Une troupe judéo-arabe pleine d’espoir fait danser Paris
Rechercher

Une troupe judéo-arabe pleine d’espoir fait danser Paris

Issue de la Maison chaleureuse (Baït Ham) d'Abu Gosh, la troupe va sillonner quelques villes de France

Le village d'Abu Gosh, réputé pour abriter dans la paix une population mixte juive et arabe (Crédit: Wikimedia Commons/Hanay)
Le village d'Abu Gosh, réputé pour abriter dans la paix une population mixte juive et arabe (Crédit: Wikimedia Commons/Hanay)

La troupe de danse issue des Bait Ham, les Maisons chaleureuses créées par le Henry Cohen-Solal s’est arrêtée au Centre Créadanse de Paris au début du mois de mars.

Paris-Match qui s’est rendu ce 10 mars au studio de danse où a troupe d’Abou Gosh, emmenée par son maire Issa Jaber, décrit « un feu d’artifice, un cocktail exubérant de danses traditionnelles et modernes entre ces jeunes visiblement ravis et fiers de montrer leurs talents et de se tester sur d’autres pas. »

La troupe s’est ensuite rendue à Grenoble. Lors de leurs tournées françaises, ils sont habitués à être reçus à Argenteuil, Sarcelles, Pantin, ou encore le 16e arrondissement de Paris, raconte l’hebdomadaire.

Les Baït Ham, après avoir montré leur efficacité en Israël ont essaimé dans le monde entier. Ce modèle de foyer ouvert et chaleureux a séduit « en Colombie, à Madagascar et ailleurs, dans les zones où la génération montante est abandonnée à la délinquance et à la drogue ».

Pour soutenir l’action de ces lieux particuliers, il est possible d’aller faire un tour sur leur site internet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...