de la conférence de l’AIPAC cette année-là et ont fait savoir en termes très clairs, que leur existence confortable le serait moins si le Congrès adoptait la loi. En fin de compte, le comité a approuvé le projet de loi – une première – mais il est mort à la Chambre.

En privé, les responsables des organisations juives ont reconnu qu’ils se méfiaient de l’orientation islamiste que le Premier ministre Recep Erdogan donnait au pays. Trois ans plus tard, après la crise du Mavi Marmara, lorsque des commandos israéliens ont attaqué un convoi battant pavillon turc qui tentait de briser le blocus israélien de la bande de Gaza, la crise a éclaté au grand jour.

Les commandos israéliens ont tué 10 citoyens turcs (dont un avait la double nationalité américaine) lors des affrontements à bord de l’un des navires. Dix soldats israéliens ont été blessés. Erdogan a rappelé l’ambassadeur turc et annulé les exercices militaires conjoints israélo-turcs.

Footage taken from Mavi Marmara security cameras, showing the activists onboard as they prepare to attack incoming IDF soldiers on May 31, 2010 (photo credit: IDF Spokesperson/Flash90)
Les images des caméras de sécurité du Mavi Marmara montrent des activistes à bord alors qu’ils se préparent à attaquer les soldats de Tsahal le 31 mai 2010. (Crédit photo : Porte-parole de l’armée israélienne/Flash90)

La relation ne s’est jamais complètement rétablie et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réussi à se trouver d’autres alliés à majorité musulmane dans la région. Erdogan est devenu l’un des rares alliés du Hamas, l’ennemi palestinien mortel d’Israël.

En 2016, les principales organisations juives ont fait pression pour la reconnaissance du génocide arménien, y compris l’ADL et l’AJC. Le Congrès a reconnu le génocide l’année dernière sans que les Juifs ne protestent.

En fait, les deux principales organisations juives qui avaient fait pression en 2007 contre la reconnaissance du génocide ont exprimé ce week-end leur soutien à Biden. (L’AIPAC n’a pas fait de commentaire).

« Cette mesure, qui aurait dû être prise depuis longtemps, est essentielle pour sensibiliser le public aux atrocités commises contre le peuple arménien et pour lutter contre d’autres atrocités de masse qui se produisent aujourd’hui », a déclaré l’ADL.

Le directeur exécutif de l’American Jewish Committee, David Harris, a décrié ceux qui cèdent à la pression.

« Malgré les promesses de certains, aucun autre dirigeant américain n’a voulu dire toute la vérité », a déclaré Harris sur Twitter. « Au lieu de cela, ils ont cédé à la pression de la Turquie. Ce faisant, ils ont sacrifié la vérité à l’opportunisme politique. Le président Biden ne l’a pas fait. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...