Bagneux : Inauguration d’une stèle en mémoire des victimes de la Shoah sans sépultures
Rechercher

Bagneux : Inauguration d’une stèle en mémoire des victimes de la Shoah sans sépultures

Lors de cette cérémonie, la maire de Bagneux a tenu à rendre hommage au citoyen de la ville, Ilan Halimi, assassiné il y a 10 ans

Les rails de chemin de fer qui mènent au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Illustration. (Crédit : Serge Attal/Flash90)
Les rails de chemin de fer qui mènent au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Illustration. (Crédit : Serge Attal/Flash90)

Une stèle « à la mémoire des victimes de la Shoah » qui n’ont pas eu de sépultures « ni ici, ni ailleurs » a été inaugurée, le 9 octobre dernier au cimetière de Bagneux en présence de Pénélope Komités, adjointe aux affaires funéraires à la mairie de Paris, de Henry Battner, président de l’union des sociétés juives de France et de Marie-Hélène Amiable, la maire communiste de Bagneux.

Cette dernière a rappelé lors de cérémonie la mémoire d’Ilan Halimi, assassiné il y a 10 ans, à Bagneux, parce que juif.

Marie-Hélène Amiable a déclaré que « la ville a été profondément choquée et meurtrie par ce drame » soulignant la nécessité absolue de rendre hommage à ceux assassinés du fait de leur religion, « pour faire ce travail de mémoire, de souvenir qui est si important pour la nouvelle génération, » a-t-elle ajouté.

Selon le journal Le Parisien, cette cérémonie s’est déroulée dans un climat sécuritaire particulier, à la lumière des nombreux attentats que la France a subit depuis 2015.

« Le contexte sécuritaire actuel donne une dimension particulière à la commémoration cette année », a souligné Julie Sommaruga, la députée PS de la circonscription.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...