Netanyahu au Times of Israel en chinois : j’espère que les “superbes” relations entre Israël et la Chine changeront son vote à l’ONU
Rechercher
Exclusif

Netanyahu au Times of Israel en chinois : j’espère que les “superbes” relations entre Israël et la Chine changeront son vote à l’ONU

Pour le Premier ministre, le partenariat stratégique innovant souligne la volonté de la Chine d'utiliser la technologie israélienne au bénéfice de son peuple

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président chinois Xi Jinping, à Pékin, le 21 mars 2017. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président chinois Xi Jinping, à Pékin, le 21 mars 2017. (Crédit : Haim Zach/GPO)

PEKIN – Les relations économiques de plus en plus fortes entre Israël et la Chine permettront de changer les votes traditionnellement anti-Israël du pays dans les organisations internationales comme les Nations unies, a déclaré mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant un exclusif accordé à la version chinoise Times of Israël.

S’adressant au correspondant diplomatique du Times of Israël, Raphael Ahren, et à la rédactrice en chef de la version chinoise, Yifeng Zhou, Netanyahu a déclaré qu’il avait abordé ce sujet pendant sa rencontre cette semaine avec le président chinois Xi Jinping.

« Le président Xi a dit qu’il pense que les relations économiques fortes aident la diplomatie, a déclaré Netanyahu. J’espère qu’avec le temps, nous verrons une plus grande résonance entre les superbes relations entre Israël et la Chine d’un point de vue bilatéral et ses votes dans les forums multilatéraux. »

S’entretenant avec le Times of Israël depuis le 18e étage de l’hôtel St. Regis de Pékin, Netanyahu a également parlé des opinions de la Chine sur le conflit israélo-palestinien et sur l’accord nucléaire iranien, qui sont largement opposées à la position d’Israël. Soulignant l’aspect économique de son voyage, il s’est étendu sur la manière dont la technologie israélienne pouvait améliorer spectaculairement les vies de plus d’un milliard de Chinois.

Donnant juste un exemple, Netanyahu a déclaré qu’il y avait plus de 100 millions de voitures en Chine, ce qui entraîne d’importants embouteillages, beaucoup d’accidents et une forte pollution. « Tout cela change avec les nouvelles technologies, dont beaucoup proviennent d’Israël », a-t-il déclaré, faisant notamment référence à MobilEye, une entreprise basée à Jérusalem qui vient d’être rachetée par le géant Intel pour la somme époustouflante de 15 milliards de dollars, et Waze, une application achetée par Google en 2013.

La visite de trois jours de Netanyahu était officiellement destinée à marquer les 25 ans de relations diplomatiques entre Israël et la Chine.

Dimanche, Netanyahu a été accueilli à l’aéroport de Pékin par une garde d’honneur. Avant de rencontrer le Premier ministre Li Keqiang au Palais de l’Assemblée du Peuple, où les hymnes nationaux ont été joués. Les drapeaux israéliens flottaient sur les réverbères de la place Tiananmen. Mardi, Netanyahu et son épouse Sara ont déposé une gerbe au monument des Héros du Peuple, faisant de lui le premier dirigeant israélien à recevoir un tel honneur.

Cérémonie de dépôt de couronne au Monument aux Héros du Peuple à la Place Tian'anmen à Pékin.

Posted by Benjamin Netanyahou on Tuesday, 21 March 2017

Mais les aspects cérémoniels n’étaient pas eu centre de la visite. Netanyahu et sa délégation, qui comptait quatre ministres, ont signé une série d’accords bilatéraux, acceptant de coopérer dans différents domaines, principalement dans les secteurs de la technologie et de l’innovation.

« Israël est renommé, précisément comme l’a dit le président Xi, comme leader de la technologie, a déclaré Netanyahu au Times of Israel. Dans beaucoup de ces domaines, nous pouvons avoir une coopération très réussie entre la technologie israélienne et la puissance industrielle et marchande de la Chine. »

Mardi, Pékin a annoncé la création d’un « partenariat stratégique innovant » entre Israël et la Chine.

« Comme le président XI lui-même l’a dit, cette désignation particulière ne s’applique qu’à Israël, et à Israël seulement, s’est rengorgé Netanyahu. Et cela montre la primauté de la position israélienne dans l’innovation. Nous sommes un petit pays. Nous pourrions tenir deux fois, si ce n’est plus, dans Pékin ou Shanghai, en termes de population. Mais nous avons une prédominance dans beaucoup de domaines de la technologie qui changent les vies des gens. »

Je remercie le Premier ministre chinois, Li Keqiang, pour l'accueil chaleureux ainsi que pour l'excellente réunion qui a permis d'ouvrir de nouvelles voies dans les relations bilatérales entre nos pays. 🇨🇳 🇮🇱

Posted by Benjamin Netanyahou on Tuesday, 21 March 2017

Voici la transcription complète de l’entretien.

