Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Dans une ancienne synagogue roumaine, « des fantômes écoutent le passé juif »

La pièce de théâtre "A Secret About Joy" de Sarah Brown, qui évoque la vie quotidienne des Juifs avant la Shoah, a été jouée devant des milliers de Roumains depuis l'an dernier

La pièce de théâtre "A Secret About Joy", de la dramaturge Sarah Brown, jouée par les acteurs Andrei Gîlcescu, Ștefan Tunsoiu et Ana Monica Vîlcu, dans la Grande synagogue de Sibiu, en Roumanie. (Autorisation)
La pièce de théâtre "A Secret About Joy", de la dramaturge Sarah Brown, jouée par les acteurs Andrei Gîlcescu, Ștefan Tunsoiu et Ana Monica Vîlcu, dans la Grande synagogue de Sibiu, en Roumanie. (Autorisation)

Dans une ancienne synagogue roumaine, une production théâtrale inhabituelle de la dramaturge Sarah Brown évoque les Juifs qui vivaient autrefois dans la ville de Sibiu, en Transylvanie.

Présentée pour la première fois en 2022 dans le cadre du Festival international de théâtre de Sibiu, A Secret About Joy (« Un secret sur la joie ») a été acclamée par la critique et a attiré des milliers de spectateurs, dont la première dame de Roumanie. La distribution de 27 personnes comprend un chœur de 10 femmes, 4 musiciens et 13 acteurs.

Brown a récemment expliqué au Times of Israel que A Secret About Joy est une pièce spécifique à un site particulier : la Grande Synagogue de la ville centrale de Roumanie, qui n’est plus active, mais qui est au centre de l’action.

« L’endroit où l’on joue est le personnage principal », a déclaré Brown, qui a reçu une bourse Fulbright – sa deuxième – pour enseigner et créer des pièces de théâtre en Roumanie.

« Tout ce que vous faites est inspiré de l’espace et vous écrivez du théâtre pour l’espace », a déclaré Brown au Times of Israel.

Dans les mois à venir, Brown espère faire traduire la pièce de l’anglais en roumain et trouver d’autres synagogues roumaines pour accueillir la production.

La pièce de théâtre « A Secret About Joy », de la dramaturge Sarah Brown, jouée par les comédiennes Cristina Ghinies, Ioana Antal, Eva Frățilă, Antonia Dobocan et Patricia Buraga, dans la Grande synagogue de Sibiu, en Roumanie. (Autorisation)

« ‘A Secret About Joy’ tourne autour de plusieurs familles juives qui vivent des événements de la vie familiers à tout le monde », a déclaré Brown. L’action se déroule en 1927, à l’époque où Sibiu comptait 1 300 Juifs, dont une petite population hassidique.

« Je ne voulais pas parler de la Shoah », a expliqué Brown, professeure de théâtre à l’université de Memphis.

« Je savais qu’il y avait eu 700 000 Juifs en Roumanie et qu’ils s’étaient investis dans la vie là-bas. Je voulais en faire l’expérience. Je voulais découvrir des histoires et être au cœur de tout cela », a déclaré la dramaturge, dont les grands-parents étaient originaires de Roumanie.

Sarah Brown, dramaturge et lauréate de trois bourses Fulbright, dans la grande synagogue de Sibiu, en Roumanie. (Autorisation)

Colonisée par les Allemands et encore fortement imprégnée de leur culture, la ville de Sibiu est connue dans le monde entier pour ses étranges fenêtres fendues – « en œil » -encastrées dans les tuiles de nombreux toits, qui donnent aux piétons l’impression d’être observés lorsqu’ils passent devant.

En 2010, Brown a effectué son premier séjour Fulbright en Israël, où elle a enseigné la performance en solo à l’Université de Haïfa. Elle a également écrit son propre spectacle solo et l’a présenté à Haïfa, Tel Aviv, au Brésil et à New York.

Alors qu’elle vivait en Israël, Brown a commencé à monter des pièces de théâtre particulières pour des festivals internationaux. Avec A Secret About Joy, elle espère donner au public roumain un aperçu de la vie juive dynamique avant que le fascisme n’envahisse le pays à la fin des années 1920.

