Les pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran pourraient se déplacer à Oman
Rechercher

Les pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran pourraient se déplacer à Oman

Riyad et Téhéran ont négocié sous l'égide de l'Irak, notamment au sujet du Yémen ; la prochaine session pourrait se tenir à Mascate, signe d'un agenda régional beaucoup plus large

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, au centre à droite, accompagne le premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi à son arrivée à l'aéroport international de Riyad, en Arabie saoudite, le 31 mars 2021. Kadhimi s'est rendu en Arabie saoudite peu avant une première série de pourparlers directs tenus en avril à Bagdad entre les rivaux régionaux que sont l'Arabie saoudite et l'Iran. (Crédit : Bandar Aljaloud/Palais royal saoudien via AP,Fichier)
Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, au centre à droite, accompagne le premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi à son arrivée à l'aéroport international de Riyad, en Arabie saoudite, le 31 mars 2021. Kadhimi s'est rendu en Arabie saoudite peu avant une première série de pourparlers directs tenus en avril à Bagdad entre les rivaux régionaux que sont l'Arabie saoudite et l'Iran. (Crédit : Bandar Aljaloud/Palais royal saoudien via AP,Fichier)

Alors que les négociations sur le programme nucléaire iranien avancent péniblement à Vienne, des discussions parallèles entre Téhéran et un grand rival devraient reprendre cet été.

Les médias ont révélé en avril que des responsables iraniens et saoudiens se sont rencontrés à Bagdad ce mois-là, leur première réunion de haut niveau depuis que Riyad a rompu ses liens diplomatiques avec Téhéran en 2016. Une deuxième série de rencontres a eu lieu en mai, également à Bagdad.

Aucune percée régionale globale n’est attendue de sitôt, et les deux parties n’ont pas encore convenu de mesures spécifiques.

« Ces pourparlers ne devraient être accueillis qu’avec un optimisme prudent et des attentes limitées », estime Albert Wolf, professeur adjoint de sciences politiques à l’Université américaine d’Asie centrale.

Mais les deux premiers cycles se sont suffisamment bien déroulés pour justifier un troisième cycle, probablement dans les prochaines semaines. Si les pourparlers restent étroitement axés sur le conflit au Yémen, ils n’auront pas beaucoup d’effet sur la situation diplomatique ou sécuritaire d’Israël.

Mais s’ils sortent de l’Irak et s’étendent à des questions régionales plus larges, cela pourrait être un signe encourageant pour Jérusalem qui approfondit ses liens avec de nouveaux partenaires arabes. Le Times of Israël a appris qu’un lieu potentiel pour ces discussions élargies était Oman – un médiateur régional en puissance et un futur signataire potentiel des accords d’Abraham.

Guerre froide

Les Saoudiens et les Iraniens sont des rivaux naturels. Riyad se voit comme le leader du monde sunnite et même musulman, tandis que l’Iran se présente comme le porte-drapeau du camp chiite, soutenant des mouvements – dont beaucoup sont armés – dans tout le Moyen-Orient. Le fait que la minorité chiite importante de l’Arabie saoudite vive dans la province orientale, riche en pétrole, ne fait qu’ajouter à l’inquiétude saoudienne concernant les réseaux régionaux de mandataires de l’Iran.

Procession funéraire pour le chef des Houthis Saleh al-Samad et ses 6 gardes du corps, à Sanaa, après son assassinat par des frappes saoudiennes, le 28 avril 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Mohammed HUWAIS)

Les Saoudiens sont également fermement dans le camp pro-occidental, soutenu par les États-Unis, tandis que l’Iran est violemment anti-américain, et dirige des attaques contre les troupes et les civils américains depuis la Révolution islamique de 1979, les États-Unis ayant parfois recours à la force militaire contre les troupes et les mandataires iraniens.

La guerre froide entre les deux camps a entraîné un bain de sang dans tout le Moyen-Orient, y compris à la frontière sud-ouest de l’Arabie saoudite, au Yémen.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite est entrée en guerre au Yémen le 25 mars 2015, alors que les Houthis menaçaient de prendre la ville portuaire d’Aden et d’écraser complètement le gouvernement reconnu par la communauté internationale. Les Saoudiens ont promis que l’offensive – fruit du travail du prince héritier Mohammed ben Salmane – serait terminée en peu de temps.

Six ans plus tard, les combats font rage. La guerre a tué quelque 130 000 personnes, dont plus de 13 000 civils tués dans des attaques ciblées, selon le Armed Conflict Location & Event Project.

Hussein Ibish, chercheur résident senior à l’Institut des États arabes du Golfe à Washington. (Autorisation)

La guerre s’est également transformée en un conflit régional, les Saoudiens utilisant des armes de fabrication américaine dans des frappes aériennes internationalement critiquées qui tuent des civils, et l’Iran étant lié aux armes utilisées par les Houthis pour cibler le royaume.

Le désir des Saoudiens de discuter avec l’Iran vise avant tout à trouver un moyen de sortir du bourbier yéménite, a expliqué Hussein Ibish, chercheur résident principal à l’Institut des États arabes du Golfe à Washington.

