De l’Ukraine à Israël et Tokyo : Le parcours d’un médaillé d’or olympique
Rechercher
JO TOKYO 2020

De l’Ukraine à Israël et Tokyo : Le parcours d’un médaillé d’or olympique

Artem Dolgopyat a quitté l'Ukraine pour s'installer en Israël à l'âge de 12 ans ; Il a eu du mal à apprendre l'hébreu et à s'intégrer, sauf à la salle de sport

Artem Dolgopyat, d'Israël, pose après avoir remporté la médaille d'or à l'exercice au sol lors de la finale par appareil de la gymnastique artistique masculine aux Jeux olympiques d'été de 2020, dimanche 1er août 2021, à Tokyo, au Japon. (AP Photo/Gregory Bull)
Artem Dolgopyat, d'Israël, pose après avoir remporté la médaille d'or à l'exercice au sol lors de la finale par appareil de la gymnastique artistique masculine aux Jeux olympiques d'été de 2020, dimanche 1er août 2021, à Tokyo, au Japon. (AP Photo/Gregory Bull)

L’Israélien Artem Dolgopyat, 24 ans, est entré dans l’histoire dimanche en décrochant une médaille d’or à l’exercice au sol en gymnastique artistique masculine.

Les Jeux reportés de Tokyo 2020 ont marqué les débuts olympiques de cet athlète modeste et sans prétention, qui a vécu la moitié de sa vie dans l’État juif. Mais depuis qu’il est enfant, Dolgopyat n’a cessé de remporter des victoires et des médailles au fur et à mesure de son ascension dans ce sport.

Né à Dnipro, en Ukraine, Dolgopyat a déménagé en Israël avec sa famille à l’âge de 12 ans. À cette époque, il avait déjà prouvé qu’il était un jeune gymnaste prometteur, après avoir commencé à s’entraîner en Ukraine quand il n’avait que 6 ans.

« Mon père a fait de la gymnastique pendant quelques années et voulait que j’essaie, car c’est un sport magnifique et difficile », a-t-il déclaré au site israélien NRG en 2017. « J’étais très maigre et plein d’énergie, et je me souviens être entré dans la salle et avoir vu plein de petits enfants sauter sur le trampoline et faire des flips dans les airs, et j’ai adoré ça. »

À l’âge de 12 ans, dit-il, son père, Oleg, lui a annoncé que toute la famille déménageait en Israël. « Je savais que nous étions Juifs, mais nous ne célébrions pas les fêtes, et jusqu’à ce moment-là, je n’avais même pas entendu parler d’Israël », a-t-il admis.

À son arrivée en Israël, dit-il, il a eu du mal à apprendre l’hébreu et à s’adapter à sa nouvelle école et à ses camarades de classe.

Artem Dolgopyat, d’Israël, effectue l’exercice au sol lors de la finale de gymnastique artistique masculine des Championnats d’Europe à Glasgow, en Écosse, le 12 août 2018. (Crédit : AP Photo/Darko Bandic)

« Pendant les deux premiers mois, je me suis assis en classe à Rishon Lezion et je ne comprenais pas un mot », a-t-il déclaré à NRG. Il est passé dans une école avec un pourcentage élevé d’enseignants russophones, ce qui l’a aidé à s’adapter. Mais c’est au gymnase qu’il s’est toujours senti le plus à l’aise. « Pour moi, la gymnastique a toujours été ce qu’il y a de plus important – c’est ce que je faisais tout le temps et ce qui m’a aidé à m’acclimater à Israël. »

Il s’est enrôlé dans Tsahal à 18 ans pour effectuer son service obligatoire, mais a servi dans un cadre spécial conçu pour les athlètes, où il passait une partie de son temps dans l’armée et consacrait le reste de son attention à l’entraînement.

Aux Jeux olympiques d’été de la jeunesse de 2014, Dolgopyat a terminé 5e au saut et 7e à l’exercice au sol. Et en 2017, il a commencé à vraiment s’épanouir, remportant plusieurs victoires alors qu’il se frayait un chemin vers le sommet.

En avril 2017, Dolgopyat a terminé quatrième à l’exercice au sol aux Championnats d’Europe de gymnastique artistique – juste une place derrière le médaillé de bronze israélien Alex Shatilov – qui est devenu un mentor et un ami de Dolgopyat dans les années qui ont suivi.

Un mois plus tard, en mai, Dolgopyat a remporté une médaille d’argent au Grand Prix d’Osijek ; en juillet, il a remporté deux médailles d’or et une de bronze aux Jeux Maccabiah ; et en octobre, il a remporté la médaille d’argent à l’exercice au sol aux Championnats du monde de gymnastique artistique à Montréal – il est seulement le deuxième Israélien, après Shatilov, à avoir remporté une médaille à cet événement.

Oleg Dolgopyat, le père du médaillé d’or olympique israélien Artem Dolgopyat, devant son travail à Holon le 1er août 2021. (Crédit : Flash90)

Lors des Championnats du monde 2019 à Stuttgart, en Allemagne, Dolgopyat a remporté une médaille d’argent à l’exercice au sol, et l’or lors des Championnats d’Europe 2020 à Mersin, en Turquie.

Tous ses succès sont le résultat d’un immense travail – des heures et des heures d’entraînement chaque jour et des nuits tardives combinant la gymnastique et le service militaire. Il a subi des blessures et des revers, luttant contre des douleurs dorsales et des problèmes de jambes au fil des ans. Mais il n’a jamais renoncé à son rêve, et il a toujours eu Shatilov à ses côtés tout au long de son parcours.

« La gymnastique est comme une famille et Alex Shatilov est comme un grand frère pour moi », a déclaré Dologpyat en 2017. « Il m’a aidé tout au long des années, m’a donné des conseils professionnels, m’a aidé à réparer mes erreurs. »

Shatilov – qui a représenté Israël aux Jeux olympiques de 2008, 2012 et 2016 – était également présent à Tokyo. Il a participé à l’exercice au sol mais a terminé 47e au classement général. Au fil des années, Shatilov, 34 ans, a remporté une série de médailles pour Israël lors de compétitions internationales, mais n’a jamais réussi à ramener de médaille olympique.

Artem Dolgopyat, d’Israël, s’exécute au sol lors de la finale de l’agrès masculin aux Championnats du monde de gymnastique à Stuttgart, en Allemagne, le 12 octobre 2019. (Crédit : AP Photo/Matthias Schrader)

Dimanche, Shatilov a regardé et encouragé Dolgopyat alors qu’il marquait l’histoire d’Israël et ramenait la toute première médaille olympique du pays en gymnastique, et seulement sa deuxième médaille d’or au total. Shatilov a félicité Dolgopyat pour sa victoire, tandis que ce dernier l’a remercié pour son soutien au fil des ans.

« Il m’a accompagné pendant tout mon parcours, pendant toute ma carrière, il a été avec moi et nous sommes comme des frères », a déclaré Dolgopyat dimanche. « Je suis tellement heureux qu’il ait toujours été à mes côtés et moi à ses côtés. C’est dommage que nous n’ayons pas pu aller tous les deux en finale. »

Et si Dolgopyat, modeste, a admis que sa performance de médaillé d’or n’était même pas sa meilleure, il a déjà jeté son dévolu sur son prochain objectif : une autre médaille d’or olympique.

« Mon rêve maintenant est d’obtenir une autre médaille d’or olympique », a-t-il déclaré à Haaretz dimanche. « C’est ce sur quoi nous allons commencer à travailler demain. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...