Rechercher

Une députée Meretz nommée Consule générale à Shanghai, 1e femme arabe à ce poste

"C'est un grand privilège d'être la première femme arabe" a tenir un tel poste, a commenté Ghaida Rinawie Zoabi ; cette initiative pourrait aider à stabiliser davantage la coalition

La députée Ghaida Rinawie Zoabi assiste à une réunion de la commission spéciale sur les affaires de la société arabe, à la Knesset, le parlement israélien à Jérusalem, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La députée Ghaida Rinawie Zoabi assiste à une réunion de la commission spéciale sur les affaires de la société arabe, à la Knesset, le parlement israélien à Jérusalem, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a nommé mardi la députée Meretz Ghaida Rinawie Zoabi au poste de Consule général à Shanghai, en Chine, ce qui fait d’elle la première femme arabe à occuper un poste consulaire à l’étranger.

Si cette initiative a été saluée comme étant une avancée symbolique importante pour les membres de la minorité arabe en Israël, elle est aussi considérée comme un moyen d’écarter Zoabi de la Knesset où elle a pu, à certaines occasions, fragiliser la stabilité de la coalition.

« La députée Rinawie Zoabi arrive avec une riche expérience de gestion et un parcours diversifié et impressionnant en économie et en service public », a déclaré Lapid. « Je lui souhaite de réussir, et je suis sûr qu’elle conduira le consulat général d’Israël à Shanghai vers de nouvelles et importantes réalisations. » Le ministre des Affaires étrangères a aussi souligné « l’importance de la Chine en général et de Shangaï en particulier dans l’économie mondiale ».

« Nos liens économiques avec la Chine sont un moteur de croissance déterminant pour l’économie israélienne et il faut que ces relations soient encore promues », a-t-il poursuivi.

La députée a déclaré de son côté que c’est « un grand privilège d’être la première femme arabe à occuper un rôle diplomatique aussi important. Je suis heureuse de pouvoir contribuer à la tâche importante de renforcer notre coopération économique, commerciale et culturelle avec l’un des partenaires économiques les plus déterminants d’Israël ».

Si Lapid et Zoabi ont tous les deux souligné l’importance de la Chine pour l’économie israélienne, certaines sources ont indiqué que cette nomination était également une affaire de politique interne.

Rinawie Zoabi à la Knesset avant la session d’investiture du nouveau gouvernement, le 5 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitousi/Flash90)

Zoabi a pu être une épine dans le pied de la coalition, une alliance qui ne bénéficie que d’une majorité minuscule à la Knesset. La législatrice s’était ainsi abstenue de voter à plusieurs occasions, torpillant d’importants projets de loi et notamment la législation récente portant sur le recrutement des ultra-orthodoxes au sein de l’armée.

Zoabi partant en Chine, elle sera remplacée à la Knesset par Kati Piasecki qui est actuellement membre du conseil municipal de Bat Yam.

« Lapid a agi de manière à faire en sorte que l’accord de rotation ait plus de chances de se réaliser en faisant baisser les risques encourus par la coalition jusque-là », a commenté une source impliquée dans la décision auprès du quotidien Haaretz, évoquant l’accord qui permettra à Lapid de devenir Premier ministre après Naftali Bennett.

« Cette initiative est gagnante à deux niveaux », a dit une autre source à Haaretz. « Il a promu une femme arabe à un poste diplomatique de premier plan et il peut dorénavant compter sur une nouvelle députée à la Knesset, Kati Piasecki, qui renforcera la coalition au lieu de la fragiliser ».

Zoabi s’était également fortement opposée aux opérations militaires menées par l’État juif.

L’année dernière, suite à des échanges de coups de feu entre l’armée israélienne et le groupe terroriste du Hezbollah, basé au Liban, elle avait indiqué que « le Premier ministre Naftali Bennett sait très bien que si le gouvernement s’oriente vers une confrontation militaire, la coalition s’écroulera parce que le Meretz et Raam n’accepteront pas une telle chose. »

Elle avait ajouté que « mon positionnement est très clair : Je soutiens la paix et je me bats pour la paix parce que pour moi, la paix n’est pas seulement un slogan. »

Toutefois, Zoabi devra relever des défis uniques dans son nouveau rôle, l’économie croissante de la Chine plaçant Israël dans l’obligation de se repositionner politiquement et économiquement face à cette super-puissance en devenir.

Des données publiées par le Bureau national des statistiques, au mois de janvier, ont indiqué qu’en 2021, la Chine était devenue la plus grande source d’importations du pays, dépassant même les États-Unis.

Un cargo au port de Ningbo-Zhoushan à Zhoushan, dans la province chinoise du Zhejiang, le 19 janvier 2022. (Crédit : Yao Feng/VCG via Getty Images/JTA)

Israël a importé 10,7 milliards de dollars en produits de Chine pendant toute l’année 2021 contre 7,7 milliards de dollars l’année précédente, ce qui représente une hausse de presque 40 %.

Israël et la Chine ont mis en place une commission conjointe sur la coopération en termes d’innovation, une commission dirigée par Lapid et par le vice-président chinois Wang Qishan. La commission a convenu d’un plan portant sur trois ans qui régulera la coopération et assurera le dialogue intergouvernemental entre les deux pays jusqu’en 2024.

Tout en renforçant graduellement ses liens avec Pékin, le gouvernement israélien a aussi fait savoir à l’administration Biden qu’il informerait la Maison-Blanche de tout accord significatif potentiellement conclu avec la Chine et qu’il sera prêt à réexaminer de tels accords si les États-Unis, l’allié le plus proche d’Israël, devaient s’y opposer.

Zoabi, 49 ans, est une activiste dans le défense des droits des arabes israéliens et une femme d’affaires, ancienne directrice du Centre Injaz pour la gouvernance arabe locale professionnelle. Elle avait été classée en 2018 dans la liste des femmes israéliennes les plus influentes par Forbes. Zoabi avait fait les gros titres avant d’entrer à la Knesset lorsqu’elle avait déclaré sur la chaîne Kul al-Arab qu’elle s’abstiendrait lors d’un vote contre les thérapies de conversion en direction des homosexuels « par respect » pour la communauté arabe dont elle était elle-même issue. A la fin de la même journée, le parti avait diffusé une vidéo montrant Zoabi, sombre, rassurant les électeurs sur le fait qu’elle soutiendrait le projet de loi et toutes les initiatives prises pour soutenir l’égalité des droits pour la communauté LGBT.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...