« C’est vraiment l’Arabie saoudite qui cherche à obtenir l’adhésion et le soutien de l’Iran – et peut-être la pression sur les Houthis – pour faciliter un accord yéménite qui permettrait à l’Arabie saoudite de se tirer d’affaire, pour ainsi dire. »

L’élection du président américain Joe Biden – qui est beaucoup plus critique à l’égard du bilan des Saoudiens en matière de droits de l’homme que son prédécesseur Donald Trump – est une raison majeure pour laquelle les Saoudiens cherchent une issue au Yémen.

« Il y a un certain nombre de facteurs qui ont conduit les dirigeants saoudiens à recalculer ou à recalibrer leurs positions vis-à-vis de l’Iran », a déclaré Sanam Vakil, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Chatham House à Londres. « Cela pourrait être catégorisé comme une faiblesse, mais aussi comme une prise de conscience qu’ils ne reçoivent pas autant de confort qu’ils le souhaiteraient de la part des États-Unis. »

Mais la tendance au désengagement américain vis-à-vis des Saoudiens et de la région n’a pas commencé en janvier. Au cours des trois dernières administrations, les États-Unis ont réduit leurs engagements dans le Golfe, ce dont les Saoudiens sont bien conscients.

Même sous l’administration Trump, la tendance était claire. Bien que Trump ait été plutôt favorable sur le plan rhétorique et qu’il se soit rendu en Arabie saoudite pour son premier voyage officiel à l’étranger, il a souvent refusé d’utiliser la force militaire pour lutter contre les attaques soutenues par l’Iran. Les forces américaines n’ont pas répondu militairement à l’abattage en 2019 d’un drone américain au-dessus du détroit d’Ormuz ou aux attaques de pétroliers dans le golfe Persique. La même année, Trump a également choisi de renoncer à une réponse militaire aux attaques de drones contre les installations de traitement du pétrole d’Aramco en Arabie saoudite, qui ont temporairement réduit de moitié la production pétrolière du pays.

L’administration Trump a limité le recours à la force militaire contre l’Iran et ses mandataires à la réponse au meurtre de troupes et d’entrepreneurs américains.

Lors d’un voyage organisé par le ministère saoudien de l’Information, des ouvriers ont réparé les dégâts dans le séparateur d’huile d’Aramco à l’usine de traitement après l’attaque du 14 septembre à Abqaiq, près de Dammam dans la province orientale du Royaume, le 20 septembre 2019. (Crédit : AP Photo/Amr Nabil)

Ryad a également tout intérêt, sur le plan économique, à rechercher le calme à sa frontière. La série d’attaques contre l’Arabie saoudite en 2019, combinée à l’escalade des tensions entre l’Iran et les États-Unis, s’est avérée extrêmement déstabilisante pour les Saoudiens, qui tentent de diversifier leur économie dans le cadre de leur programme « Vision 2030 ».

Le ralentissement de l’économie mondiale en 2020 à la suite de la pandémie de COVID-19 a encore compliqué ce projet « Vision 2030 ».

« Je pense qu’une partie de la motivation à réduire et à se retrancher est de se concentrer sur les questions économiques et de promouvoir la stabilité régionale afin de favoriser un climat économique plus favorable », a déclaré M. Vakil. « Il s’agit pour Riyad d’être proactif et de veiller à ses propres intérêts. »

Le président américain Donald Trump signe des « sanctions sévères » contre le Guide suprême de l’Iran, en compagnie du vice-président américain Mike Pence et du secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin, à la Maison Blanche, le 24 juin 2019. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

L’économie iranienne se porte bien plus mal, car le régime de sanctions « pression maximale » imposé par Trump a étouffé les exportations iraniennes et fait grimper l’inflation.

L’un des principaux objectifs des Iraniens dans les discussions avec l’Arabie saoudite est d’ouvrir de nouvelles opportunités commerciales avec les pays occidentaux, actuellement réduites par les sanctions américaines.

« L’Iran a besoin d’accéder à l’Occident pour un simple accès aux capitaux », a déclaré Wolf, « et ils ne veulent pas être redevables à la Chine et à la Russie ».

Dans le même temps, l’Iran se sent quelque peu enhardi malgré ses malheurs économiques. Le régime a survécu à une période très difficile sous Trump sans s’effondrer économiquement ou politiquement, et maintenant il est en pourparlers indirects avec une administration américaine déterminée à revenir à un accord nucléaire.

L’intérêt de l’Irak à accueillir les pourparlers est la stabilité régionale, après avoir été transformé en champ de bataille par les États-Unis, l’Iran, les terroristes sunnites et une myriade de milices armées depuis 2003.

Une atmosphère positive

Les liens entre les deux pays ont été coupés en 2016 après que des manifestants iraniens ont attaqué des missions diplomatiques saoudiennes à la suite de l’exécution par le royaume d’un religieux chiite vénéré, mais les récents cycles de discussions ont apporté quelques raisons d’un optimisme mesuré.

