Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Washington prend de nouvelles sanctions contre des sociétés iraniennes et chinoises

La décision du Trésor vise aussi les chefs du CGRI, alors que l'administration Biden cherche à faire pression sur Téhéran, après l'attaque de drone qui a tué trois soldats américains

Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique lançant des missiles balistiques souterrains lors d'un exercice militaire, le 29 juillet 2020. (Crédit : CGRI via AP)
Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique lançant des missiles balistiques souterrains lors d'un exercice militaire, le 29 juillet 2020. (Crédit : CGRI via AP)

Le gouvernement américain a pris vendredi de nouvelles sanctions économiques et judiciaires contre l’Iran, au moment où ses forces armées ont conduit des frappes en Iran et en Syrie, visant le Corp des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) de Téhéran et des groupes pro-iraniens.

Le ministre de la Justice Merrik Garland et le procureur fédéral pour la juridiction de Manhattan à New York, Damian Williams, ont annoncé des poursuites pour « terrorisme, contournement de sanctions, fraudes et blanchiment d’argent contre sept personnalités d’un réseau de blanchiment du pétrole et orchestré par le Corps des Gardiens de la Révolution islamique, organisation étrangère terroriste, et sa Force Al-Qods », son unité d’élite.

Le CGRI constitue l’armée idéologique du régime de Téhéran.

La justice américaine accuse dans un communiqué des responsables officiels iraniens et des cadres turcs d’un groupe énergétique d’Ankara de « blanchir et de vendre du pétrole iranien à des acheteurs liés à la Chine, la Russie et la Syrie pour financer la Force Al-Qods, soutien du terrorisme de l’Iran ».

Les dégâts causés par l’attaque de drone sur la base militaire connue sous le nom de Tower 22 visibles au centre gauche de la photo, dans le nord-est de la Jordanie, le 29 janvier 2024. (Crédit : Photo satellite de Planet Labs PBC via AP)

Le parquet fédéral de Manhattan a annoncé en outre la « saisie de 108 millions de dollars que des sociétés des Gardiens de la Révolution tentaient de blanchir sur des comptes d’institutions financières américaines ».

« L’Iran se sert des canaux de ventes de pétrole sur son marché noir pour financer ses activités criminelles, telles que son soutien aux Gardiens de la Révolution, au [groupe terroriste palestinien du] Hamas, au [groupe terroriste chiite libanais du] Hezbollah et à d’autres groupes terroristes affiliés », a déclaré le ministre Garland dans le communiqué.

Cyber-attaques 

Simultanément, le président Joe Biden a déclenché des frappes de représailles contre des forces pro-Iran en Syrie et en Irak, après la mort en Jordanie dimanche dernier de trois militaires américains.

Vendredi matin, le Trésor américain avait rendu publiques de nouvelles sanctions contre des entreprises et personnalités iraniennes, ou leur apportant un soutien, impliquées dans la fabrication de drones de combat Shahed et dans des tentatives de cyber-attaques sur des infrastructures aux États-Unis.

Les personnes physiques et morales sont accusées d’avoir des liens ou d’appartenir au CGRI.

Les cyber-attaques avaient visé en 2021 un hôpital pédiatrique à Boston mais aussi plusieurs pays européens et Israël.

« Le ciblage délibéré d’infrastructures cruciales par des cyber-acteurs iraniens est un acte inadmissible et dangereux [que] les États-Unis ne toléreront pas », a tonné dans un communiqué le sous-secrétaire au Trésor Brian Nelson.

Des membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique d’Iran (CGRI) lors du défilé militaire annuel marquant l’anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l’Irak de Saddam Hussein, à Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)

Pour la production de drones Shahed, les sanctions ciblent des entreprises chinoises à Hong Kong.

Elles sont accusées d’avoir fourni des composants à des entreprises et personnes déjà visées par des sanctions américaines.

Les sanctions ciblent également une entreprise chinoise soupçonnée d’appartenir au CGRI et accusée d’avoir vendu pour plusieurs centaines de millions de dollars de matières premières iraniennes au nom du groupe China Oil and Petroleum Company.

Ces sanctions entraînent le gel de l’ensemble des avoirs détenus, directement et indirectement, aux États-Unis par les personnes et entreprises concernées ainsi que l’interdiction à toute entreprise ou personne basée aux États-Unis de réaliser des transactions financières avec ces personnes ou entités.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.