Rechercher

COVID : Le taux de transmission et le nombre de cas sont en légère augmentation

Les chiffres du ministère de la Santé montrent que le chiffre R atteint 0,92, alors qu'il continue d'approcher de 1

Illustration : Un technicien prélève un échantillon d’écouvillon nasal pour la COVID-19, au laboratoire du coronavirus, à l’aéroport international Ben-Gurion, le 2 mars 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Illustration : Un technicien prélève un échantillon d’écouvillon nasal pour la COVID-19, au laboratoire du coronavirus, à l’aéroport international Ben-Gurion, le 2 mars 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

La propagation du COVID-19 en Israël augmente, le taux de transmission du virus se rapprochant de 1 – le point après lequel l’épidémie devrait s’accélérer, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés jeudi.

Le nombre R – le taux de reproduction du coronavirus – était de 0,92, calculé sur la base des données des 10 jours précédents. Mercredi, selon les données du ministère de la Santé, le nombre R était de 0,9 et a lentement augmenté par rapport à 0,6 plus tôt ce mois-ci.

Le chiffre représente le nombre de personnes que chaque patient confirmé infecte en moyenne. Tout nombre supérieur à 1 signifie que la pandémie se développe et, à moins d’être freinée, grimpera de façon exponentielle.

Il y a eu 6 738 nouveaux cas de virus diagnostiqués mercredi, selon les données du ministère. Le nombre a dépassé 6 300 pendant trois jours consécutifs, montrant que la tendance à la baisse au cours des dernières semaines commençait à s’inverser.

Il y avait 40 096 cas actifs de COVID en Israël jeudi matin, dont 332 dans un état grave. Avec le décès d’un autre patient mercredi, le bilan depuis le début de la pandémie en 2020 est passé à 10 405.

Le Premier ministre Naftali Bennett a annoncé mercredi qu’Israël maintiendrait l’obligation du port du masque en intérieur pendant au moins un mois supplémentaire alors que les craintes d’une résurgence des cas de coronavirus persistent. La plupart des autres restrictions liées au COVID ont été annulées.

Lors d’une réunion avec des responsables de la santé, Bennett et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz ont reçu les derniers chiffres d’Israël et du reste du monde, avec une attention particulière portée sur la Chine, qui a connu une augmentation significative des cas ces dernières semaines, selon une déclaration du Cabinet du Premier ministre.

Les responsables vérifieront également les inventaires de vaccins et de médicaments « avant la possibilité d’une souche grave de coronavirus, si elle devait être trouvée », selon un communiqué du gouvernement. Ils accéléreront également la distribution de filtres à air pour les salles de classe et maintiendront le programme « Magen Avot » visant à protéger les Ehpad et les autres populations à risque.

L’approche prudente de Bennett peut être due en partie aux fêtes juives à venir qui ont pour habitudes de donner lieu à de grands rassemblements. L’expérience a montré que ces rassemblements avaient conduit à des infections massives par le passé.

Mercredi soir, la fête de Pourim a débuté. Les lectures publiques de la Meguila, les fêtes et les parades sont un moment de célébration. D’ici un mois, Pessah débutera, donnant lieu à des réunions de famille.

Il y a deux ans, Pessah a été célébré sous confinement strict dans le cadre des mesures prises pour endiguer le coronavirus, les familles ayant reçu l’ordre de ne pas héberger de parents extérieurs à leur foyer.

Des techniciens effectuent un test de diagnostic pour le COVID-19 dans un laboratoire d’une succursale de Leumit à Or Yehuda, le 21 janvier 2022. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Mercredi, le ministère de la Santé a annoncé que deux cas d’un nouveau variant de COVID, jusque-là inconnu, avaient récemment été diagnostiqués en Israël.

Le nouveau variant – une combinaison du sous-variant dominant BA.1 d’Omicron et d’un autre sous-variant, BA.2 – a provoqué des symptômes légers, notamment une faible fièvre, des douleurs musculaires et des maux de tête, mais n’a pas nécessité de traitement spécial.

« Ce variant est encore inconnu dans le monde », a déclaré le ministère de la Santé, ajoutant que les cas avaient été diagnostiqués lors de tests PCR effectués sur des passagers israéliens arrivant à l’aéroport Ben Gurion.

Le ministère a déclaré qu’il continuerait de suivre de près la situation.

BA.2 a été documenté pour avoir réinfecté certaines personnes après un premier cas d’Omicron. Il existe des recherches mitigées sur la question de savoir s’il provoque une forme plus grave qu’Omicron, mais les vaccins semblent tout aussi efficaces contre celui-ci.

Alors que le nombre de personnes testées en Israël a diminué, toutes les arrivées internationales à l’aéroport sont contrôlées dès l’atterrissage.

Les nouveaux cas quotidiens de COVID ont chuté assez régulièrement au cours du mois dernier, après avoir atteint 30 000 cas à la mi-février alors qu’Israël sortait de sa cinquième vague d’infections virales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...