Discours intégral de Netanyahu après l’annonce du plan de Trump
Rechercher

Discours intégral de Netanyahu après l’annonce du plan de Trump

"Le cœur même de la Terre d'Israël a été scandaleusement qualifié de territoire illégalement occupé. M. le Président, aujourd'hui, vous percez ce gros mensonge," a dit Netanyahu

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a répondu à la présentation par le président américain Donald Trump de la vision de son administration « De la paix à la prospérité », dans un discours prononcé dans la salle Est de la Maison Blanche le 28 janvier 2020. Voici le texte officiel intégral du discours du Premier ministre israélien.

PREMIER MINISTRE NETANYAHU : Au Moyen-Orient, on boit de l’eau avant un long voyage. C’est un voyage extraordinaire.

Président Trump, Donald : Je suis honoré d’être ici aujourd’hui, avec mon épouse Sara, le ministre Yariv Levin, l’ambassadeur Ron Dermer – et, Ron, merci pour tout ce que vous avez fait – (applaudissements), le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben Shabbat – merci aussi, Meir – (applaudissements), et toute notre délégation.

Nous sommes honorés d’être ici avec vous, Monsieur le Président ; avec le secrétaire d’État Mike Pompeo – (applaudissements) – nous vous applaudissons, Mike ; le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin ; le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien ; l’ambassadrice américaine aux Nations unies Kelly Craft – (applaudissements) ; Jared Kushner et Ivanka – c’est bon de vous voir tous les deux. (Applaudissements.) C’est bon de voir l’ambassadeur David Friedman – (applaudissements), d’une énergie et d’un optimisme sans faille – Jason Greenblatt, Avi Berkowitz, Brian Hook, et le reste de votre plan de paix exceptionnel, Monsieur le Président.

Il est bon d’être ici avec les autres éminents membres de votre administration, avec les sénateurs et les membres du Congrès qui sont les plus grands amis d’Israël au Capitole. Je vous remercie. (Applaudissements.) Merci.

Avec les ambassadeurs des Émirats arabes unis, de Bahreïn et d’Oman, quel plaisir de vous voir ici – (applaudissements) – et quel signe cela laisse présager – j’allais dire « de l’avenir ». Quel signe il laisse présager du présent. (Applaudissements.)

À vous tous et aux nombreux autres invités de marque qui sont ici aujourd’hui : il s’agit d’un jour historique. Et il rappelle un autre jour historique. Nous nous souvenons du 14 mai 1948, car ce jour-là, le président Truman est devenu le premier dirigeant mondial à reconnaître l’État d’Israël après que notre premier Premier ministre, David Ben-Gourion, a déclaré notre indépendance. Ce jour a tracé un brillant avenir.

Monsieur le Président, je crois qu’au fil des décennies – et peut-être des siècles – nous nous souviendrons aussi du 28 janvier 2020, car ce jour-là, vous êtes devenu le premier dirigeant mondial à reconnaître la souveraineté d’Israël sur des régions de Judée et de Samarie qui sont vitales pour notre sécurité et centrales pour notre patrimoine. (Applaudissements.)

Et en ce jour, vous aussi avez tracé un avenir brillant – un avenir brillant pour les Israéliens, les Palestiniens et la région – en présentant un chemin réaliste vers une paix durable. (Applaudissements.)

Depuis le moment de sa naissance, Israël aspire à la paix avec nos voisins palestiniens et à la paix avec le monde arabe au sens large. Pendant des décennies, cette paix s’est avérée insaisissable, malgré tant de plans bien intentionnés. L’un après l’autre, ils ont échoué. Pourquoi ont-ils échoué ? Ils ont échoué parce qu’ils n’ont pas trouvé le juste équilibre entre la sécurité vitale et les intérêts nationaux d’Israël, et les aspirations des Palestiniens à l’autodétermination.

Trop de plans ont tenté de faire pression sur Israël pour qu’il se retire de territoires vitaux comme la vallée du Jourdain. Mais vous, Monsieur le Président, vous avez reconnu qu’Israël doit être souverain dans la vallée du Jourdain et dans les autres – (applaudissements) – zones stratégiques de Judée et de Samarie.

Plutôt que de vous contenter d’exprimer un intérêt de pure forme pour la sécurité d’Israël et de fermer les yeux, en espérant que tout ira bien, vous avez reconnu qu’Israël doit disposer de la souveraineté dans les endroits qui lui permettent de se défendre, par lui-même. (Applaudissements.)

Pendant trop longtemps – beaucoup trop longtemps – le cœur même de la Terre d’Israël, où nos patriarches ont prié, nos prophètes ont prêché et nos rois ont régné, a été scandaleusement étiqueté comme territoire illégalement occupé. Eh bien, aujourd’hui, Monsieur le Président, vous percez ce grand mensonge. (Applaudissements.)

Vous reconnaissez la souveraineté d’Israël sur toutes les communautés juives de Judée et de Samarie, grandes et petites. (Applaudissements.)

