Israël en guerre - Jour 201

Rechercher
Interview

Une start-up israélienne développe une technologie pour contrecarrer les fraudes FTX

StarkWare, évaluée à 8 Mds de $, réunit 700 développeurs de crypto-monnaies à Tel Aviv pour explorer sa technologie pour rendre impossible le pillage des fonds

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le co-fondateur et président de StarkWare, Eli Ben-Sasson, à gauche, avec le co-fondateur et PDG Uri Kolodny lors d'un événement blockchain à Tel Aviv, le 7 février 2023. (Autorisation)
Le co-fondateur et président de StarkWare, Eli Ben-Sasson, à gauche, avec le co-fondateur et PDG Uri Kolodny lors d'un événement blockchain à Tel Aviv, le 7 février 2023. (Autorisation)

Alors que l’effondrement de la bourse de crypto-monnaies FTX en faillite fait encore frémir le secteur et alimente la méfiance des consommateurs, une start-up israélienne multimilliardaire met à disposition sa technologie de transaction blockchain « non-marchandable » pour une adoption massive dans l’espoir de prévenir le prochain scandale de fraude.

StarkWare, basée à Netanya et valorisée à 8 milliards de dollars, est le développeur d’une technologie qui compresse et accélère les transactions blockchain. Le professeur Eli Ben-Sasson, informaticien israélien, est le cerveau mathématique de la technologie Stark, qui est un système de preuve basé sur la cryptographie et l’algèbre moderne alimentant ses deux réseaux, StarkEx et « l’internet blockchain » appelé StarkNet, utilisé pour les applications blockchain et le traitement des transactions.

La start-up blockchain a réuni cette semaine environ 700 développeurs de crypto-monnaies et codeurs du monde entier à Tel Aviv, où Ben-Sasson, co-fondateur et président de StarkWare, a annoncé que le logiciel qui alimente les réseaux sera open source, ce qui signifie qu’il deviendra un bien public. Il pourra être utilisé comme infrastructure pour tout ce qui peut être déployé aujourd’hui sur la blockchain, comme les paiements, les échanges, les jeux, les NFT ou jetons non-fongibles, le vote et la gouvernance. La société de cartes de crédit Visa Inc. teste cette technologie pour effectuer des paiements automatiques en cryptomonnaie.

StarkWare affirme que sa technologie, destinée à rendre la blockchain évolutive pour une adoption de masse, gère plus de transactions que le Bitcoin.

« Nous voyons cette technologie Stark, dont la plupart des gens n’ont pas entendu parler mais qui sera bientôt à la base des applications que nous utilisons tous, devenir un bien public », a déclaré Itamar Lesuisse, co-fondateur et PDG d’Argent, une entreprise qui a construit un portefeuille intelligent utilisant StarkNet. « C’est énorme. C’est le moteur de la croissance d’une grande communauté de personnes du monde entier qui sont enthousiastes à l’idée de construire sur cette infrastructure. »

« Nous disons collectivement : changeons le paradigme de la crypto de ‘s’il vous plaît ne soyez pas mauvais’ à ‘la technologie signifie que vous ne pouvez tout simplement pas être mauvais' », a déclaré Lesuisse, qui était l’un des orateurs de l’événement blockchain.

700 développeurs et codeurs de crypto lors de l’événement blockchain StarkWare, à Tel Aviv, le 7 février 2023. (Autorisation)

StarkWare a déclaré que le rassemblement marquait le plus grand événement sur les nouvelles technologies de crypto depuis le scandale FTX et se concentrait sur l’exploration de l’infrastructure blockchain qui promet de rendre impossible le détournement de fonds par les échanges de crypto.

Blockchain, la technologie qui sous-tend les crypto-monnaies, souffre d’une atteinte à sa réputation depuis que le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, a été accusé d’avoir illégalement détourné des sommes massives d’argent de clients de sa plate-forme d’échange de crypto-monnaies pour des achats immobiliers somptueux, des dons politiques et des transactions risquées à l’insu des investisseurs, des clients et de la plupart des employés.

« Beaucoup de gens parlent maintenant de choses comme des détecteurs de fumée pour les types de fraudes qui se sont déroulées prétendument chez FTX », a déclaré Ben-Sasson au Times of Israel. « Notre technologie est meilleure qu’un détecteur de fumée ; c’est un mécanisme de prévention des incendies. Elle ne permet pas à ceux qui l’utilisent de détourner les fonds de leurs utilisateurs. »

Blockchain est la technologie de base de données qui sous-tend le bitcoin et d’autres crypto-monnaies permettant l’utilisation de systèmes de paiement de pair-à-pair. Elle fonctionne en enregistrant les transactions sous forme de « blocs » qui sont mis à jour en temps réel sur un grand livre numérisé sans gardien central. De nombreux entrepreneurs et informaticiens voient un énorme potentiel dans l’utilisation de la blockchain pour des applications du monde réel, car l’argent et d’autres actifs peuvent être transférés d’une personne à l’autre sans passer par une autorité centrale. Les cryptocurrencies sont des monnaies numériques qui peuvent être échangées entre des personnes sans l’intervention d’intermédiaires, comme les banques ou les gouvernements. La blockchain est le grand livre public distribué qui permet à ces crypto-monnaies de changer de mains sans que quelqu’un fasse des copies numériques de la monnaie ou altère d’une autre manière l’enregistrement des données ou de la propriété.

