Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Un rabbin allemand, au cœur d’un scandale, cède ses écoles aux Juifs de Berlin

Walter Homolka a vendu ses parts dans 2 institutions hébergées par l'université de Potsdam après que l'enquête sur le harcèlement sexuel contre son mari a révélé un abus plus large

Le rabbin Walter Homolka, deuxième àdroite, et d’autres rabbins libéraux et réformistes de la synagogue de la communauté juive libérale de Hanovre, en Allemagne, le 1er déc. 2016. (Crédit : Julian Stratenschulte/picture alliance via Getty Images via la JTA)
Le rabbin Walter Homolka, deuxième àdroite, et d’autres rabbins libéraux et réformistes de la synagogue de la communauté juive libérale de Hanovre, en Allemagne, le 1er déc. 2016. (Crédit : Julian Stratenschulte/picture alliance via Getty Images via la JTA)

JTA – L’un des fondateurs des écoles rabbiniques non orthodoxes d’Allemagne a cédé sa participation dans ces écoles à la communauté juive de Berlin, ce qui constitue une véritable surprise dans cette affaire.

La transaction, d’un montant de 25 000 euros, signifie que le rabbin Walter Homolka ne contrôle plus le collège réformé Abraham Geiger ni le collège massorti Zacharias Frankel de l’université de Potsdam.

Cette vente permet d’atteindre un résultat que le Conseil central des Juifs d’Allemagne, principal bailleur de fonds des séminaires, tentait d’obtenir ouvertement depuis la fin de l’année dernière, après que deux enquêtes ont confirmé qu’Homolka avait abusé de son pouvoir au sein des séminaires.

La communauté juive de Berlin n’avait pas participé publiquement aux efforts de refonte des écoles lancés après que les allégations contre Homolka ont éclaté au grand jour en mai dernier. Ces allégations étaient initialement liées à un scandale de harcèlement sexuel impliquant son mari, qui était également son employé, mais se sont élargies pour impliquer d’autres aspects de la direction d’Homolka.

L’annonce par le groupe, mercredi dernier, de l’achat effectué la veille, a d’abord alarmé certains de ceux qui ont plaidé pour des changements dans les séminaires, car la transaction n’excluait pas clairement la possibilité pour Homolka d’y jouer un rôle. Le Conseil central des Juifs d’Allemagne a publié une déclaration critiquant le fait que l’accord « a eu lieu sans consultation avec les étudiants, les employés ou les donateurs » et a déclaré que le nouvel arrangement n’améliorerait pas l’enseignement rabbinique en Allemagne.

Mais lors d’une réunion organisée à la hâte jeudi, le président de la communauté juive de Berlin, Gideon Joffe, a assuré à Josef Schuster, chef du conseil, qu’Homolka ne ferait plus partie des séminaires à l’avenir. Au terme de cette réunion, Schuster était disposé à collaborer avec le groupe de Joffe, a confirmé un porte-parole du conseil.

Désormais, le Conseil central des Juifs d’Allemagne peut prendre le contrôle de la formation rabbinique non orthodoxe dans le pays qui a vu naître le judaïsme réformé au 19e siècle.

Photo d’illustration : Un office au Collège Abraham Geiger de Postdam, à proximité de Berlin. (Crédit : Margrit Schmidt)

« Ce n’est peut-être pas la situation idéale, mais c’est un compromis qui permet à presque tout le monde de vivre avec les résultats », a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency le cantor Itamar Cohen, le diplômé dont la plainte a déclenché le scandale. Il a déclaré qu’il adhérerait pleinement à l’offre « si elle est acceptée par le Klal Israël, la majorité de la communauté juive telle qu’elle est représentée par les principaux organes de représentation ».

Les inquiétudes suscitées par cette annonce surprise reflètent en grande partie les craintes qu’Homolka ait pu structurer l’accord d’une manière qui lui soit profitable.

