Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Accord entre Jérusalem et Rabat sur les visas et les travailleurs marocains en Israël

Le ministre de l'Intérieur et de la Santé, Moshe Arbel, rencontre ses homologues et approfondit les liens entre les nations ; &il signe aussi un accord dans le domaine de la santé

Le ministre de la Santé Moshe Arbel (à gauche) serre la main du ministre marocain de la Santé Khalid Ait Taleb à Rabat le 16 juin 2023. (Crédit : ministère de la Santé marocain)
Le ministre de la Santé Moshe Arbel (à gauche) serre la main du ministre marocain de la Santé Khalid Ait Taleb à Rabat le 16 juin 2023. (Crédit : ministère de la Santé marocain)

Le ministre de l’Intérieur et de la Santé, Moshe Arbel, s’est rendu au Maroc le week-end dernier pour rencontrer ses homologues et conclure avec eux des accords visant à promouvoir la coopération entre les pays dans divers domaines, notamment l’assouplissement des exigences réciproques en matière de visas et le recrutement de Marocains pour travailler en Israël.

Lors d’une réunion vendredi avec le ministre de l’Intérieur de Rabat, Abdelouafi Laftit, les ministres ont convenu de former des équipes chargées de promouvoir un accord visant à faire venir des travailleurs étrangers du Maroc en Israël pour les employer comme infirmiers et ouvriers du bâtiment, a rapporté la presse israélienne.

Ils ont également discuté de l’assouplissement des exigences en matière de visa, le ministère marocain du Tourisme prévoit en effet la visite de quelque 200 000 Israéliens dans le pays cette année. Selon le ministère, 70 000 Israéliens ont visité le pays l’année dernière. Arbel a déclaré qu’il comptait accélérer le développement d’un système de visa électronique et le mettre en place d’ici la fin de l’année.

Arbel a en outre invité Laftit à se rendre en Israël.

En sa qualité de ministre de la Santé, Arbel a signé un accord avec son homologue marocain, Khalid Ait Taleb, afin d’établir une coopération dans le domaine de la santé entre les deux nations.

Dans le mémorandum d’entente, les ministres se sont engagés à coopérer dans les domaines suivants : les technologies médicales innovantes, la génétique, la lutte contre les maladies non contagieuses, la préparation aux épidémies et la planification stratégique des systèmes de santé.

« Nous renforçons nos liens avec le Maroc et concrétisons davantage l’accord de paix », a déclaré Arbel dans un communiqué publié par son bureau samedi. « Israël et le Maroc sont confrontés à des défis similaires en matière de santé, et la coopération dans ce domaine contribuera grandement à l’amélioration des capacités de soins de santé et à la santé des citoyens ».

Arbel a visité le Maroc avec le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, et le directeur de l’Autorité de la population et de l’immigration, Eyal Siso.

Ces derniers mois, Israël a renforcé ses liens avec le Maroc sur plusieurs fronts, notamment par le biais de plusieurs visites de haut niveau dans le pays. La semaine dernière, le président de la Knesset, Amir Ohana, s’est rendu sur place, tout comme le conseiller à la Sécurité nationale, Tzachi Hanegbi.

Lors de sa visite, Ohana a déclaré qu’Israël devrait prendre des mesures pour reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental contesté, ajoutant que des « discussions sérieuses » entre les pays sur la question sont en cours et que le Premier ministre Benjamin Netanyahu « annoncera ses décisions dans un proche avenir ».

La semaine dernière également, l’armée israélienne a envoyé une délégation de soldats pour participer à un exercice militaire important dirigé par les Américains au Maroc et dans les pays africains voisins, une première pour l’armée israélienne.

Et au début du mois, la ministre des Transports Miri Regev a signé trois accords de transport pour faciliter les échanges entre Israël et le Maroc lors d’une visite dans le pays nord-africain.

Les liens entre Israël et le Maroc n’ont cessé de se renforcer depuis la normalisation de leurs liens en 2020, dans le cadre d’une série d’accords connus sous le nom d’accords d’Abraham, soutenus par l’administration du président américain de l’époque, Donald Trump.

Rabat avait obtenu en échange, une concession clé de Washington, à savoir, la reconnaissance de sa souveraineté sur le Sahara occidental.

Malgré l’opposition de certains secteurs de la population marocaine, les liens n’ont depuis cessé de se développer.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.