Ce sont, comme le savent très bien les distingués pasteurs qui sont ici, des lieux inscrits dans les pages de la Bible. Ce sont des lieux gravés dans le socle de notre civilisation commune : le tombeau sacré de Hébron où sont enterrés les pères et les mères du peuple juif ; Beit El, où Jacob a rêvé d’une échelle pour monter au ciel ; Shiloh, où l’Arche d’alliance qui a abrité les Dix Commandements pendant 10 siècles – pendant 10 siècles. Pendant – pardon, pendant des siècles. C’est ce qui s’est passé à Shiloh.

Grâce à vous, Monsieur le Président, ces régions et tant d’autres qui, pendant des millénaires, ont été gravées dans l’âme du peuple juif et ont enflammé l’imagination de millions de personnes dans le monde et à travers le monde – ces régions seront désormais reconnues par les États-Unis comme faisant partie intégrante de l’État juif. (Applaudissements.)

Monsieur le Président, en raison de cette reconnaissance historique, et parce que je crois que votre plan de paix trouve le bon équilibre là où d’autres plans ont échoué, j’ai accepté de négocier la paix avec les Palestiniens sur la base de celui-ci. (Applaudissements.)

C’est un grand plan pour Israël. C’est un grand plan de paix. En toute honnêteté, Monsieur le Président, étant donné tout ce que vous avez déjà fait pour Israël, je ne suis pas surpris. Vous avez été le meilleur ami qu’Israël ait jamais eu à la Maison Blanche. (Applaudissements.) En toute honnêteté, bien que nous ayons eu de grands et remarquables amis dans ces salles, c’en est loin. (Applaudissements.)

Vos décisions historiques de reconnaître Jérusalem comme capitale
d’Israël ; de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan ; de réaffirmer les revendications juridiques d’Israël en Judée et en Samarie ; de tenir tête à l’Iran ; de vous retirer de ce dangereux accord avec l’Iran ; d’affronter – « affronter » n’est pas le bon mot – d’éliminer Qasem Soleimani – (applaudissements) ; de soutenir et d’encourager une coopération incroyable entre Israël et les États-Unis dans les domaines militaire et stratégique et dans celui du renseignement – tout cela témoigne de l’amitié et de la profondeur de votre leadership et de votre engagement envers Israël.

Dès notre toute première rencontre ici à la Maison Blanche, il y a trois ans, vous avez à plusieurs reprises exprimé clairement votre engagement à aider Israël à réaliser la paix avec les Palestiniens et la paix avec le reste du monde arabe.

Monsieur le Président, je partage cet engagement et je me réjouis de travailler avec vous pour parvenir à une paix qui préservera la sécurité d’Israël, assurera aux Palestiniens la dignité et leur propre vie nationale et améliorera les relations d’Israël avec le monde arabe.

Votre plan de paix fait avancer tous ces objectifs. Tout d’abord, il s’attaque à la cause profonde du conflit en insistant sur le fait que les Palestiniens devront enfin reconnaître Israël comme l’État juif. (Applaudissements.)

Deuxièmement, il stipule qu’Israël conservera le contrôle de la sécurité dans toute la zone à l’ouest du Jourdain, accordant ainsi à Israël une frontière orientale permanente – une frontière orientale permanente pour nous défendre de l’autre côté de notre plus longue frontière. C’est quelque chose que nous avons désiré ardemment. (Applaudissements.) Nous avons maintenant cette frontière reconnue.

Troisièmement, votre plan prévoit le désarmement du Hamas et la démilitarisation de Gaza. (Applaudissements.)

Quatrièmement, il indique clairement que le problème des réfugiés palestiniens doit être résolu en dehors de l’État d’Israël. (Applaudissements.)

Cinquièmement, il appelle à ce que notre ancienne capitale, Jérusalem, reste unie sous la souveraineté d’Israël. (Applaudissements.) Il garantit bien sûr que les sites religieux restent accessibles à toutes les confessions. Et il maintient le statu quo sur le mont du Temple.

Sixièmement, votre plan ne déracine personne de sa maison – Israéliens et Palestiniens. Au contraire, il propose des solutions innovantes permettant aux Israéliens d’être connectés à Israël et aux Palestiniens d’être également connectés entre eux. C’est – ça aide d’avoir ces gens de l’immobilier, vous savez ? (Rires.) Ils – ils peuvent trouver –

PRÉSIDENT TRUMP : C’est vrai.

PREMIER MINISTRE NETANYAHU : – ils peuvent inventer des choses auxquelles les êtres humains normaux ne pensent pas. (Rires) Et c’est ce qu’ils ont fait.

M. le Président, Israël veut que les Palestiniens aient une vie meilleure. Nous voulons qu’ils aient un avenir de dignité nationale, de prospérité et d’espoir. Votre plan de paix propose aux Palestiniens un tel avenir. Votre plan de paix propose aux Palestiniens une voie vers un futur État.

