Rechercher

Un survivant de la Shoah publie sa thèse sur « l’heureux hasard » de Balfour

Paul Goldstein, dont les études ont été interrompues par la guerre, est devenu l'un des plus vieux titulaires de doctorat au monde quand il a obtenu son diplôme à l'université Ariel

Carte postale avec la Déclaration Balfour en traduction hébraïque, publiée par Yaackov Ben-Dov, Bezalel, Jérusalem, créée par Shmuel Ben David (Davidov), vers 1917. (Crédit : Domaine public, via Wikimedia Commons)
Carte postale avec la Déclaration Balfour en traduction hébraïque, publiée par Yaackov Ben-Dov, Bezalel, Jérusalem, créée par Shmuel Ben David (Davidov), vers 1917. (Crédit : Domaine public, via Wikimedia Commons)

Paul Goldstein n’est pas la personne la plus âgée à recevoir un doctorat, mais il en est assez proche. En septembre 2020, il obtient un doctorat en Sciences politiques de l’université israélienne d’Ariel, à l’âge de 87 ans.

En septembre 2021, sa thèse sur la déclaration Balfour a été publiée sous forme de livre par Cambridge Scholars Publishing, un autre événement qu’il n’aurait pas pu prévoir plus tôt dans sa vie.

Il était loin d’être acquis que Goldstein aurait l’occasion de poursuivre des études supérieures, et encore moins d’obtenir un doctorat. Enfant, sa scolarité a été brusquement interrompue alors qu’il se cachait pour survivre pendant la Shoah. En tant que jeune homme, il a dû rattraper ces années perdues et trouver un moyen de subvenir à ses besoins, d’abord dans sa Belgique natale, puis en tant qu’immigrant au Canada.

Après avoir appris l’anglais et obtenu une licence en théorie politique à l’Université Sir George Williams de Montréal (aujourd’hui Université Concordia) en 1958, Goldstein a travaillé pour une entreprise d’emballage. Souhaitant être plus indépendant financièrement et mieux à même de subvenir aux besoins de sa femme d’origine israélienne et de leurs trois enfants, Goldstein se lance dans le secteur des services financiers en 1966. Il a trouvé le succès dans ce domaine, et garde encore certains de ses clients de longue date.

« Ce n’est qu’à un âge plus avancé que j’ai eu la maturité et le recul nécessaires pour écrire ce livre », a déclaré M. Goldstein à propos de L’évolution fortuite de la déclaration Balfour du 2 novembre 1917.

Cet ouvrage de 315 pages, à la fois érudit et accessible, retrace les différentes péripéties de l’histoire juive et mondiale des 18e et 19e siècles qui ont conduit – individuellement et conjointement – à la publication de la déclaration Balfour, dans laquelle une grande puissance mondiale a reconnu pour la première fois le droit du peuple juif à une patrie en Palestine.

Lord Arthur James Balfour, secrétaire aux Affaires étrangères du Royaume-Uni en 1917, et le texte de la déclaration qui porte son nom et soutient l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. (Crédit : Domaine public/Wikipédia)

Dans une récente interview accordée au Times of Israel depuis Toronto, où il vit depuis 1970, M. Goldstein a déploré le manque de connaissances sur la déclaration Balfour, non seulement parmi la jeune génération israélienne mais aussi parmi les universitaires.

« Et ceux qui écrivent sur la Déclaration Balfour ont tendance à ne le faire qu’à la lumière des événements qui ont suivi, en termes de Seconde Guerre mondiale et aussi du conflit israélo-palestinien actuel », a déclaré Goldstein.

Goldstein démontre méticuleusement comment les intérêts nationaux des pays impliqués dans la Première Guerre mondiale concordaient, du moins à l’époque, avec les aspirations du mouvement sioniste en plein essor.

Paul Goldstein (Crédit : autorisation)

Dans son livre, Paul Goldstein compare le processus à un mécanisme d’horlogerie de précision.

« Chaque élément, quelle que soit sa forme ou sa taille, jouait un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’ensemble, tandis que l’absence de l’un d’entre eux aurait modifié le résultat de tout le processus », écrit-il dans l’introduction du livre.

L’auteur consacre des chapitres à chacune des différentes pièces et se plonge dans les motivations – et les machinations secrètes – de l’Empire britannique alors qu’il rivalisait pour le pouvoir au Moyen-Orient avec d’autres puissances européennes et les Ottomans.

« Les Juifs ont été écrasés entre les deux forces tectoniques des intérêts géopolitiques de l’Empire britannique et du monde islamique », a-t-il déclaré.

Dans son livre, Goldstein montre également comment l’entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale en avril 1917 a changé la donne pour les Alliés et a eu un impact positif majeur sur le processus diplomatique qui a finalement abouti à la déclaration Balfour.

Du côté juif, Goldstein examine les effets de l’émancipation sur les Juifs d’Europe occidentale et orientale, lorsque les pays ont commencé à abroger les lois discriminatoires et à permettre aux Juifs de s’intégrer et d’obtenir la citoyenneté, ainsi que le développement et la complexité de la pensée politique sioniste au milieu et à la fin du XIXe siècle.

