Covid-19 en Israël : assouplissement de certaines restrictions
Rechercher

Covid-19 en Israël : assouplissement de certaines restrictions

Des amendes sanctionneront le non-port du masque. Le cabinet s'est décidé après des heures de conflit sur des aspects du plan annoncé par Netanyahu et le ministère de la Santé

Des Juifs prient aux abords d'une synagogue dans la ville de Beitar Illit, en Cisjordanie, le 29 mars 2020 (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)
Des Juifs prient aux abords d'une synagogue dans la ville de Beitar Illit, en Cisjordanie, le 29 mars 2020 (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Le cabinet a approuvé, tôt dans la matinée de dimanche, la levée de certaines restrictions sur les activités économiques après des heures de querelles entre les ministres au cours de longs débats téléphoniques animés, cette nuit.

Les prières en plein air rassemblant jusqu’à 19 personnes seront dorénavant autorisées. Les fidèles devront impérativement conserver deux mètres de distance, les uns avec les autres, et porter des masques.

De plus, les Israéliens auront le droit de s’éloigner de 500 mètres de leur domicile pour faire du sport et de 500 mètres de leur lieu de travail pour rejoindre un quorum de prière en plein air.

Les ministres se sont accordés sur une amende de 200 shekels qui viendra sanctionner un individu contrôlé plus d’une seule fois sans porter un masque en public, revenant sur une proposition initiale qui envisageait de punir d’une amende de 500 shekels toute personne contrôlée sans masque et ce, dès la première fois.

Les initiatives comprennent :

1. Faire passer la proportion des travailleurs autorisés à se rendre sur leur lieu d’activité de 15 % à 30 % ;

2. Autoriser les entreprises high-tech et d’autres à faire revenir leurs employés ;

3. Introduire une nouvelle certification dite « Tav sagol » à laquelle les entreprises devront adhérer pour pouvoir rouvrir leurs portes – cette certification n’exigera pas d’approbation extérieure de la part d’un organisme d’Etat mais elle sera obligatoire. Elle comprendra l’approvisionnement en masques, des contrôles quotidiens de température pour tous les employés et une stérilisation régulière des surfaces ;

3. Rouvrir certains magasins – notamment ceux qui vendent de l’électronique, des produits de quincaillerie, les boutiques d’optique et d’autres – avec une limite de deux clients dans les enceintes des commerces et l’installation d’une zone-tampon aux caisses. Les centres commerciaux et les marchés resteront fermés ;

5. Accorder la priorité aux personnels des bureaux du gouvernement qui assistent le secteur privé ;

6. Reprendre les programmes d’enseignement à destination des enfants à besoins particuliers pour des groupes allant jusqu’à trois élèves et permettre aux enfants de trois familles d’être pris en charge par une seule garderie ;

7. Adapter et augmenter le nombre de transports publics en circulation quand ce sera jugé approprié ;

8. Permettre les activités sportives en binôme jusqu’à 500 mètres ;

9. Permettre les prières en plein air rassemblant jusqu’à 19 personnes, avec deux mètres entre les fidèles qui devront impérativement porter des masques ;

10. Présenter un plan stratégique permettant de prendre en charge les foyers et les structures pour personnes âgées qui ont été durement touchés par le virus ;

11. Autoriser les cérémonies de mariage et de circoncision rassemblant un maximum de dix personnes en plein air ;

12. Permettre aux hommes de se rendre aux bains rituels dans la mesure où le nombre de personnes présentes sera limité à trois.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé, samedi soir, la suppression des restrictions sur les industries, le commerce et les libertés personnelles dès dimanche dans le cadre d’un processus qu’il a qualifié de « prudent et graduel ».

Le Premier ministre a précisé que les nouvelles directives incluraient un retour au travail de certains employés dans les industries de la production et des services – qui sera soumis toutefois à des restrictions variées – ainsi que la réouverture de certains magasins.

Les ministres auraient eu un entretien téléphonique pour discuter et approuver les mesures seulement à deux heures du matin, dimanche. Les débats auraient été vifs et certaines décisions âprement contestées.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pendant une conférence de presse sur le coronavirus au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 25 mars 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Peu après l’annonce de Netanyahu, le ministère de la Santé avait publié de nouvelles règles qui avaient été communiquées par ce dernier. Une publication qui avait été rapidement supprimée après des plaintes furieuses des ministres qui avaient déploré le manque de concertation sur les mesures adoptées.

Les directives avaient été transmises sur le compte Telegram du ministère à 21h30. A 22h30, le message avait été supprimé et remplacé par le communiqué suivant : « Le ministère de la Santé souligne que les instructions en direction du public seront pleinement diffusées et détaillées après les discussions au sein du cabinet ».

La chaîne Kan a, pour sa part, fait savoir que Zeev Elkin, ministre de la Protection environnementale, avait écrit sur un groupe WhatsApp réunissant les ministres que « le ministère de la Santé se moque du cabinet ».

