Shimon Peres, le dernier des pères fondateurs d’Israël, s’éteint à 93 ans
Rechercher

Shimon Peres, le dernier des pères fondateurs d’Israël, s’éteint à 93 ans

L’ancien président et Premier ministre est mort dans son sommeil, 2 semaines après un grave AVC

Shimon Peres à Tel Aviv, le 30 novembre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Shimon Peres à Tel Aviv, le 30 novembre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Shimon Peres, le dernier des pères fondateurs d’Israël, est mort tôt mercredi matin à l’âge de 93 ans.

L’ancien président s’est éteint dans son sommeil vers 3h00 du matin mercredi, a annoncé Rafi Walden, médecin personnel et gendre de Peres, à l’AFP.

Il est mort entouré des membres de sa famille, a déclaré une source proche de Peres à l’AFP.

Le bureau de Peres a publié un communiqué tôt mercredi annonçant que sa famille s’adresserait à la presse au centre médical Sheba à 7h00 et serait rejointe par le directeur de l’hôpital, le professeur Itzik Kreiss.

L’ancien président et Premier ministre se « battait pour sa vie », avaient annoncé mardi les médecins après une brusque aggravation de son état de santé, deux semaines après un accident vasculaire cérébral important. Peres est mort dans la nuit de mardi à mercredi au centre médical Sheba de l’hôpital Tel Hashomer à Ramat Gan, après que les membres de sa famille et ses proches ont été appelés tard mardi pour les derniers adieux.

Les médecins avaient annoncé mardi soir qu’il souffrait de dommages cérébraux irréversibles.

Le professeur Rafi Walden (à gauche), chirurgien et gendre de l'ancien président Shimon Peres, devant l'hôpital Tel Hashomer de Ramat Gan, le 14 septembre 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)
Le professeur Rafi Walden (à gauche), chirurgien et gendre de l’ancien président Shimon Peres, devant l’hôpital Tel Hashomer de Ramat Gan, le 14 septembre 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)

Peres avait été hospitalisé au centre médical Sheba le 13 septembre après un accident vasculaire cérébral important. Il était anesthésié depuis, et les médecins annonçaient régulièrement une légère amélioration de son état, jusqu’à la détérioration rapide mardi et mercredi.

La nouvelle de l’AVC de Peres avait secoué tout le pays, qui craignait la perte imminente du dernier lien survivant à ses pères fondateurs.

Pendant une carrière de plus de 70 ans, le chef d’Etat le plus âgé de la politique israélienne et l’un des symboles les plus admirés du pays, a occupé quasiment chaque poste important. Il a notamment été deux fois Premier ministre, et ministre des Affaires étrangères, de la Défense et des Finances. Il a remporté en 1994 le Prix Nobel de la Paix pour son travail visant à obtenir un accord de paix intermédiaire avec les Palestiniens.

Longtemps personnalité clivante de la politique, Peres était finalement devenu l’un des personnages publics les plus populaires d’Israël dans ses dernières années.

Les dirigeants du monde entier lui avaient souhaité un prompt rétablissement, rappelant ses réussites et sa personnalité chaleureuse.

Peres avait récemment subi une chirurgie pour mettre en place en pacemaker après avoir reçu le diagnostic d’anomalie du rythme cardiaque en juillet après une série d’inquiétudes mineures sur sa santé. L’implant avait été recommandé par les médecins de Peres, y compris Rafi Walden, après le diagnostic de fibrillation auriculaire en juillet.

Il avait souffert d’une crise cardiaque en janvier et avait subi une angioplastie cardiaque pour ouvrir une artère bloquée. Il avait été hospitalisé deux fois après des douleurs à la poitrine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...