La Knesset a adopté lundi un projet de loi qui enverrait en prison les personnes qui jettent des pierres sur des véhicules civils pour une periode pouvant aller jusqu’à 10 ans, sans avoir à prouver leur intention de nuire.

Initialement rédigé par l’ancienne ministre la Justice Tzipi Livni du parti centriste Hatnua et complété plus tard par Ayelet Shaked du parti de droite HaBayit HaYehudi qui lui a succédée, le projet de loi prévoit une période d’incarcération maximale de 20 ans si on peut prouver que les assaillants avaient l’intentention de causer des dommages.

Toujours en vertu de la nouvelle loi, l’entrave à l’activité de la police en jetant des pierres sur les policiers ou les véhicules de la police est passible de cinq ans de prison.

Le texte de loi, approuvé lundi en deuxième et troisième lecture, modifie une loi existante qui permet l’emprisonnement de lanceurs de pierres pendant 20 ans, mais seulement s’il peut être prouvé qu’ils avaient l’intention de causer des dommages.

« Aujourd’hui, justice a été rendue », a déclaré Shaked après que le projet de loi ait été approuvé. « Pendant des années, les terroristes ont pu échapper à la punition et à la responsabilité. La tolérance envers les terroristes se termine aujourd’hui. »

La ministre de la Justice nouvellement nommée Ayelet Shaked parle à la Conférence annuelle de l'association du Barreau à Eilat le 18 mai 2015. (Crédit photo: Yossi Zamir / Flash90)

La ministre de la Justice nouvellement nommée Ayelet Shaked parle à la Conférence annuelle de l’association du Barreau à Eilat le 18 mai 2015. (Crédit photo: Yossi Zamir / Flash90)

« Un lanceur de pierre est un terroriste, et seul un châtiment approprié peut être dissuasif, punitif et juste », a-t-elle ajouté.

Le projet de loi a remporté l’approbation de 69 députés contre 17, à la suite d’un débat orageux à la Knesset.

Le député Jamal Zahalka de la Liste arabe unie a critiqué la loi, la qualifiant d’hypocrite et injuste.

Le député Jamal Zahalka (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Jamal Zahalka (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Imaginez que l’on traduise devant un juge vraiment juste le lanceur de pierre, ainsi que ceux qui sont responsables du fait qu’il jette des pierres. Qui le juge mettra en prison ? Celui qui avait détruit la maison (du lanceur de pierre), exproprié de sa terre, tué son frère, ou le garçon qui a jeté une pierre ? » a-t-il demandé au cours du débat animé.

« Vous arrêtez la personne qui a réagi aux grandes injustices, quelle hypocrisie ! Ceux qui détruisent des maisons reçoivent des médailles, mais le garçon dont la colère est justifiée est condamné. Il n’y a pas de justice dans cette loi », a ajouté Zahalka.

Son collègue de parti Ahmad Tibi a ajouté que les manifestants juifs sont régulièrement protégés par l’armée, même quand ils attaquent les soldats, alors qu’on tire sur les manifestants arabes avec l’intention de les tuer.

« Chacun de vous sait que la punition d’un Palestinien, même s’il jette une pierre non létale, est la peine de mort », a-t-il dit, devant les membres de la Knesset.

Répondant aux remarques de Tibi, le vice-président de la Knesset et député de l’Union sioniste Hilik Bar a dit que c’était « bien » pour un député de critiquer les soldats israéliens, mais qu’il « ne doit pas oublier que c’est seulement grâce à eux que ce débat peut se tenir. »

« Tout comme ils me protègent, ils vous protègent, dans cette jungle du Moyen Orient, » a ajouté Bar, provoquant la colère de plusieurs députés de gauche.

Des Palestiniens lancent des pierres sur les voitures israéliennes sur les routes de Cisjordanie sur une base quasi quotidienne, et les affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ont tendance à impliquer des jets de pierres.

L’AFP a contribué à cet article.