Le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhemi, masqué en raison de la pandémie de coronavirus, pendant une conférence de presse conjointe avec le président français à Bagdad, le 2 septembre 2020. (Crédit : GONZALO FUENTES / POOL / AFP)

Les pourparlers à Bagdad, facilités par le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhemi, sont restés secrets jusqu’à ce que le Financial Times rapporte qu’une première réunion avait eu lieu le 9 avril.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré en mai que la République islamique poursuivait ses discussions avec son rival régional, l’Arabie saoudite, dans une « atmosphère positive », dans l’espoir de parvenir à une « compréhension commune ».

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a confirmé ces pourparlers le 10 mai, déclarant que leur objectif était « à la fois bilatéral et régional », mais a souligné qu’il était « trop tôt » pour en divulguer des détails.

Illustration : sur cette photo publiée le 17 février 2021 par l’armée iranienne, un navire de la marine iranienne battant pavillon iranien participe à un exercice naval conjoint de la marine russe, de la marine iranienne et de la marine des Gardiens de la révolution iranienne dans l’océan Indien. (Crédit : Armée iranienne via AP)

« La désescalade et [l’établissement] de liens salamans entre deux grands pays islamiques de la région du golfe Persique sont dans l’intérêt des deux nations », avait-il alors déclaré.

Fin avril, l’Iran a salué un « changement de ton » du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane après qu’il a appelé à une « relation bonne et spéciale » avec Téhéran.

Indices d’un arrangement régional

Si les pourparlers restent limités à des questions étroites et bilatérales comme le Yémen, ils n’auront pas d’effet marqué sur la sécurité d’Israël.

Si les pourparlers restent à Bagdad, ils continueront probablement à se concentrer sur le Yémen.

Mais s’ils s’étendent à un arrangement régional, ils pourraient avoir un effet apaisant de l’autre côté de la frontière israélienne, en Syrie et au Liban. Dans ces deux pays, l’Iran pourrait, directement ou par l’intermédiaire de ses mandataires, créer les conditions d’un recentrage sur la reconstruction et le redressement après la pandémie de COVID-19, et au Liban, il pourrait donner des instructions au Hezbollah pour permettre une avancée des pourparlers maritimes avec Israël, sous médiation américaine.

Le Times of Israël a appris qu’Oman tentait d’amener le prochain cycle de négociations dans sa capitale, Mascate. Si cela se produit, un arrangement régional devient alors plus probable.

« Des discussions à Oman signaleraient, de manière symbolique, un agenda plus large », a expliqué Ibish. « S’ils se rencontrent en Irak pour discuter du Yémen, c’est en réalité dans un champ de bataille dominé par des milices contestées… pour discuter d’un autre espace dominé par des milices que leurs milices contestent. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) s’entretient avec le Sultan Qaboos bin Said à Oman, le 26 octobre 2018. (Autorisation)

Un ordre du jour plus large inclurait probablement la sécurité maritime, l’ouverture du commerce avec les pays du Golfe, un cadre de dialogue régulier, et éventuellement des tentatives pour réduire la violence à travers le Moyen-Orient.

Le fait qu’Oman accueille les pourparlers pourrait être un signe prometteur pour Israël pour une autre raison. Le pays a perdu son dirigeant de longue date, Qaboos Bin Said, en janvier 2020, et connaît une période de transition difficile, le nouveau sultan Haitham bin Tariq étant confronté à une situation économique désastreuse.

Des pourparlers à Mascate indiqueraient qu’Oman a retrouvé son rôle traditionnel de médiateur neutre et sort de sa coquille après la mort de Bin Said et les effets de la pandémie de COVID-19.

« Plus le rôle d’Oman est sûr, et plus le règne d’Haitham est sûr », a déclaré Ibish, « plus la transition appartient au passé et cela signifiera qu’Oman a vraiment trouvé ses marques et s’est organisé sur le plan intérieur ».

Le ministre omanais des sports Sayyid Dhi Yazan bin Haitham assiste à la finale de la Coupe du Sultan Qaboos entre Dhofar et Al-Orouba au complexe sportif de Rustaq, à l’ouest de la capitale omanaise, Mascate. (Crédit : Haitham AL-SHUKAIRI / AFP)

Cela pourrait même inclure l’officialisation de ses relations diplomatiques de facto avec Israël en rejoignant le cadre des accords d’Abraham. L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré Qaboos à Mascate en octobre 2018, devenant ainsi le premier Premier ministre israélien à le faire en plus de deux décennies.

Des incitations financières de la part des États-Unis, des EAU ou d’Israël rendraient l’adhésion aux accords encore plus attrayante pour Oman.

Il est peu probable que les pourparlers irano-saoudiens facilitent les négociations nucléaires de Vienne. Mais les progrès réalisés à Vienne pourraient contribuer à faire avancer un accord entre Riyad et Téhéran, alors que le nouveau gouvernement iranien se concentre sur la reprise économique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...