Un laboratoire incluant Pfizer, AstraZeneca pour soutenir les startups
Rechercher

Un laboratoire incluant Pfizer, AstraZeneca pour soutenir les startups

Un consortium de géants pharmaceutiques et hi-tech, dont Merck, Teva, Amazon, exploitera un nouveau laboratoire d'innovation pour développer l'écosystème technologique

Des doses du vaccin contre le coronavirus de Pfizer-Biotech dans un centre de vaccination à Magdeburg, à l'est de l'Allemagne, le 27 décembre 2020. (Crédit : Ronny Hartmann / POOL / AFP)
Des doses du vaccin contre le coronavirus de Pfizer-Biotech dans un centre de vaccination à Magdeburg, à l'est de l'Allemagne, le 27 décembre 2020. (Crédit : Ronny Hartmann / POOL / AFP)

Les firmes pharmaceutiques Pfizer Inc, AstraZeneca Plc, Merck et Teva Pharmaceutical Industries Ltd., en association avec le géant AWS (Amazon Web Services) et le fonds biotechnologique israélien, ont été choisis par l’Autorité israélienne de l’innovation pour procéder à l’établissement d’un laboratoire d’innovation qui permettra d’encourager la création de nouvelles start-ups qui développeront des technologies informatiques de pointe, basées sur l’intelligence artificielle, et qui aideront à trouver des traitements et des médicaments personnalisés pour les malades.

L’établissement de ce laboratoire survient alors que la pandémie de coronavirus a mis en exergue les bénéfices que peuvent tirer les entreprises pharmaceutiques du développement des nouvelles technologies. Le travail rapide réalisé en vue de développer un vaccin contre la COVID-19 a dû, en partie, sa réussite aux capacités de l’intelligence artificielle qui ont été déployées par Pfizer et Moderna, les deux premières firmes à avoir commercialisé leurs vaccins contre le nouveau coronavirus, a noté l’Autorité de l’innovation dans un communiqué. Et ces domaines technologiques sont encore appelés à devenir plus importants au cours des prochaines années, a fait savoir l’Autorité.

Pfizer a été la première firme pharmaceutique à obtenir le feu vert de la part de la FDA (Food and Drug Administration) américaine pour son vaccin contre la COVID-19, qui est aujourd’hui utilisé en Israël et dans le monde entier. AstraZeneca, groupe pharmaceutique britannique, a annoncé, dans la journée de dimanche, que le vaccin qu’il développe actuellement aux côtés de l’université d’Oxford assurait une « protection à 100 % » contre les formes graves de la maladie qui nécessitent une hospitalisation.

Amazon Web Services est la branche de « cloud computing » du géant Amazon et le Fonds biotechnologique israélien, à Rehovot, est un fonds de capital-risque qui n’investit que dans les firmes biotechnologiques qui développent des médicaments.

Aharon Aharon, PDG de l’Autorité israélienne de l’Innovation. (Autorisation)

Le laboratoire doit ouvrir ses portes en 2021 et il fera partie du programme de laboratoires d’innovation qui avait été mis en place, en 2017, par l’Autorité de l’innovation. Ce programme cherche à pousser les corporations internationales à établir ces laboratoires pour soutenir les start-ups dans leur secteur de prédilection, et à prendre part à l’écosystème israélien en profitant d’une plus grande exposition à divers types d’innovation. Pour les entrepreneurs de start-ups, ce laboratoire est une opportunité d’accéder à des infrastructures technologiques, à une ouverture sur le marché et à une expertise industrielle.

Le consortium a été sélectionné par le biais d’un concours qui a été organisé par l’Autorité de l’innovation en partenariat avec le ministère chargé du numérique.

« Dans le cadre du plan, le groupe qui l’emportera établira un laboratoire ‘humide’ au parc scientifique de Rehovot et il investira dans la construction d’une infrastructure de laboratoire informatique pour assister les entrepreneurs et les start-ups, au tout début de leurs activités, depuis la phase de l’idéation jusqu’à celle de la validation de principe », a déclaré dans un communiqué, au début de la semaine, l’Autorité de l’innovation. Un laboratoire dit « humide » est un espace soigneusement créé, construit et contrôlé pour éviter les déversements accidentels potentiellement dangereux et susceptibles d’entraîner des contaminations.

Le groupe bénéficie d’une franchise d’opération de cinq ans durant laquelle l’Autorité de l’innovation et le ministère du Numérique financeront 85 % d’un budget total de 3 millions de shekels pour chaque start-up qui rejoindra le laboratoire. Ce qui permettra à ces entreprises « d’atteindre des objectifs significatifs dans leur développement technologique », a noté le communiqué.

L’Autorité de l’innovation et le ministère chargé du Numérique participeront aussi aux frais d’opération et à l’établissement de l’infrastructure du laboratoire.

Ce dernier aidera les start-ups à accéder au savoir-faire scientifique unique des géants pharmaceutiques et des experts leaders dans le secteur, a précisé le communiqué.

« Cette dernière année a prouvé que le secteur de la santé effectue une transition rapide vers le développement et l’usage de technologies avancées qui intègrent à la fois le génie et la biologie, ce qui a déjà entraîné des résultats plus précis dans une courte période de temps », a commenté Aharon Aharon, directeur-général de l’Autorité de l’innovation, dans son communiqué. Le laboratoire fait aussi partie de la « stratégie de bio-convergence » qui a été promue par l’Autorité de l’innovation l’année dernière et qui a pour objectif de mettre en place un écosystème de start-ups travaillant au carrefour de la biologie et de l’ingénierie.

« L’expertise et l’importante expérience des partenaires du laboratoire permettront à ces entreprises d’établir une industrie pionnière significative en Israël », a continué Aharon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...