Rechercher

L’expert des boissons sucrées à la Knesset était payé par Coca-Cola

Après avoir initialement nié tout lien avec l'industrie, le professeur Ardon Rubinstein a expliqué ne pas avoir bien entendu la question sur le paiement du géant du soda

Le professeur Ardon Rubinstein lors d'une audience de la Commission des Finances de la Knesset, le 7 décembre 2021. (Capture d'écran)
Le professeur Ardon Rubinstein lors d'une audience de la Commission des Finances de la Knesset, le 7 décembre 2021. (Capture d'écran)

Un expert qui a pris part, mardi, à une discussion sur une taxe potentielle imposée aux boissons sucrées dans le cadre d’un panel de la Knesset, a reconnu avoir été payé par Coca-Cola.

Le professeur Ardon Rubinstein, ancien responsable de l’Association israélienne du Diabète, a participé à un débat organisé par la commission des Finances du Parlement israélien consacré à une proposition de taxe sur les boissons sucrées, affirmant qu’une telle taxe ne devait pas être imposée sur les boissons dites « light ».

Mais lorsqu’il a été interrogé sur de possibles conflits d’intérêt par le panel, Rubinstein a d’abord gardé le silence avant d’admettre qu’il avait touché de l’argent de la part du géant américain.

« Je vous avais demandé de tout nous dévoiler et je n’ai rien entendu », a déclaré le député de Yisrael Beytenu, Alex Kushnir, à Rubinstein au début de son apparition.

Le professeur et médecin a répondu que « je suis bien là et j’espère que je serai payé après pour ce que je suis en train de faire ».

Kushnir a répliqué que la réponse de Rubinstein était incomplète, le pressant : « Entretenez-vous des liens commerciaux avec des entreprises qui fabriquent des boissons sucrées ? »

Rubinstein a répondu que ce n’était pas le cas et qu’il n’avait par ailleurs jamais été rémunéré pour ses recherches. Il a précisé s’être présenté devant la commission en tant que médecin responsable d’une clinique spécialisée dans le diabète, qui accueille des demandeurs d’asile dans le sud de Tel Aviv.

Mais d’autres députés ont alors vivement demandé à Rubinstein quels paiements il s’attendait à recevoir suite à sa participation à la commission. Rubinstein a initialement évoqué « l’industrie » avant de reconnaître que Coca-Cola lui avait versé de l’argent avant la réunion.

Le président de la Commission des Finances Alex Kushnir lors d’une réunion de la commission à la Knesset, le 7 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans une déclaration au site d’information Calcalist, Rubinstein a dit qu’il n’avait pas entendu correctement les questions posées par Kushnir dans la mesure où il est « dur d’oreille, et je suis aussi un vétéran de l’armée qui a été blessé dans le passé ».

Le médecin a déclaré au panel qu’il s’opposait à une taxe sur les sodas « light » – ce qui, selon lui, porterait préjudice aux personnes atteintes de diabète ou en surpoids. Il a affirmé qu’il pensait que les sodas « light » représentaient une bonne alternative dans la mesure où les enfants et autres réticents à l’idée de boire de l’eau pouvaient ainsi accéder à des boissons sans sucre.

« C’est une idée que je suis déterminé à défendre même sans être payé pour ça », a indiqué Rubinstein à Calcalist, notant qu’il n’avait touché qu’une somme dérisoire de la part de Coca-Cola.

L’audience de la Knesset sur cette question de la taxation des boissons sucrées a duré quatre heures. Aucune décision n’a finalement été prise et aucun vote n’a eu lieu. Une nouvelle audience devrait avoir rapidement lieu sur le sujet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...