« Je voulais que le public tombe un peu amoureux des personnages et qu’il quitte la pièce en ayant établi un lien intime avec cette communauté oubliée – un lien qu’il n’aurait peut-être jamais pu établir autrement », a déclaré Brown.

Des femmes qui ont enfreint les règles

Dans les environs de Sibiu, la Grande Synagogue est largement connue comme « un lieu qui n’est jamais ouvert », a déclaré Brown.

L’imposante synagogue, avec sa façade de style néo-roman et byzantin, n’est pas dans le meilleur état, a déclaré Brown, « mais son histoire et son esprit étaient encore palpables ».

Au début de son programme Fulbright en Roumanie, Brown a fait entrer dans la synagogue un groupe d’étudiants de troisième cycle. « Aucun d’entre eux n’avait jamais pénétré dans ce bâtiment ou dans une synagogue auparavant », dit-elle.

« J’ai été très touchée par leur curiosité », a déclaré Brown, ajoutant que certains de ces élèves comédiens ont, par la suite, joué des rôles dans la pièce.

La Grande synagogue de Sibiu, en Roumanie. (Crédit : Emmanuel Dyan/Flickr)

Les interactions de Brown avec ses élèves ont influencé la pièce de bien des façons. Par exemple, un personnage a été créé d’après un élève qui a dit qu’il « ne voyait pas de sainteté » dans la synagogue.

En enseignant le théâtre à ses étudiants, Brown s’est rendue compte qu’ils en savaient très peu sur le judaïsme. Par exemple, ils ne savaient pas que la Torah était la Bible écrite en hébreu.

Comme il reste moins de 50 Juifs à Sibiu, Brown savait que sa pièce devait « expliquer » le judaïsme et la Torah à son public.

« Il était important pour moi que les Roumains non-juifs entrent dans la synagogue et apprennent que la Torah n’est que les cinq premiers livres de la Bible, la même Bible que Jésus a étudiée. Et que les Juifs viennent dans leurs lieux de culte avec les mêmes espoirs, les mêmes rêves et les mêmes luttes que les non-Juifs amènent avec eux dans leurs églises », a déclaré Brown.

La pièce de théâtre « A Secret About Joy », de la dramaturge Sarah Brown, jouée dans la Grande synagogue de Sibiu, en Roumanie. (Autorisation)

L’élément central de A Secret About Joy est le changement vécu par certaines femmes juives en ce qui concerne les rôles qu’elles pourraient jouer dans la vie.

Les scènes de la pièce s’articulent autour de cette transition, comme les parents qui se disputent pour savoir qui leur fille est autorisée à épouser, ou les femmes juives qui demandent à pouvoir prier dans la synagogue, plutôt que de se cacher derrière les cloisons du balcon.

Le crescendo émotionnel de la pièce intervient lorsque certaines femmes juives de Sibiu se rassemblent dans le sanctuaire pour chanter un nigun – ou mélodie hassidique spirituelle – en violation de la loi juive orthodoxe.

Pendant qu’elles chantent, d’autres femmes – les parentes ancestrales des femmes du bas – apparaissent au balcon pour se joindre au chant et unir le passé et le présent.

La pièce de théâtre « A Secret About Joy », de la dramaturge Sarah Brown, jouée dans la Grande synagogue de Sibiu, en Roumanie. (Autorisation)

Dans le montage « nigun » et d’autres aspects de la pièce, Brown espérait faire de son public « les fantômes du futur qui écoutent la vie de la synagogue en 1927 », a-t-elle expliqué.

« Des femmes du passé apparaissent au balcon et parlent aux femmes d’en bas, qui savent qu’elles ne devraient pas être là », a expliqué Brown.

« Elles chantent à propos des femmes qui ont enfreint les règles dans la Bible. »

« Les matriarches savaient quand enfreindre une règle au bon moment et pour la bonne raison », a déclaré la dramaturge.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.