Des Démocrates US reprochent à Israël de ne pas vacciner les Palestiniens
Rechercher

Des Démocrates US reprochent à Israël de ne pas vacciner les Palestiniens

Pour Jamaal Bowman, cette cruauté est "un rappel des raisons pour lesquelles l'occupation doit prendre fin", et Rashida Tlaib affirme qu'Israël est un "État raciste et d'apartheid"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Une résidente palestinienne du quartier de Beit Hanina à Jérusalem-Est se fait vacciner contre le coronavirus dans un centre de santé de Clalit, le 12 janvier 2021. (Ahmad Gharabli/AFP)
Une résidente palestinienne du quartier de Beit Hanina à Jérusalem-Est se fait vacciner contre le coronavirus dans un centre de santé de Clalit, le 12 janvier 2021. (Ahmad Gharabli/AFP)

NEW YORK – Un nombre croissant de démocrates se sont prononcés contre Israël parce qu’il ne vaccine pas les Palestiniens en Cisjordanie.

Dimanche, Jamaal Bowman, membre nouvellement élu du Congrès de New York, s’est joint à Joaquin Castro, représentant principal de la Chambre des représentants, à Marie Newman, nouvelle représentante, à Tim Kaine, ancien candidat à la vice-présidence, et à la représentante Rashida Tlaib pour exprimer son inquiétude à ce sujet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu « doit s’assurer que les Israéliens et les Palestiniens ont accès au vaccin Covid », a tweeté Bowman, qui a rejoint le groupe des députés progressistes, tout en s’identifiant comme pro-israélien et anti-BDS.

« Cette cruauté est un nouveau rappel des raisons pour lesquelles l’occupation doit prendre fin », a-t-il ajouté.

Jamaal Bowman s’exprime devant le public au cours de la nuit des primaires à New York, le 23 juin 2020 (Crédit : AP Photo/Eduardo Munoz Alvarez)

Israël vaccine ses propres citoyens arabes et les résidents palestiniens de Jérusalem-Est, et affirme qu’il n’est pas responsable de la vaccination des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza. Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a déclaré qu’Israël envisagera d’apporter son aide, une fois qu’il aura pris soin de ses propres citoyens.

Selon les termes des accords d’Oslo de 1995, l’Autorité palestinienne est responsable des Palestiniens vivant en Cisjordanie et à Gaza, tandis que les deux parties doivent travailler ensemble pour combattre les épidémies.

Selon la quatrième Convention de Genève, Israël, s’il est considéré comme une puissance occupante, est tenu de fournir des vaccins aux Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza. La Convention oblige une puissance occupante à « importer les fournitures médicales nécessaires, y compris les médicaments, les vaccins et les sérums, lorsque les ressources du territoire occupé sont insuffisantes ».

Israël rejette l’affirmation selon laquelle il occupe la Cisjordanie, affirmant que les territoires qu’il gouverne depuis 1967 sont « disputés » plutôt qu’occupés. Il note également qu’il s’est retiré de Gaza. En tant que tel, Jérusalem n’a jamais accepté l’applicabilité de ce statut de droit international aux territoires.

Castro, qui a perdu la course à la présidence de la commission parlementaire des Affaires étrangères, a déclaré au journal de gauche Haaretz dimanche qu’il était « déçu et préoccupé » par cette affaire.

« Je félicite Israël d’avoir été le premier pays au monde à vacciner sa population, mais je suis déçu et préoccupé par le fait que leur gouvernement exclut de ces efforts de vaccination les Palestiniens vivant sous l’occupation israélienne, alors qu’il a mis les vaccins COVID à la disposition des résidents israéliens des implantations en Cisjordanie », a-t-il ajouté.

« C’est un rappel brutal de l’importance de parvenir à une solution à deux États qui respecte les droits du peuple palestinien et la sécurité d’Israël », a-t-il déclaré.

Début janvier, Miller a publié un communiqué déclarant que « l’administration Netanyahu a l’obligation morale et humanitaire de veiller à ce que les Israéliens et les Palestiniens aient accès aux vaccins ».

Ses commentaires ont été suivis par ceux, bien plus enflammés, de Tlaib sur la chaîne Democracy Now la semaine dernière. La députée palestino-américaine a qualifié Israël d' »État raciste » qui refuse les vaccinations aux Palestiniens comme sa grand-mère, qui vit en Cisjordanie.

« Ils ne considèrent pas qu’elle est un être humain à part entière qui mérite de vivre, qui mérite de pouvoir être protégé par cette pandémie mondiale », a déclaré Mme Tlaib. « Il est vraiment difficile de voir cet État d’apartheid continuer à nier ses propres voisins, les gens qui respirent le même air qu’eux, qui vivent dans les mêmes communautés ».

Les propos de Tlaib ont été dénoncés par le PDG de l’Anti Defamation League (ADL), Jonathan Greenblatt, qui a déclaré que son utilisation du mot « apartheid » était « fausse, haineuse et incendiaire ». La Democratic Majority for Israel, qui cherche à renforcer le soutien à l’État juif parmi les démocrates, a accusé Tlaib de se livrer à une « calomnie de meurtre rituel ».

Ces déclarations ont été remarquées par le sénateur républicain Lindsey Graham, qui a demandé au candidat du président américain Joe Biden au poste de secrétaire d’État, Antony Blinken, s’il pensait également qu’Israël était un « État raciste ».

Blinken a répondu par la négative.

Au cours de cette même audience, M. Kaine a présenté son propre point de vue sur la question.

« Il y a une campagne de vaccination en cours en ce moment qui, en Israël, est considérée comme l’une des plus importantes et des plus innovantes au monde en termes de vaccination d’un pourcentage élevé de personnes. Mais pratiquement personne en Palestine [sic] n’a été vacciné, et le ministre israélien de la Santé a déclaré : ‘Lorsque nous en aurons fini avec nos citoyens, alors nous concentrerons notre attention sur nos voisins’, a déclaré M. Kaine. Les Palestiniens sont dans cet espace étrange où ils ne sont en quelque sorte pas dans un de leurs propres pays ou dans un pays, mais ils ne sont pas considérés comme des citoyens, ils sont considérés comme des voisins. C’est le genre de chose qui suggère que nous devons vraiment trouver un moyen d’avancer ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...