Des députés haredi furieux contre Gantz qui s’est comparé au bègue Moïse
Rechercher

Des députés haredi furieux contre Gantz qui s’est comparé au bègue Moïse

Yaakov Litzman, le chef de Yahadout HaTorah, s'est dit "horrifié" par la comparaison et a appelé Gantz à faire preuve de modestie

Une grande affiche électorale pour Kakhol lavan avec les mots "gouvernement d'unité laïc" et une photo de Benny Gantz, à Tel Aviv, le 9 septembre 2019. (Flash90)
Une grande affiche électorale pour Kakhol lavan avec les mots "gouvernement d'unité laïc" et une photo de Benny Gantz, à Tel Aviv, le 9 septembre 2019. (Flash90)

Des dirigeants ultra-orthodoxes sont furieux contre le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz après qu’il s’est comparé à la figure biblique de Moïse.

Interrogé au sujet des différentes gaffes qu’il a pu faire au cours d’interviews, le néophyte en politique a déclaré : « Je préfère un Premier ministre qui pense à ce qui est le mieux pour le peuple, considère le peuple comme un égal, même s’il fait parfois une erreur ».

« Moïse était bègue et il a demandé [à son frère] Aaron de parler à sa place, mais il était un grand dirigeant, pas vrai ? Il n’était pas un grand orateur. Nous allons y arriver ».

Yaakov Litzman, le chef de Yahadout HaTorah, s’est dit « horrifié » par la comparaison et a appelé Gantz à faire preuve de modestie.

Yisrael Eichler, également du parti Yahadout HaTorah, a déclaré : « Moïse est allé avec Aaron, le prêtre, qui bénissait Israël d’amour. A l’inverse, Gantz va avec Balaam pour maudire Israël avec une haine éternelle ».

L’alliance de Gantz avec le laïc Yair Lapid et ses récentes déclarations pour insister sur le fait qu’il formera un gouvernement laïc ont provoqué la colère de députés haredi.

Parallèlement, les séries d’attaques entre le parti laïc Yisrael Beytenu et les partis ultra-orthodoxes ont continué aujourd’hui, avec des élus qui s’en sont pris les uns aux autres sur les points de vue différents quant au caractère de l’Etat juif.

S’exprimant auprès du site d’information Ynet, le député Yitzhak Cohen du Shas a rejeté l’idée selon laquelle il y a une coercition religieuse dans la vie publique israélienne.

Yitzhak Cohen, membre du parti Shas à la Knesset, participe à une réunion du parti à la maison du président du Conseil des Sages de la Torah, le rabbin Shalom Cohen, à Jérusalem, le 31 octobre 2016. (Yaakov Cohen/Flash90)

« Il y a une coercition laïque, a-t-il affirmé. Avidgor Liberman d’Yisrael Beytenu « se rend pendant le Shabbat dans un magasin qui vend du proc et il le fait en public pour se moquer [de nous]. C’est de la coercition laïque. Il s’est rendu à Tiv Taam, un magasin qui vend du porc. Il mange du porc ».

Le député Eli Avidar d’Yisrael Beytenu a qualifié Cohen de « bizarre » et il a dit qu’il « a besoin de s’habituer au fait que le Shas ne sera pas dans le prochain gouvernement ».

Liberman, qui pourrait bien être le faiseur de roi après le vote national, a comme projet de forcer un gouvernement laïc avec le Likud, son parti et Kakhol lavan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...