Le dirigeant du groupe terroriste libanais Hezbollah a suggéré dimanche qu’Israël devrait déplacer son réacteur nucléaire de Dimona, parce qu’il était une cible de son organisation, dont la destruction pourrait avoir des conséquences bien plus graves qu’une attaque contre l’important réservoir d’ammoniaque de Haïfa qu’il a déjà menacé de détruire.

Depuis son bunker, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’est adressé à ses partisans rassemblés dans le village de Khiam, dans le sud du Liban, pour commémorer les 11 ans de la fin de la deuxième guerre du Liban. Il a prévenu que, si Israël envahissait à nouveau le pays, il ferait face à une force défensive 100 fois plus puissante que celle affrontée pendant le conflit.

Nasrallah a souligné qu’Israël avait été dissuadé d’attaquer le Liban, parce qu’il pense qu’il paierait un prix trop élevé pour une telle attaque.

Le Hezbollah, soutenu par le régime chiite iranien, a déjà menacé cette année de cibler avec ses roquettes un réservoir d’ammoniaque d’une capacité de 12 tonnes situé dans la baie de Haïfa en cas de conflit contre Israël.

Le réservoir d'ammoniac de Haïfa. (Crédit : ministère de l'Environnement)

Le réservoir d’ammoniac de Haïfa. (Crédit : ministère de l’Environnement)

Les projets d’Israël pour déplacer ce réservoir démontrent que le pays respecte la puissance du Hezbollah, a affirmé Nasrallah dimanche. Le réacteur nucléaire israélien de Dimona devrait lui aussi être déplacé, a-t-il dit, parce que sa destruction serait encore plus dangereuse.

Nasrallah a également moqué les plaintes d’Israël auprès des Nations unies sur les prétendues réserves naturelles du Hezbollah le long de la frontière. Pour les responsables de la sécurité, elles ne sont qu’une couverture pour des postes d’observation.

Les citoyens libanais, a dit Nasrallah, devraient planter plus d’arbres, puisque les Israéliens en ont tellement peur.

Une installation de l'ONG libanaise 'Green Without Borders', qui servirait, selon l'armée israélienne, d'avant-poste pour le Hezbollah sur la frontière israélo-libanaise. Photographie publiée le 22 juin 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Une installation de l’ONG libanaise ‘Green Without Borders’, qui servirait, selon l’armée israélienne, d’avant-poste pour le Hezbollah sur la frontière israélo-libanaise. Photographie publiée le 22 juin 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)