Des médecins israéliens sauvent un bébé philippin à Jérusalem
Rechercher

Des médecins israéliens sauvent un bébé philippin à Jérusalem

Les cardiologues de Hadassah ont utilisé une méthode brésilienne pour traiter un bébé d'un jour né dans un hôpital de Jérusalem-Est avec une maladie cardiaque rare

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le Dr Julius Golender, à gauche, et le Dr Gavri Sagi posent pour une photo avec la mère philippine Nina et son bébé Francis Joseph, qui est né avec une malformation cardiaque rare et dont la vie a été sauvée à l'hôpital Hadassah de Jérusalem en février 2018. (Hôpital Hadassah)
Le Dr Julius Golender, à gauche, et le Dr Gavri Sagi posent pour une photo avec la mère philippine Nina et son bébé Francis Joseph, qui est né avec une malformation cardiaque rare et dont la vie a été sauvée à l'hôpital Hadassah de Jérusalem en février 2018. (Hôpital Hadassah)

Le Dr Julius Golender a l’habitude d’aider l’hôpital du Croissant-Rouge de Jérusalem-Est, car le centre médical ne dispose pas d’un service de cardiologie pédiatrique – son domaine d’expertise.

Mais quand il a reçu un appel urgent le mois dernier, il était clair que « c’était un cas compliqué », a-t-il dit.

Le 14 février, un petit garçon philippin, Francis Joseph, est né à l’hôpital du Croissant-Rouge avec une malformation cardiaque rare et grave, qui menaçait de le tuer s’il n’était pas traité.

Le bébé nécessitait une opération à cœur ouvert complexe et risquée connue sous le nom de procédure Jatene. L’hôpital de Jérusalem-Est n’avait pas les équipements nécessaires, contrairement à l’hôpital Hadassah de Golender dans le quartier Ein Kerem.

Le bébé est né avec une malformation connue sous le nom de TGV ou Transposition des Grands Vaisseaux, ses artères n’étaient pas correctement connectées à son cœur et, dans son cas, les ouvertures des cavités cardiaques étaient également malformées. Elles étaient si petites qu’elles empêchaient son sang d’être pompé.

Sa mère Nina, une ouvrière étrangère de 41 ans originaire des Philippines, ignorait que son bébé allait naître avec ce défaut et les médecins de la salle d’accouchement n’étaient pas préparés lorsqu’ils ont découvert qu’il avait des problèmes respiratoires, un pouls faible, et une couleur de peau bleue due au manque d’oxygène. Elle a donné la permission à l’hôpital de faire état du cas de son fils, mais a demandé à être identifiée seulement par son prénom.

Après avoir parlé avec le Dr Nasser à l’hôpital du Croissant-Rouge, Golender a consulté ses collègues cardiologues pédiatriques de Hadassah, le Dr Juma Natshe et le Dr Sagi Gavri, qui l’ont aidé à élaborer un plan d’action.

Dans un premier temps, ils ont du stabiliser l’état du bébé en effectuant une procédure connue sous le nom de cathétérisme cardiaque, dans laquelle un tube est inséré dans la valve cardiaque malformée de Francis Joseph afin de permettre au sang riche en oxygène de passer des poumons au reste du corps.

Ce n’est qu’alors qu’ils ont été en mesure de déplacer le bébé de l’hôpital du Croissant-Rouge à Hadassah afin d’effectuer la chirurgie à cœur ouvert nécessaire pour corriger la transposition des grands vaisseaux. La procédure Jatene porte le nom de son créateur, le célèbre cardiologue brésilien, le Dr Adib Jatene, qui l’a élaborée avec succès en 1975.

Les trois médecins ont reçu la permission de la direction de l’hôpital et se sont rendus rapidement à Jérusalem-Est, où l’hôpital avait déjà préparé la salle d’accouchement pour le cathétérisme d’urgence.

Dr Adib Jatene, un médecin brésilien qui a créé une procédure pour réparer un défaut congénital grave dans lequel les vaisseaux sanguins sont mal connectés au cœur. (Elza Fiúza / Agência Brésil / Wikimedia / CC BY 3.0 br)

Les médecins ont expliqué la nature du défaut du bébé et les mesures requises à sa mère, Nina, qui était naturellement en détresse, après avoir accouché.

« J’ai été surprise lorsque soudainement ces experts de Hadassah se sont présentés à l’hôpital du Croissant-Rouge, et à mon avis, c’était un miracle », a déclaré Nina.

Le cathétérisme cardiaque a réussi et l’état du bébé a commencé à se stabiliser, mais les médecins ont dû attendre un jour avant de pouvoir le déplacer.

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions faire pour qu’il soit possible d’opérer le nouveau-né à Hadassah et soigner le problème cardiaque avec lequel il est né, et qui a causé ce problème médical extrêmement compliqué », a dit Sagi, peu de temps après le cathétérisme.

Hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem, le 29 mai 2017. (Hadas Parush / Flash90)

Le jour suivant, Francis Joseph a été transféré à Hadassah et le chirurgien cardiothoracique, le Pr Eldad Erez, a commencé la procédure de Jatene, dans laquelle il a retiré les artères et les veines mal connectées, puis les a réinsérées dans la configuration appropriée.

L’opération réussie a pris un peu plus de cinq heures, selon l’hôpital.

L’état du bébé a commencé à se stabiliser et il a été transféré à l’unité de soins intensifs de l’hôpital.

Après l’opération, Erez a laissé la poitrine du bébé ouverte au cas où il y aurait un quelconque gonflement et pour permettre aux médecins d’avoir plus facilement accès à son cœur au cas où des opérations supplémentaires seraient nécessaires. Ce n’était pas lié à une complication spécifique, il s’agissait d’une partie standard de la procédure Jatene.

« Ce n’est pas un cas que mon équipe et moi-même rencontrons tous les jours, mais nous n’avions pas l’intention d’abandonner. »

Le 16 février – deux jours après sa naissance – le torse de Francis Joseph a été recousu.

Erez a dit que le problème du bébé était extrêmement rare.

Nina a remercié les médecins et l’hôpital d’être intervenus et d’avoir effectué l’opération chirurgicale qui a sauvé son fils. «Nous étions sans aucun doute très chanceux que l’hôpital Hadassah se soit impliqué et ait sauvé mon enfant et ma famille», a-t-elle déclaré.

Quelques semaines après l’opération, Francis Joseph a quitté l’hôpital et a été autorisé à rentrer chez lui.

Il est retourné à l’hôpital ce mois-ci pour un examen médical.
Ses médecins disent qu’il est « en bon état, actif et souriant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...