Je sais qu’il leur faudra peut-être beaucoup de temps pour arriver au bout de ce chemin. Il se peut même qu’il leur faille beaucoup de temps pour arriver au début de ce chemin. Mais si les Palestiniens sont vraiment prêts à emprunter cette voie, s’ils sont vraiment prêts à faire la paix avec l’État juif et s’ils acceptent de respecter toutes les conditions que vous avez mises en avant dans votre plan, Israël sera là. Israël sera prêt à négocier la paix immédiatement. (Applaudissements.)

Quelle que soit la décision palestinienne, Israël préservera le chemin de la paix dans les années à venir. Pendant au moins quatre ans, Israël maintiendra le statu quo dans les domaines que votre plan ne désigne pas comme faisant partie d’Israël.

Dans le même temps, Israël appliquera ses lois à la vallée du Jourdain, à toutes les communautés juives de Judée et de Samarie, et à d’autres zones que votre plan désigne comme faisant partie d’Israël et que les États-Unis ont accepté de reconnaître comme faisant partie d’Israël. (Applaudissements.) Ça me plaît.

Cette décision protégera la sécurité d’Israël, garantira l’intérêt national d’Israël et laissera ouverte la possibilité d’un règlement politique avec les Palestiniens dans les années à venir.

Monsieur le Président, j’espère que les Palestiniens adhéreront à votre vision de la paix – qu’ils adopteront le plan pour lequel vous, votre équipe et nous avons travaillé si dur. J’espère qu’ils saisiront l’occasion offerte par votre plan économique de grande envergure. Je l’ai lu. Il faut un talent considérable pour rejeter 50 milliards de dollars d’investissements. Je sais ce que cela fait à une économie. Je sais ce que cela va faire à la vie des Palestiniens. Je sais ce que cela fera à la jeunesse de la région. J’espère que les Palestiniens s’en réjouiront et bâtiront, avec Israël, un avenir de prospérité et de paix.

J’espère également que nos autres voisins arabes adopteront votre vision et forgeront un chemin de réconciliation avec Israël qui puisse créer pour nous tous un avenir brillant.

Monsieur le Président, je tiens à féliciter votre fantastique équipe – il n’y a pas d’autre mot – votre fantastique équipe de paix pour tout son travail.

Jason Greenblatt. (Applaudissements.) Merci, Jason, pour le travail formidable que vous avez accompli en tant qu’envoyé de paix américain pendant près de trois ans.

Avi Berkowitz, merci d’être sorti – (applaudissements) – merci, Avi, d’être sorti de votre important rôle en coulisses – et d’avoir travaillé de façon compétente ces derniers mois pour mener à bien ce plan.

Ambassadeur David Friedman. Merci, David. (Applaudissements.) Merci pour votre contribution essentielle à cet effort et pour le travail formidable que vous faites chaque jour pour renforcer la grande alliance entre Israël et l’Amérique. (Applaudissements.)

Et, Jared Kushner, sans votre sagesse, votre persistance, votre détermination, ce jour ne serait jamais arrivé. (Applaudissements.) Je sais ce que l’avenir juif représente pour vous et pour votre famille. Eh bien, Jared, aujourd’hui, vous avez contribué à assurer cet avenir. L’État juif vous doit et doit au président Trump une dette de gratitude éternelle. (Applaudissements.)

Monsieur le Président, en ce jour historique du 14 mai 1948, David Ben Gurion et le président Truman ont dû prendre une décision fatidique. Nombreux sont ceux qui soutenaient que Ben Gurion ne devait pas déclarer l’indépendance d’Israël. Beaucoup ont fait valoir que le président Truman ne devait pas reconnaître l’État juif. Mais les deux dirigeants ont compris l’ampleur de ce moment. Ils ont saisi ce moment et ont changé l’histoire.

Comme vous, M. le Président, je comprends l’ampleur de ce moment. Avec vous, M. le Président, je suis prêt à saisir l’occasion et à changer l’Histoire. Je sais qu’il y aura de l’opposition, il y a toujours de l’opposition. Je sais qu’il y aura de nombreux obstacles sur le chemin – beaucoup de critiques. Mais nous avons un vieux dicton juif : « Si ce n’est pas maintenant, quand ? Et si ce n’est pas nous, qui ? » (Parle en hébreu.)

Monsieur le Président, votre accord du siècle est l’opportunité du siècle. Et soyez assuré qu’Israël ne manquera pas cette occasion.

M. le Président, Donald : Israël a la chance de bénéficier de votre amitié et de votre puissant leadership. Et Israël est béni de bénéficier de l’amitié de la plus grande puissance sur Terre, les États-Unis d’Amérique.

Que Dieu bénisse l’Amérique. (Applaudissements.) Que Dieu bénisse Israël. (Applaudissements.) Et que Dieu nous bénisse tous de sécurité, de prospérité et de paix. Je vous remercie. (Applaudissements.)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...