Deux enquêtes distinctes – l’une menée par l’université et l’autre par des avocats mandatés par le Conseil central – ont récemment déterminé qu’Homolka avait créé une « atmosphère de peur » parmi les étudiants et le personnel dans les institutions qu’il a lancées il y a plus de 20 ans. Le rapport final de l’enquête du Conseil central devrait être publié dans les semaines à venir. Homolka a toujours clamé son innocence.

Suite à ces conclusions, il est apparu que la vieille garde était de plus en plus désespérée de garder le contrôle des deux séminaires. En décembre, quelques jours après la publication du rapport intérimaire accablant du Conseil central, l’Union du Judaïsme progressiste en Allemagne – dont le conseil d’administration nouvellement élu est favorable à Homolka – a annoncé qu’elle avait remplacé le directeur intérimaire du Geiger College par sa propre personne. Le Conseil central a rapidement annulé ce plan, décrivant l’Union du Judaïsme progressif comme une marionnette de Homolka et annonçant la nomination de l’universitaire Gerhard Robbers pour travailler à la restructuration des deux collèges.

Le rabbin Walter Homolka, recteur du séminaire Abraham Geiger, dans la synagogue de la communauté juive libérale à Hanovre, en Allemagne en décembre 2016. (Crédit : Julian Stratenschulte/picture alliance via Getty Images via la JTA)

Certains ont déclaré qu’ils étaient sûrs que l’influence d’Homolka émergerait quelque part, par exemple dans les nominations aux institutions reconstituées.

« Je ne trouve pas cela rassurant », a déclaré Nick Hoermann, un étudiant actuel du collège Frankel. « Il est clair depuis un moment maintenant que la seule façon pour Homolka d’agir à l’avenir serait par des portes dérobées. »

Mais pour l’instant du moins, le Conseil central – qui avait initialement qualifié l’annonce de la vente d' »étonnante » – se dit prêt à travailler avec la Communauté juive de Berlin.

Bien que la démarche de la communauté officielle ait été une surprise pour beaucoup, Joffe et son équipe envisageaient une sorte de manœuvre de sauvetage depuis que le scandale a éclaté en mai dernier, a déclaré Ilan Kiesling, un porte-parole de la communauté, dans un courriel adressé à JTA. Le plan concret n’a émergé qu’après la publication de l’expertise préliminaire accablante en décembre.

Joffe a approché Homolka directement à ce moment-là et l’a convaincu « qu’un nouveau départ au [Collège Abraham Geiger] était indispensable – ainsi qu’une renonciation complète à toutes ses positions de leadership. Le rabbin Homolka a accepté cette renonciation et a transféré toutes les actions de la société à but non lucratif à la communauté », écrit Kiesling.

La reprise juridiquement contraignante a eu lieu cette semaine et n’a rien coûté à la communauté, si ce n’est « l’apport en capital de la société à responsabilité limitée d’un montant de 25 000 euros », a précisé M. Kiesling.

Il a ajouté que la communauté « garantit un nouveau départ complet et transparent » pour le séminaire de Geiger. « Il n’y aura plus d’accumulation de bureaux » sous une même personne, l’une des habitudes pour lesquelles Homolka a été critiqué. Il n’y a pas eu de référence spécifique au collège Frankel, qui jusqu’à présent a nommé sa propre direction académique.

La communauté prévoit de mettre en place un conseil consultatif international et un point de contact externe permettant aux étudiants de signaler tout problème. Au début du scandale, il est apparu que la plainte de Cohen avait fait l’objet d’une enquête interne, par des parties redevables à Homolka.

Kiesling a également déclaré à la JTA que la communauté avait engagé un ancien président de la communauté, le rabbin Andreas Nachama, président de la conférence rabbinique libérale d’Allemagne, connue sous le nom d’ARK, pour la conseiller d’un point de vue rabbinique. Nachama a été ordonné par le mouvement Alliance for Jewish Renewal basé aux États-Unis et dirige une congrégation réformée égalitaire à Berlin.

Dans sa déclaration mercredi, Joffe a déclaré que « la priorité absolue pour nous en ce moment est d’amener le collège Abraham Geiger dans des eaux calmes et d’ouvrir la voie aux étudiants pour qu’ils puissent poursuivre leur éducation dans une structure stable. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.