La Chine pourrait donner à Israël une dispense économique spéciale
Rechercher

La Chine pourrait donner à Israël une dispense économique spéciale

Netanyahu a déclaré aux leaders chinois qu'Israël leur fournirait la technologie si Pékin fournissait des capitaux très nécessaires

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président chinois  Xi Jinping, à droite, se serrent la main à la résidence des visiteurs officiels de l'Etat de  Diaoyutai à Pékin le 21 mars 2017 (Crédit : Etienne Oliveau/Pool/ AFP Photo)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président chinois Xi Jinping, à droite, se serrent la main à la résidence des visiteurs officiels de l'Etat de Diaoyutai à Pékin le 21 mars 2017 (Crédit : Etienne Oliveau/Pool/ AFP Photo)

PEKIN — La Chine semble prête à accepter la demande d’exemption d’Israël d’une nouvelle politique chinoise interdisant les investissements dans les pays étrangers, a annoncé le Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi.

Dans une initiative visant à stimuler son économie nationale, Pékin, au mois de janvier, a décidé de restreindre les capitaux chinois dépensés à l’étranger, causant la colère des hommes d’affaires du monde entier.

Mais mardi, Netanyahu a demandé au président chinois Xi Jingping de faire une exception pour Israël, a-t-il indiqué aux journalistes, quelques heures après une rénion entre les deux hommes à la résidence des visiteurs officiels de l’Etat de Diaoyutai.

« J’ai demandé une exemption des restrictions générales. J’ai dit qu’Israël était un cas particulier. C’est une locomotive technologique qui n’a pas de marché », a expliqué Netanyahu.

« Le pays est significatif en termes de technologie mais il ne l’est pas en termes de marché ou de devises, ou de quoi que ce soit. Israël est très important au niveau technologique mais l’est très peu en termes de poids marchand ».

Netanyahu a expliqué à Xi que la Chine s’intéresse à la technologie israélienne tandis qu’Israël s’intéresse aux capitaux de la Chine. Mais les exigences de l’innovation israélienne tant saluée nécessitent plus de liquidités, et Pékin doit donc réfléchir à ne pas appliquer ses nouvelles restrictions aux entreprises israéliennes.

« Il a indiqué qu’il avait la volonté de le faire », a dit Netanyahu. Toutefois, les deux leaders n’ont pas évoqué les détails de ces arrangements.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu discute avec son homologue chinois Li Keqiang , à gauche, durant une cérémonie d'accueil au Palais de l'Assemblée du Peuple à Pékin, le 20 mars 2017.   (Crédit : AFP Photo/Wang Zhao)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu discute avec son homologue chinois Li Keqiang , à gauche, durant une cérémonie d’accueil au Palais de l’Assemblée du Peuple à Pékin, le 20 mars 2017. (Crédit : AFP Photo/Wang Zhao)

Netanyahu a expliqué à Xi que le Premier ministre chinois Li Keqiang lui avait demandé mercredi de réduire le poids des régulations de manière à ce que la technologie israélienne puisse accéder plus facilement au marché chinois.

Si vous voulez nos produits alors donnez-nous l’accès à vos capitaux, a dit Netanyahu au cours de son entretien de mardi avec le président chinois. « Cela s’appelle la réciprocité », a fait valoir Netanyahu.

Actuellement, un tiers des investissements étrangers en Israël proviennent de Chine, selon Netanyahu.

« La communauté israélienne des start-ups et des hautes technologies a toujours soif de nouveaux capitaux », a expliqué Eli Groner, directeur général du Bureau du Premier ministre et co-président du groupe de travail économique Chine-Israël.

« La décision récente de la Chine a fait naître l’inquiétude au sein de notre communauté ‘Hi-Tech’ que les capitaux chinois qui ont afflué en Israël au cours des dernières années puissent soudainement disparaître. Nous sommes réconfortés de savoir que l’implication du Premier ministre aidera à libérer ce flux potentiellement significatif de capitaux », a-t-il ajouté, interrogé par le Times of Israel.

Dans la matinée de mardi, Xi a annoncé l’établissement d’un « partenariat d’innovation total » avec Israël, que Netanyahu a qualifié de « décision formidablement importante ».

« Nous avons toujours cru… qu’Israël pourrait être un partenaire, un petit partenaire mais un partenaire parfait pour la Chine en vue du développement d’une variété de technologies qui changent la manière dont nous vivons, la durée de notre vie, notre santé au cours de notre vie, l’eau que nous buvons, la nourriture que nous mangeons, le lait que nous buvons – tous les secteurs », a-t-il dit à Xi au début de leur réunion.

Plus tard, le Premier ministre a indiqué aux journalistes israéliens que Xi avait promis d’émettre une directive politique en direction de toutes les autorités concernées, leur demandant l’avancée de la coopération technologique avec Israël.

L’année dernière, la Chine avait formé un « partenariat stratégique d’innovation » avec la Suisse, mais aucun autre pays dans le monde n’a obtenu le statut de « partenariat d’innovation total » auprès du géant asiatique, a ajouté Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...