« L’une des choses les plus difficiles a été de convertir des faits historiques en quelque chose de dynamique et de visuel », a déclaré M. Goldstein.

Une marche en faveur de la déclaration Balfour en 1917, devant le bâtiment du Parlement à Toronto, au Canada. L’homme au chapeau haut de forme noir brillant est le rabbin Yosef Weinreb, le grand rabbin de Toronto à l’époque. (Crédit : Photographe inconnu, via Wikimedia Commons)

Il y parvient grâce à des descriptions graphiques de la persécution dévastatrice des Juifs dans la Russie tsariste au XIXe siècle, dont beaucoup sont tirées de récits de première main tirés de l’ouvrage en plusieurs volumes de Simon Dubnow (1916-1920) intitulé The History of the Jews in Russian and Poland : From the Earliest Times until the Present Day.

Goldstein a déclaré qu’il était conscient des pièges de l’utilisation de sources secondaires, il s’est donc appuyé autant que possible sur des sources primaires dans ses recherches. Il a lu les œuvres des premiers penseurs sionistes tels que Leon Pinsker, Peretz Smolenskin, Moshe Leib Lilienblum et Theodor Herzl, largement reconnu comme le père du sionisme politique moderne.

« J’ai lu les quelque 3 000 pages des journaux intimes de Theodor Herzl. Cela m’a pris des mois », a déclaré Goldstein.

Selon lui, Herzl est apparu « totalement différent » de la littérature qui lui est consacrée. Les journaux intimes ont permis à Goldstein d’aller au-delà des impressions initiales du personnage emblématique et de « le rencontrer plus personnellement et de savoir ce qui le faisait vibrer ».

Theodor Herzl sur le balcon de l’hôtel Les Trois Rois à Bâle, Suisse, 1897. (Crédit photo : CC-PD-Mark, par Wikigamad, Wikimedia Commons)

« Il est impossible de le comprendre sans lire ses journaux intimes », affirme Goldstein.

La dernière partie du livre traite des différentes versions de la déclaration Balfour qui ont été présentées par toutes les parties concernées avant qu’une version finale ne soit adoptée. Les différentes nuances reflètent les pressions politiques exercées par toutes les parties.

Goldstein expose les désaccords véhéments entre les sionistes juifs britanniques et les anti-sionistes qui ont eu lieu avant la décision du cabinet de guerre britannique (qui comprenait fortuitement plusieurs sionistes chrétiens puissants) de publier la déclaration Balfour.

« Pour ce faire, j’ai épluché les procès-verbaux de chaque réunion du cabinet de guerre en 1917 », a déclaré M. Goldstein.

La route de ce veuf octogénaire vers cette thèse de doctorat et ce livre a commencé en 2013, lorsqu’il a décidé de s’inscrire à un programme de master en Sciences politiques à l’Université de Toronto. Ses engagements professionnels et son travail de représentation des survivants de la Shoah au sein d’organisations juives ralentissant – mais sa santé physique et mentale étant intacte – il savait que c’était maintenant ou jamais.

« Je voulais retrouver le but de ma vie », a-t-il déclaré.

‘The Serendipitous Evolution of The Balfour Declaration of November 2, 1917’ (L’évolution inespérée de la Déclaration Balfour en date du 2 novembre 1917) par Paul Goldstein (Crédit : Cambridge Scholars Publishing)

Après avoir reçu son master en 2015, il a décidé de poursuivre pour un doctorat, étudiant finalement sous la direction du Dr. Eyal Lewin, professeur adjoint au département des études du Moyen-Orient et des sciences politiques à l’Université Ariel. (Lewin a un crédit de co-auteur sur L’évolution inespérée de la déclaration Balfour du 2 novembre 1917).

« Bien que j’aie été accepté ailleurs, j’ai décidé de passer mon diplôme à l’université d’Ariel parce que je pouvais tout faire en ligne », a déclaré M. Goldstein à propos d’une décision prémonitoire qui s’est avérée judicieuse lors de la pandémie de coronavirus.

M. Goldstein a admis qu’il ne savait rien de la déclaration Balfour avant de se lancer dans sa thèse. C’est après avoir rencontré M. Lewin et s’être entretenu avec lui lors d’une conférence de l’Association pour les études israéliennes à l’Université Brandeis en juin 2017, à l’occasion du 100e anniversaire de la Déclaration Balfour, que M. Goldstein a choisi son sujet.

Goldstein continue de réfléchir à la nature fortuite de la Déclaration Balfour – comment elle aurait pu dérailler par l’absence ou l’altération d’un seul élément de « l’horloge de précision » des événements qui y ont conduit.

« Je ressens la même chose que pour le fait d’avoir survécu à la Shoah. Dans les deux cas, c’était contre toute attente », a déclaré M. Goldstein.

« L’élément de hasard est si effrayant et intimidant. Nous voyons combien peu de choses sont dues à l’action humaine. Une force supérieure est à l’œuvre. Les choses que nous ne pouvons pas contrôler peuvent renverser les choses que nous pouvons contrôler », a-t-il ajouté.

Cet article contient des liens affiliés. Si vous utilisez ces liens pour acheter quelque chose, le Times of Israel peut recevoir une commission sans frais supplémentaires pour vous.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...