« Nous vivons à une époque où de plus en plus de nos interactions financières sont médiatisées par un très petit nombre de très grandes entreprises ou de banques, et on comprend de plus en plus qu’il n’est pas bon que tous nos flux d’argent passent par Google Pay, ou Visa, ou des banques et que toutes nos connexions sociales passent par Facebook ou Twitter, ou Instagram », a déclaré Ben-Sasson. « Ce que fait la blockchain, c’est vraiment nous permettre de revenir à la nature pair-à-pair des interactions sociales et économiques, mais de le faire sur Internet. »

Le co-fondateur et président de StarkWare, Eli Ben-Sasson, s’exprimant lors d’un événement sur la blockchain, à Tel Aviv, le 6 février 2023. (Autorisation)

« Il n’y a pas de réserve fédérale de Bitcoin, il n’y a pas de banquier en chef pour Stark ou pour l’un de ces protocoles. Ce sont des protocoles décentralisés et c’est la beauté de la blockchain », a-t-il ajouté.

StarkWare a été co-fondée en 2018 par Ben-Sasson, le PDG Uri Kolodny, Michael Riabzev et Alessandro Chiesa. En mai de l’année dernière, la start-up a levé 100 millions de dollars à une valorisation de 8 milliards de dollars dans un tour de financement de série D qui a été mené par Greenoaks Capital et Coatue, et a inclus Tiger Global. C’est une augmentation par rapport à la valorisation de 2 milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds en novembre 2021.

Selon Ben-Sasson, ce qui s’est passé à FTX et avec d’autres échecs catastrophiques similaires, c’est que les gens ont remis le contrôle des fonds à l’échange et se sont vus promettre qu’ils ne seraient pas détournés.

« Désormais, notre technologie utilise la blockchain pour mettre en œuvre un système d’auto-défense, ce qui signifie que les clients qui utilisent notre technologie ont toujours le contrôle de leurs fonds et qu’il est impossible de détourner des fonds par le biais de notre technologie », a-t-il expliqué.

StarkEx et Starknet sont des réseaux dits de « couche 2 » qui fonctionnent sur la blockchain Ethereum, ce qui renforce leur sécurité. Ils ont traité plus de 800 milliards de dollars de transactions et fournissent l’infrastructure d’Immutable X, une plate-forme de développement pour les jeux web3, de Sorare, une expérience de jeu de sport fantastique basée sur les NFT, et de dYdX, une bourse décentralisée pour le commerce des produits dérivés en crypto-monnaie.

« L’écosystème StarkNet a le potentiel d’amener le prochain milliard de personnes à utiliser la crypto et de permettre aux gens de se lancer sans aucune connaissance technique, car nous faisons ce saut vers une expérience utilisateur abordable et conviviale », a déclaré Motty Lavie, fondateur et PDG du fournisseur de portefeuilles de contrats intelligents Braavos. « Nous pouvons apporter cette expérience intuitive et simple à ce que nous appelons les portefeuilles auto-gardiens, c’est-à-dire la crypto qui est entièrement sous votre contrôle et personne ne peut mettre la main sur vos fonds. »

« Cela donne à davantage de personnes la confiance nécessaire pour utiliser des solutions auto-gardiennes et ne pas se tourner par défaut vers des acteurs centralisés, comme FTX et d’autres », a déclaré Lavie.

Ben-Sasson n’est pas trop préoccupé par la mauvaise réputation dont souffre souvent l’espace des crypto-monnaies et de la blockchain, affirmant qu’il est normal qu’en raison de son potentiel et de son battage médiatique, il ait attiré sa juste part de mauvais acteurs.

« Je ne suis pas inquiet pour l’image. Je pense que de plus en plus de gens comprennent et savent que la technologie de base est vraiment robuste et qu’elle est là pour rester », a noté Ben-Sasson. « Ce n’est pas la blockchain qui a provoqué l’effondrement, mais ce sont les entreprises qui étaient soit frauduleuses, soit simplement très négligentes et qui ont détourné les fonds des utilisateurs. »

Ben-Sasson a déclaré que la crise des crypto-monnaies établit des parallèles avec la secousse des dot-com du début des années 2000, dont des entreprises comme Twitter Inc. et Facebook ont fini par sortir.

« À l’avenir, je pense que la blockchain sera une strate utilisée pour les interactions et les accords sociaux et financiers », a déclaré Ben-Sasson. « Le nombre d’abonnés sur Twitter ou Instagram, c’est-à-dire votre personnage social, vous appartiendra un jour sur blockchain, et vos transactions financières et votre historique de crédit ne seront pas détenus et maintenus par les données d’une partie externe. Elles seront les vôtres, prouvées par vous sur une blockchain. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.