3 personnes arrêtées pour avoir agressé des militants de gauche
Rechercher

3 personnes arrêtées pour avoir agressé des militants de gauche

Une vidéo montre des manifestants au Tel Hai College menaçant les étudiants, jetant des œufs sur leur voiture après la conférence organisée par Breaking the Silence

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Photo illustrative d'une bannière de l'organisation Breaking the Silence, à Tel Aviv. (Tomer Neuberg/Flash90)
Photo illustrative d'une bannière de l'organisation Breaking the Silence, à Tel Aviv. (Tomer Neuberg/Flash90)

La police a arrêté trois militants de droite pendant la nuit de lundi à mardi, soupçonnés d’avoir agressé des participants à un événement organisé par un groupe qui s’efforce de dénoncer les actes répréhensibles présumés commis par l’armée israélienne à l’encontre des Palestiniens.

Les trois hommes, dans la vingtaine et résidents de la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, ont été arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir bloqué le passage d’une voiture transportant des étudiants qui ont assisté à une conférence du groupe Breaking the Silence, menacé les occupants et lancé des œufs sur le véhicule, a déclaré la police dans un communiqué mardi.

La vidéo tournée par l’un des élèves dans la voiture montre le véhicule entouré de manifestants qui profèrent des insultes et lancent des œufs. Elle a été diffusée par la chaîne de télévision Hadashot lundi soir. Les policiers qui avaient été alertés au sujet de la manifestation sont visibles dans la vidéo, apparemment en attente alors que les manifestants visaient le véhicule.

L’avocat et militant d’extrême droite Itamar Ben Gvir, qui représente les trois suspects, a déclaré : « La police qui était sur les lieux n’a pas vu de raison de procéder à des arrestations, et les arrestations [qui ont finalement été faites] ne sont dues qu’à des pressions politiques. Ben Gvir a également affirmé que les militants de gauche couraient comme des fous pendant la manifestation, mais n’ont pas été arrêtés.

הותקפו אחרי הרצאת "שוברים שתיקה"

במכללת תל חי התקיימה הרצאה של ארגון שוברים שתיקה במהלכה נשמעו קללות וגידופים כלפי הפעיל שהגיע מטעם הארגון. אך האירוע החמור התרחש לאחר ההרצאה כשפעילי המתינו לסטונדטים שיצאו מההרצאה ואף תקפו מספר בנות בזמן שיצאו מהמכללה http://bit.ly/2KJWCWE | אוהד חמו

Posted by ‎החדשות‎ on Monday, 7 May 2018

La police a indiqué que, bien qu’aucune plainte n’ait été déposée, les suspects devaient être amenés devant le tribunal de première instance de Kiryat Shmona plus tard dans la journée.

L’incident a eu lieu alors que l’activiste de Breaking the Silence, Achiya Schatz, a donné une conférence sur le groupe sur le campus du Tel Hai College à la périphérie de Kiryat Shmona.

Une contre-manifestation a été organisée par les habitants de la ville, et les manifestants ont chahuté les orateurs lors de l’événement. À un moment donné, deux personnes se sont violemment affrontés dans la salle de conférence et il leur a été demandé de quitter la salle.

Une fois l’événement terminé, on a demandé aux étudiants de rester à l’intérieur du campus alors que les militants de droite se réunissaient à l’extérieur pour attendre les participants de « gauche », a rapporté Hadashot. Le groupe d’étudiants qui sont partis en voiture a été intercepté à l’extérieur du campus par les manifestants et a enregistré l’agression depuis l’intérieur du véhicule.

La police a déclaré lundi, « Nous prenons au sérieux tout incident violent, et une enquête a été ouverte. »

Breaking the Silence, qui publie les témoignages d’anciens soldats israéliens qui font état de violations présumées des droits de l’homme par Tsahal en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, a suscité la colère des responsables israéliens et les critiques de ceux qui contestent l’authenticité de ses affirmations, pour la plupart anonymes.

Dans un communiqué, l’organisation attribue l’agression au Premier ministre Benjamin Netanyahu, au ministre de l’Éducation Naftali Bennett et au ministre de la Justice Ayelet Shaked, qui se sont tous élevés de façon énergique contre Breaking the Silence.

« Cet incident prouve que l’incitation de Netanyahu, Bennett et Shaked finira dans le sang – et que leurs mains ne seront pas lavées de ce sang », a déclaré lundi Breaking the Silence. « C’est un exemple qui illustre l’incitation contre Breaking the Silence et la droite transforme les mots en haine et en violence brutale. Il sera intéressant de voir si le procureur général et le procureur de l’État, les gardiens, rompent leur silence ».

En février, un projet de loi habilitant le ministre de l’Education à interdire aux organisations qui critiquent l’armée israélienne de se rendre dans les écoles a été adopté en première lecture à la Knesset.

Le projet de loi a été proposé pour la première fois en 2016, dans le cadre d’un débat public intense sur la légitimité des groupes de gauche opérant en Israël. Il s’adresse principalement à l’organisation Breaking the Silence, mais donnerait au ministre de l’Education le pouvoir d’interdire à tout groupe « dont le but est de nuire à l’armée » l’accès aux institutions scolaires.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...