Le Times of Israël : le président Xi Jinping a dit que vous lui aviez dit qu’Israël espérait que la Chine prenne un rôle plus actif dans les affaires du Moyen Orient. Qu’aviez-vous exactement en tête ?

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu : Eh bien, je parlais en fait du versant économique et de la possibilité logistique. La Chine veut renforcer l’influence de l’Asie, et de la Chine en particulier, sur le monde.

Il y a deux manières de le faire : l’une est l’échange mutuel de technologie israélienne avec des entreprises chinoises. Je pense que nous sommes bien avancés sur cette voie. Un tiers de l’investissement dans les hautes technologies israéliennes est chinoise. Nous en accueillons davantage. Et nous voudrions avancer l’association de libre échange, qui permettrait des allers-retours. Nous nous sommes mis d’accord pour l’accélérer.

Deuxièmement, nous planifions actuellement une route de transport, qui est une connexion ferroviaire entre l’Asie et des ports de la mer Rouge et de la Méditerranée. Nous pensons que cela pourrait intéresser la Chine. Nous avons donc également discuté de cela.

Mais vous n’envisagez aucun rôle pour la Chine dans le processus de paix au Moyen Orient ?

Eh bien, nous allons poursuivre notre tentative de parvenir à la fois à une large paix avec les états arabes et à la paix israélo-palestinienne. Et la Chine est toujours perçue comme un partenaire de valeur.

Le président chinois a déclaré qu’il « apprécie l’adoption par Israël de la solution à deux états. » Ces dernières semaines, vous n’avez pas utilisé ce terme. Etait-ce un point de friction ?

Tout d’abord, je dirais qu’une écrasante partie de notre conversation portait sur l’économie et la technologie, et les différentes possibilités de coopération israélo-chinoise. Pour autant que nous en ayons discuté, j’ai réitéré ma position : les Palestiniens doivent reconnaitre un Etat juif, et Israël devra avoir le contrôle primordial de la sécurité sur le territoire situé à l’ouest du Jourdain. Ce ne sont pas de nouvelles positions. Je l’ai dit depuis des années, cela n’a pas changé. Mais la conversation a très majoritairement porté sur la coopération économique et technologique.

Signature de plusieurs accords conjoints entre Israël et la Chine dans les domaines de la science, de l'innovation et de la santé.

Posted by Benjamin Netanyahou on Tuesday, 21 March 2017

Quand pouvons-nous attendre que les excellentes relations scientifiques et technologiques se traduisent en soutien diplomatique sur la scène internationale, notamment aux Nations unies ?

J’ai exprimé mon espoir que nos extraordinaires relations bilatérales se reflètent aussi au sein des forums internationaux. Le président Xi a dit qu’il pensait que de fortes relations économiques aident la diplomatie. J’espère qu’avec le temps, nous verrons une plus grande résonance entre les superbes relations entre Israël et la Chine d’un point de vue bilatéral et ses votes dans les forums multilatéraux.

Vous avez dit l’année dernière à l’ONU qu’il faudrait dix ans pour que les Nations unies applaudissent Israël, et vous avez par la suite déclaré que cela arriverait encore plus tôt. Combien de temps faudra-t-il pour que la Chine change son vote traditionnel à l’ONU [elle soutient systématiquement les initiatives anti-israéliennes présentées par les pays arabes] ?

Je ne parlais pas de la Chine en particulier. Mais je parlais d’un grand nombre de pays, que nous voyons élargir et approfondir spectaculairement leurs relations avec Israël. Et je m’attends à voir un changement assez rapidement. Je parlais en particulier de la grande partie des pays africains.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président éthiopien Mulatu Teshome au palais présidentiel d'Addis Abeba, en Ethiopie, le 7 juillet 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président éthiopien Mulatu Teshome au palais présidentiel d’Addis Abeba, en Ethiopie, le 7 juillet 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Nous avons discuté, indépendamment de cela, de la possibilité qu’Israël et la Chine aient des coopérations trilatérales dans des pays tiers. Nous avons parlé spécifiquement de l’Afrique.

La Chine est en Afrique, elle a une présence importante en Afrique. Et Israël revient en Afrique avec un grand dynamisme.

En fait, je compte entreprendre un second voyage en Afrique ces prochains mois, cette fois en Afrique de l’Ouest. Nous coopérons déjà avec d’autres pays, comme l’Allemagne et l’Italie.

Il n’y a aucune raison qu’Israël et la Chine ne coopèrent pas, en apportant notre expertise mutuelle pour aider les pays africains. Nous nous sommes mis d’accord pour que nos ministres respectifs des Affaires étrangères commencent des discussions à cet effet.

