Regev : Natalie Portman est « tombée entre les mains du BDS »
Rechercher

Regev : Natalie Portman est « tombée entre les mains du BDS »

La députée Azaria met en garde que l'annulation d'une visite de l’actrice en Israël pour recevoir un prix est le signe qu’Israël perd la communauté juive américaine

Natalie Portman avec un crocodile mutant dans 'Annihilation.' (Paramount Pictures)
Natalie Portman avec un crocodile mutant dans 'Annihilation.' (Paramount Pictures)

La ministre de la Culture, Miri Regev a, vendredi matin, fustigé Natalie Portman, la star hollywoodienne née à Jérusalem, pour sa décision de ne pas venir en Israël pour recevoir le prix « Nobel juif » décerné par la Genesis Prize Foundation.

Regev a déclaré que Portman était « tombée entre les mains » de la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) qui vise à isoler l’Etat juif.

Portman avait initialement accepté le prix d’un million de dollars lors d’une cérémonie prévue en juin.

Mais jeudi, la fondation a annoncé que le représentant de Portman lui avait fait savoir que « les événements récents en Israël lui ont été extrêmement pénibles et qu’elle ne se sent pas à l’aise de participer à des événements publics en Israël » et qu’elle « ne peut pas par bonne conscience assister à la cérémonie. »

Portman n’a pas précisé quels événements ont provoqué sa réaction, bien que l’ONU et l’Union européenne aient récemment demandé l’ouverture d’enquêtes sur l’utilisation de balles réelles par l’armée israélienne lors des affrontements frontaliers avec Gaza qui ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés.

La ministre de la Culture et des Sports, Miri Regev, arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2018 (Crédit : Marc Israel Sellem)

L’armée israélienne a déclaré qu’elle faisait face à la terreur encouragée par le Hamas à la frontière sous couvert des manifestations de masse hebdomadaires.

La Genesis Foundation n’a pas indiqué si Portman recevrait toujours l’argent du prix à la lumière de son annonce.

Regev a déclaré qu’elle était désolée que Portman soit « tombée comme un fruit mûr entre les mains des partisans du BDS ».

Elle a ajouté que « Natalie, une actrice juive née en Israël, rejoint ceux qui se relate l’histoire du succès et à la merveilleuse renaissance d’Israël comme une histoire d’obscurité. »

Appelant le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri à annuler la citoyenneté israélienne de Portman, le député du Likud, Oren Hazan, l’a qualifiée de « juive israélienne qui fait d’une part un usage cynique de ses origines pour faire avancer sa carrière et qui, d’autre part, se glorifie avoir évité d’être enrôlée dans l’armée israélienne. »

Portman a quitté Israël avec ses parents à l’âge de 3 ans.

La députée, Rachel Azaria (Koulanou), lors d’une réunion de la Knesset, le 6 novembre 2017 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

La députée Koulanou, Rachel Azaria, a déclaré que la décision de Portman était le reflet de l’évolution des attitudes envers Israël parmi les Juifs américains.

« L’annulation de Natalie Portman devrait être un signe avant-coureur », a-t-elle tweeté. « Elle est totalement l’une d’entre nous, s’identifie à sa judéité et à son identité israélienne. Elle exprime la voix de beaucoup dans la communauté juive américaine, et en particulier ceux de la jeune génération. C’est une communauté qui a toujours été un point d’ancrage significatif pour l’Etat d’Israël et le prix de la perdre risque d’être trop élevé. »

Une grande partie de la communauté juive américaine a été en désaccord avec le gouvernement de droite israélien ces dernières années sur la position de ce dernier sur le conflit israélo-palestinien et son soutien aux juifs ultra-orthodoxes sur les questions d’identité religieuse et de la pratique religieuse.

Plus tôt, dans une déclaration annonçant l’annulation de la cérémonie, le Genesis Prixe Fondation a déclaré que ses organisateurs « craignaient que la décision de mademoiselle Portman politise notre initiative philanthropique, quelque chose sur laquelle nous avons travaillé dur pendant les cinq dernières années pour l’éviter ».

En novembre, le prix Genesis a annoncé que Portman recevrait son prix 2018, qui s’accompagne d’une somme d’argent que les bénéficiaires peuvent verser aux causes de leur choix. Elle a rejoint l’artiste Anish Kapoor, le violoniste Itzhak Perlman, l’ancien maire de New York Michael Bloomberg et le réalisateur Michael Douglas comme lauréat du prix d’un million de dollars, qui « honore les personnes qui inspirent la prochaine génération de juifs par leur accomplissement professionnel exceptionnel avec leur engagement envers les valeurs juives et le peuple juif. »

Le philanthrope Morris Kahn, à gauche, Natalie Portman, lauréate du prix Genesis, et Stan Polovets, co-fondateur et président de la Fondation du prix Genesis (Crédit : Fondation Genesis)

Genesis a déclaré en décembre que l’argent du prix Portman avait été doublé à 2 millions de dollars par un don du philanthrope israélien Morris Kahn.

Le prix a été créé par Mikhail Fridman et d’autres riches hommes d’affaires russo-juifs et fonctionne en partenariat avec le cabinet du Premier ministre et l’Agence juive pour Israël.

En 2009, Portman s’est joint à d’autres stars d’Hollywood pour protester contre les appels au boycott lancés contre le Festival international du film de Toronto en raison de la tenue d’un événement sur Tel-Aviv. Elle a également dirigé et joué dans une adaptation en langue hébraïque des mémoires de l’écrivain israélien Amos Oz, « Un conte d’amour et de ténèbres ». Dans une déclaration après l’annonce de la remise du Prix Genesis en novembre, Portman a déclaré être : « fière de mes racines israéliennes et de mon héritage juif ».

En 2015, à la suite de la réélection du Premier ministre Benjamin Netanyahu, elle s’est dite « très, très bouleversée et déçue ».

« Je trouve ses commentaires racistes horribles », a-t-elle déclaré au Hollywood Reporter. « Cependant, je ne veux pas — ce dont je veux être sûre, je ne veux pas utiliser ma plate-forme [de la mauvaise manière]. J’ai l’impression qu’il y a des gens qui prennent de l’importance, et ensuite c’est dans la presse étrangère. vous savez, chiez sur Israël. Je ne. Je ne veux pas faire ça. »

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...