Yom HaAtsmaout : Aryeh Deri veut plafonner les dépenses municipales « excessives »
Rechercher

Yom HaAtsmaout : Aryeh Deri veut plafonner les dépenses municipales « excessives »

Le ministre de l'Intérieur promet de mettre un terme aux cachets d'artistes, pouvant s'élever à des centaines de milliers de shekels, qui dépassent les budgets des municipalités

Le chanteur Omer Adam en concert à Modiin, le 28 août 2011. (Crédit : Jorge Novominsky/ Flash 90)
Le chanteur Omer Adam en concert à Modiin, le 28 août 2011. (Crédit : Jorge Novominsky/ Flash 90)

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a déclaré lundi qu’il avait l’intention de limiter les dépenses exorbitantes contractées par des mairies pour les célébrations de Yom HaAtsmaout, après avoir reçu des informations faisant état de gros cachets de plusieurs grands artistes lors des événements municipaux gratuits organisés pour l’occasion.

Deri a indiqué qu’il prévoit d’accepter les recommandations d’une commission interne et de limiter les sommes versées aux chanteurs par les municipalités à 70 000 NIS (17 500 euros) à partir de 2020.

Ces dernières années, Yom HaAtsmaout est devenu une poule aux œufs d’or pour les meilleurs chanteurs pop, les artistes gagnant souvent des centaines de milliers de shekels pour une seule représentation, et les autorités locales se bousculant pour réserver les artistes les plus populaires.

Le chanteur très populaire Omer Adam serait en tête du peloton de la semaine prochaine, avec plus d’un million de shekels (250 000 euros) pour quatre représentations à l’occasion du jour de Yom HaAtsmaout, avec les chanteurs Eyal Golan, Moshe Peretz et d’autres non loin derrière.

La ville de Jérusalem accueille Sarit Haddad, dont le cachet se situe à 140 000 shekels (autour de 34 000 euros), selon Walla, mais aussi Danny Sanderson, à 70 000 shekels (17 000 euros); Shalva pour 40 000 shekels (9 900 euros) et Aharon Razel pour 30 000 shekels (7 400 euros). Netta Barzilai se produit à Haïfa et Ramat Gan pour 80 000 shekels (19 800 euros) par performance.

Parmi les endroits où Omer Adam se produira se trouvent les villes ouvrières de Ramle et Lod dans le centre d’Israël.

M. Deri a déclaré que l’imposition d’un plafond empêcherait les municipalités les plus pauvres d’engager des dépenses excessives afin d’offrir à leurs résidents des divertissements de qualité.

« Les résidents des municipalités locales ont le droit de profiter de spectacles de haute qualité à un coût raisonnable, et non au détriment d’autres services essentiels », a-t-il fait observer.

Le dirigeant du Shas, Aryeh Deri, assiste à une campagne électorale dans la ville de Tibériade, au nord du pays, le 18 mars 2019. (David Cohen/Flash90)

« Il n’y a aucune raison pour que les municipalités défavorisées versent des sommes considérables au-dessus de leurs moyens aux chanteurs à l’occasion de Yom HaAtsmaout. Cela entraîne une lourde dette pour certaines municipalités. »

Il a également déclaré qu’il serait bon de « donner une chance aux anciens chanteurs locaux, dont certains sont aujourd’hui exclus des grandes scènes ».

La Fédération des municipalités d’Israël s’est félicitée de cette décision, exprimant son soutien à la fin de « l’exploitation cynique » des autorités locales « qui sont déjà accablées par les dépenses courantes ».

De leur côté, les plus gros producteurs ont averti le site d’information Ynet que des rémunérations limitées pourraient inciter les meilleurs artistes à ne pas se produire.

« Ils ne viendront tout simplement pas. Cela ne sera pas intéressant pour eux », a déclaré un haut fonctionnaire sous couvert d’anonymat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...