Parlons de l’Iran, qui est un allié puissant de la Chine. Après votre rencontre avec le Premier ministre Li, un haut responsable du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré aux journalistes que Pékin pense toujours que l’accord nucléaire de 2015 est « très propice à la paix régionale et internationale ». Vous êtes clairement en désaccord avec cette conclusion.

Oui, ce n’est pas un secret. J’ai fait connaître mes opinions sur toutes les scènes possibles, des Nations unies au Congrès américain. Et je n’ai évidemment pas changé d’avis. Et les actes de l’Iran depuis la signature de l’accord n’ont pas apaisé mes préoccupations. Pas pour moi, ni pour beaucoup des pays de la région, qui voient l’Iran comme une source d’une agression importante.

Dans quelle mesure avez-vous été capable de convaincre les Chinois de votre évaluation ? Ils ne voient clairement pas l’Iran comme un facteur déstabilisant mais plutôt comme un facteur stabilisant.

Le temps le dira. Mais je n’ai pas changé d’avis.

Quels bénéfices pensez-vous qu’Israël pourra tirer du « partenariat stratégique innovant » avec la Chine qui a été annoncé cette semaine ?

C’est une annonce remarquable. Cela donne à Israël une position unique. Comme le président Xi lui-même l’a dit, cette désignation particulière ne s’applique qu’à Israël, et à Israël seulement.

La Chine pourrait donner à Israël une dispense économique spéciale

Et cela montre la primauté de la position israélienne dans l’innovation. Nous sommes un petit pays. Nous pourrions tenir deux fois, si ce n’est plus, dans Pékin ou Shanghai, en termes de population. Mais nous avons une prédominance dans beaucoup de domaines de la technologie qui changent les vies des gens.

Nous avons des domaines comme l’eau, la santé numérique, la cyber-sécurité, l’agriculture. dans lesquels Israël est renommé, précisément comme l’a dit le président Xi, comme un leader de la technologie. Dans beaucoup de ces domaines, nous pouvons avoir une coopération très réussie entre la technologie israélienne et la puissance industrielle et marchande de la Chine.

Je dirais en fait, et je vois à présent une compréhension claire de ce sujet chez les dirigeants chinois, qu’une fois que vous avez établi une infrastructure basique, des routes, des sanitaires, des usines, vous ne pouvez soutenir votre croissance qu’en ajoutant constamment de la valeur à vos produits et vos services. Le seul moyen de faire cela, au-delà d’un certain point, c’est d’ajouter de la technologie.

Embouteillages en Chine en 2014. Illustration. (Crédit : Nitinkumar03/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
Embouteillages en Chine en 2014. Illustration. (Crédit : Nitinkumar03/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Chaque aspect de la vie, chaque domaine des affaires humaines, est à présent technologisé.

C’est là-dedans qu’Israël s’est spécialisé. Nous avons eu une longue discussion pendant un dîner très fructueux sur les changements qui se produisent par exemple dans l’industrie automobile.

La Chine compte 100 millions de voitures. IL y a un problème de congestion. Des accidents de la route. De la pollution de l’air. La nouvelle technologie automobile, les véhicules autonomes, et le réseau informatique qui rend la conduite bien plus efficace. Tout cela change avec les nouvelles technologies, dont beaucoup proviennent d’Israël.

Intel vient d’acheter une entreprise israélienne pour 15 milliards de dollars, qui traite de la technologie des voitures sans conducteur. Mais il y a des centaines d’autres de ces compagnies en Israël. Donc il devient un leader mondial dans ce domaine.

La Chine est un pays classique, peut-être le premier pays, qui peut appliquer cette technologie au bénéfice de son peuple. Moins d’accidents de la route. Moins de pollution. Et vous arrivez plus vite à destination, sans la nécessité de dépenser des sommes d’argent exorbitantes dans une voiture maladroite qui coûte un bras et ne bouge pas 95 % du temps. Ces changements sont tous des produits de la technologie. Donc c’est l’un des domaines dont nous avons parlé.

Nous avons également longuement parlé de la santé numérique, qui permettrait par exemple du numériser les dossiers médicaux de tous les citoyens chinois, pour qu’à chaque fois que vous allez dans un hôpital différent, vous n’ayez pas besoin de passer toute la même batterie de tests pour établir un dossier médical.

Nous, en Israël, nous avons des cartes numériques, donc ce n’est pas la peine. Vous pouvez aller chez n’importe quel médecin, n’importe où, et il connait instantanément votre dossier médical, de quels médicaments vous avez besoin, quels médicaments vous devriez éviter. C’est une économie formidable et une amélioration formidable de la santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...