Un homme inculpé pour avoir attaqué des manifestants anti-gouvernement
Rechercher

Un homme inculpé pour avoir attaqué des manifestants anti-gouvernement

Eliran Cambisis aurait déclaré que ce qu'il a jeté sur les manifestants lors de l'incident de juillet à Ramat Gan était du liquide de nettoyage et a exprimé ses regrets

Capture d'écran d'un conducteur qui aurait pulvérisé du gaz poivre par la fenêtre d'une voiture sur des manifestants contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'intersection Aluf Sadeh, le 25 juillet 2020. (Twitter)
Capture d'écran d'un conducteur qui aurait pulvérisé du gaz poivre par la fenêtre d'une voiture sur des manifestants contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'intersection Aluf Sadeh, le 25 juillet 2020. (Twitter)

Un acte d’accusation a été déposé mardi contre un homme accusé d’avoir pulvérisé du gaz au poivre sur des manifestants anti-gouvernement lors d’un rassemblement à Ramat Gan au début de l’année.

Eliran Cambisis, 34 ans, a affirmé que ce qu’il a jeté par la fenêtre d’une voiture en marche à l’échangeur d’Aluf Sade était du liquide de nettoyage, selon Haaretz. Il a également déclaré aux enquêteurs qu’il avait été influencé par des incitations sur les médias sociaux et qu’il regrettait ses actions.

Une vidéo prise par l’un des manifestants et diffusée sur les médias sociaux à l’époque montrait une voiture qui ralentissait alors qu’elle dépassait les manifestants, puis un spray qui sortait de la fenêtre latérale. Quelques instants plus tard, on pouvait voir des manifestants qui semblaient souffrir des effets du spray.

Cambisis a été arrêté quelques heures plus tard. Lors de son interrogatoire, il a déclaré qu’il était en colère contre les manifestants en raison de leurs « atteintes aux symboles de l’Etat », a rapporté Haaretz. Il faisait apparemment référence à une manifestante qui a été photographiée assise seins nus sur une grande ménorah en face de la Knesset.

Lundi, un homme de Tel Aviv, âgé de 54 ans, a été inculpé pour l’agression violente de manifestants anti-gouvernement au cours du week-end. Auparavant, Felix Eliav, 20 ans, avait été inculpé pour la tentative d’agression au couteau d’un manifestant en juillet.

Les manifestants ont organisé des rassemblements hebdomadaires pour demander la destitution du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est jugé dans trois affaires pénales pour corruption, fraude et abus de confiance. Netanyahu a nié ces allégations et a attaqué la police, le système judiciaire et d’autres fonctionnaires pour ce que lui et ses alliés appellent une « chasse aux sorcières ».

Les manifestants anti-gouvernement ont été attaqués à plusieurs endroits samedi soir, alors que des dizaines de milliers de personnes manifestaient à Jérusalem, à Tel Aviv et dans tout le pays.

Des manifestants antigouvernementaux devant la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 17 octobre 2020. (Olivier Fitoussi/FLASH90)

Des manifestants à Tel Aviv, Ramat Gan et Haïfa ont déclaré avoir été aspergés de gaz au poivre, et des attaques auraient également eu lieu à Kiryat Ata et Jérusalem, la dernière en date d’une série d’agressions commises par des militants d’extrême droite présumés. Les partisans des protestations affirment que les agresseurs ont été encouragés par les alliés de Netanyahu, qui ont décrit les manifestants comme des anarchistes subvertissant la volonté du peuple.

La police a également annoncé l’arrestation de plusieurs personnes soupçonnées d’avoir attaqué des manifestants, notamment un jeune de 19 ans arrêté dans le centre de Tel Aviv et soupçonné d’avoir pulvérisé du poivre sur un manifestant. La vidéo de la scène montre l’arrestation d’un chauffeur de l’entreprise de livraison de nourriture à vélo Wolt.

La manifestation de samedi à Jérusalem était la première grande manifestation dans la capitale depuis que les restrictions concernant le coronavirus, qui interdisent les déplacements à plus d’un kilomètre de chez soi, ont expiré mardi.

La résidence du Premier ministre, rue Balfour, a été au centre des manifestations hebdomadaires qui se sont intensifiées depuis l’été, les manifestants critiquant également sa gestion de la pandémie COVID-19.

Les critiques de Netanyahu disent que ses attaques contre les forces de l’ordre et les protestations contre lui, associées aux effets déstabilisateurs du virus, sont des causes majeures de l’atmosphère profondément polarisante qui s’est installée en Israël, et craignent que la violence ne devienne meurtrière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...