Plusieurs médias, notamment la Douzième chaîne et le site d’information Ynet, ont publié des messages furieux postés dans cette conversation de groupe et qui ont apparemment fuité auprès des journalistes.

Bezalel Smotrich, ministre des Transports, clamait dans l’un de ces messages que « je ne suis même pas sûr qu’une réunion du cabinet soit nécessaire si tout a d’ores et déjà été décidé et diffusé », ajoutant « nous ne sommes pas tenus par ce qu’a publié le ministère de la Santé. Et c’est sa suggestion mais c’est notre responsabilité et notre autorité qui sont engagées ici ».

Selon des informations retransmises par les journalistes, Smotrich a insisté, pendant la rencontre, sur l’importance de permettre à des groupes de prière de 20 personnes de se rassembler et pas seulement aux abords des habitations des fidèles. Les directives mises au point par Netanyahu avaient initialement limité ce nombre à 10.

Des Israéliens promènent leur chien et font du sport au parc HaYarkon de Tel Aviv, le 22 mars 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

D’autres ministres auraient apparemment appelé à ce que les directives ne soient pas précipitées, ce qui a mené le ministre du Likud, Ofir Akunis, à remarquer ce ne serait pas une bonne chose que le gouvernement n’approuve pas les mesures après leur annonce par Netanyahu, selon Michael Shemesh, journaliste de la chaîne Kan.

La Douzième chaîne a indiqué, samedi, que certains ministres du cabinet s’opposaient à des restrictions qui avaient été annoncées par Netanyahu, et notamment la limitation du périmètre de 500 mètres pour les activités sportives uniquement.

Netanyahu a fréquemment annoncé des mesures avant qu’elles ne soient approuvées par le cabinet, ce qui a pu entraîner des confusions après l’approbation finale de directives qui n’étaient pas les mêmes que celles dont il avait fait publiquement état.

La Douzième chaîne a rapporté, vendredi, que le plan avait finalement une portée bien plus importante que ce qu’avaient initialement voulu Netanyahu et le directeur-général de la Santé Moshe Bar Siman-Tov en raison des pressions exercées par le ministère des Finances et d’autres.

Selon la chaîne, Netanyahu favorisait, pour sa part, le maintien des restrictions dures jusqu’à, au moins, la fête de l’Indépendance, le 29 avril, mais il aurait finalement accepté un allègement de ces limitations.

La police et les soldats israéliens ferment la Begin Road, proche de l’entrée de Ramat Gan à Tel Aviv, le 14 avril 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Apparaissant lors d’une conférence de presse aux côtés de responsables des secteurs de la santé et de l’économie, samedi soir, Netanyahu a expliqué l’allègement des restrictions en disant que le taux de mortalité, en Israël, figurait parmi les plus bas de tous les pays de l’OCDE tandis que le taux de dépistage était l’un des plus élevés.

Les statistiques sur le taux de nouveaux cas et sur le nombre de personnes placées sous respirateur ont été relativement encourageantes ces derniers jours.

« Jusqu’à aujourd’hui, nous avons pris des mesures pour restreindre les déplacements… pour réduire le nombre de personnes au travail… pour traquer les cas confirmés », a-t-il dit. « Ces mesures ont fait leurs preuves… ces résultats positifs nous permettent d’alléger petit à petit ces restrictions ».

Toutefois, lui et d’autres responsables ont averti que la nouvelle phase de gestion de la crise dépendait pleinement du comportement responsable des Israéliens, appelés à continuer à prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter d’aider le virus à se propager.

Netanyahu a clamé que la situation serait réévaluée dans deux semaines et que si elle devait continuer à s’améliorer, les restrictions seraient encore révisées à la baisse. Toutefois, a-t-il mis en garde, elles seront réimposées en cas de recrudescence de l’épidémie.

Prenant la parole après Netanyahu, le directeur du ministère de la Santé, Bar Siman-Tov, a souligné que toutes les anciennes directives en direction du public restaient en vigueur et notamment l’obligation du port du masque en public et une distanciation sociale d’au moins deux mètres entre les individus.

Les citoyens seront encore obligés à rester dans un périmètre de cent mètres de leurs habitations, sauf s’ils se livrent à une activité permise.

Il a déclaré que les Israéliens âgés de 67 ans et plus, ainsi que ceux présentant un risque élevé de contracter la maladie (notamment les personnes souffrant de diabète, d’insuffisance coronarienne, d’hypertension ou ayant été hospitalisées au cours des six derniers mois), devaient rester confinées à domicile pour le moment.

Le marché de Mahane Yehuda, vide, à Jérusalem, le 29 mars 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Netanyahu a ajouté que la Journée de l’Indépendance et la Journée de commémoration des soldats tombés au combat et des victimes du terrorisme auraient lieu sans rassemblement public.

Il a également demandé aux citoyens musulmans d’Israël d’éviter les dîners de famille et les réunions associés lors du ramadan, qui commence jeudi.

Les centres commerciaux, les restaurants, les magasins de jouets, les salons de beauté et les magasins de vêtements resteront fermés pour le moment.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...