Du survivant de Schindler à Eichmann, Kingsley passe du côté humain de l’horreur
Rechercher
Interview

Du survivant de Schindler à Eichmann, Kingsley passe du côté humain de l’horreur

Dans "Opération Finale", la star joue l'un des principaux organisateurs de la Solution finale d'Hitler et dédie son interprétation à Elie Wiesel

Ben Kingsley dans le rôle d'Adolf Eichmann dans 'Operation Finale'. (Avec l'aimable autorisation de MGM)
Ben Kingsley dans le rôle d'Adolf Eichmann dans 'Operation Finale'. (Avec l'aimable autorisation de MGM)

NEW YORK – Sir Ben Kingsley, à quelques mois de ses 75 ans, m’attend dans une chambre d’hôtel. Dans la salle, les publicistes zooment alors que les journalistes tuent le temps. Dans une autre pièce est assis Oscar Isaac, dans une autre Nick Kroll, quelque part à un autre étage se trouve le metteur en scène Chris Weitz. Tous sont ici pour la promotion de « Opération Finale », le film plutôt réussi dans lequel une bande d’espions traque, capture et enlève un criminel de guerre.

Pour certains, il ne s’agit que d’un autre film hollywoodien. Pour les Juifs et les sionistes, l’affaire Eichmann est une affaire fondamentale. Lors de la diffusion de son procès très médiatisé de 1961, la plupart des partisans d’Israël ont convenu que ce n’est qu’en montrant au monde – dans les moindres détails – l’énormité de la tentative de génocide nazi, que les gens commenceraient à comprendre la nécessité d’un État juif.

Dans l’ensemble, le film de Weitz est à la fois divertissant et, faute d’un meilleur mot, important. Lorsqu’un David Ben Gurion sagace interrompt une fête d’adieu avant que l’équipe ne se rende en Argentine et leur dit « ne foutez pas tout en l’air », cela suscite à la fois un rire et des frissons.

Toutes les interprétations sont réussies, mais Kingsley, si réputé pour son jeu d’hommes justes, a été un choix inspiré pour interpréter le concepteur de la solution finale, Adolf Eichmann.

L’acteur britannique d’origine mi-indienne était un acteur de télévision au succès modeste avant d’atteindre une renommée mondiale et de remporter tous les prix imaginables en 1983 pour le rôle de Mahatma Gandhi. Plus tard, il a interprété Simon Wiesenthal, chasseur de nazis, et Otto (père d’Anne) Frank. En 1993, il a été co-vedette dans « La Liste de Schindler » dans le rôle d’Itzhak Stern, une sorte de symbole de la dignité (et du sechel) de tous les survivants de la Shoah.

A travers la porte, j’entends un collègue dire « merci » à Sir Ben, et alors que l’acteur se reprend, son assistant pour la journée lui dit « le suivant est quelqu’un du Times of Israel« . En tant que personne qui fait la promotion de projets auprès de la presse depuis plus de 35 ans, Kingsley peut facilement percevoir ses indices. Ses réponses à mes questions font référence à des gens comme Leah Rabin et Elie Wiesel. Mais il ne s’agit pas d’un simple changement de nom.

Kingsley est un phénomène de plus en plus rare à Hollywood ; quelqu’un qui n’a pas peur de se rallier à Israël. (Il annonce également que « La Liste de Schindler » sera de retour dans les salles de cinéma en décembre – vous l’avez entendu ici en premier).

Vous trouverez ci-dessous une transcription de notre conversation, éditée par souci de clarté.

Vous étiez un jeune homme à l’époque, mais étiez-vous au courant de la capture d’Eichmann lorsque cela s’est produit ?

J’ai des souvenirs de lui dans cette cage en verre. Presque comme un tableau de Francis Bacon. Et je m’en souviens comme le symbole de la création d’Israël en tant que pays extraordinaire, modéré et humain.

Le miracle est qu’ils ne l’ont pas abattu comme un chien ; ils l’ont ramené là-bas pour qu’il soit jugé.

C’est drôle que vous mentionniez la boîte de verre, parce que j’espérais voir cette image dans le film, et nous la voyons à la fin. C’est réjouissant, d’une certaine façon.

Oui, j’ai été très heureux de lire cela dans le script. Très heureux. Parce que j’ai observé des images de lui dans la cage, et mon jeu a eu incontestablement une intensité à ce moment-là.

Il est intéressant de remarquer que vous avez souligné le côté humain d’Israël – il y en a qui prendraient cela comme une déclaration controversée – mais le refus d’utiliser la peine capitale, même avec l’assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin, c’est…

Une seule fois ! Avec Adolf Eichmann.

J’ai rencontré Rabin. Ce fut merveilleux. Nous avons dîné et il m’a demandé de m’asseoir avec lui pendant un moment et nous avons eu une merveilleuse conversation. Puis, après sa mort tragique, j’ai passé du temps avec Leah, sa veuve, en Israël, et plus tard à New York.

Je suis toujours étonné par le niveau d’équilibre entre la justice et la vengeance, et par la façon dont cela a été géré dans le contexte [Eichmann].

Je trouve toujours étonnant qu’il ait été traduit en justice d’une manière civilisée et conforme à la loi, ce qui a permis aux victimes et aux survivants d’avoir un endroit où ils ont pu enfin être entendus.

Évidemment, cela a été cathartique pour eux parce qu’ils n’avaient pas parlé depuis des années. Mais nous avons enfin commencé à mesurer – jamais à comprendre – mais à mesurer l’ampleur de l’énorme tragédie et de la terrible perte qu’il a infligée à l’Europe.

La perte incommensurable de l’imagination, de la science, de la culture, de la langue, de la musique, des arts, de la médecine, de l’architecture.

Oh, la liste est sans fin de ce que nous avons perdu.

Le casting de « Opération Finale ». (Avec l’aimable autorisation de MGM)

Il est communément admis parmi les acteurs que les méchants ne se considèrent jamais comme des méchants, ce qui, à mon avis, pourrait être particulièrement approprié compte tenu de la perception commune d’Eichmann. C’est quelque chose à quoi vous avez pensé ?

Je n’ai pas eu besoin d’y penser, cela était intégré dans le script : « Empêchez le pays que j’aime d’être détruit. » C’était le sens de la justice que les nazis avaient ; ils mettaient en œuvre la volonté de la nation et peut-être même un but plus élevé. Donc son sens de la justice est quelque chose que j’ai tiré de ses victimes. On peut le mesurer en fonction des dommages qu’il a causés, plutôt que sur le plan idéologique.

Je ne l’ai pas abordé sur le plan idéologique. Je n’ai pas participé à ce côté de son portrait. Ce qui a guidé ma main dans la création de son portrait, c’est mon amour pour Simon Wiesenthal, et ma relation avec Miep Gies et Jacqueline van Maarsen, qui étaient des amis et des proches compagnons d’Anne Frank que j’ai rencontrés lorsque j’ai interprété Otto Frank.

Et, bien sûr, rencontrer les survivants de Schindler quand j’ai travaillé avec Steven Spielberg et, enfin, passer du temps avec Elie Wiesel. Mon point de vue sur ce plateau de tournage était donc celui de la victime, et je me suis mis à leur place afin de créer le rôle de leur tortionnaire.

Le criminel de guerre nazi Adolph Eichmann se trouve dans une cabine de verre protectrice entouré par la police israélienne lors de son procès le 22 juin 1961 à Jérusalem. (Photo par GPO)

Le fait d’avoir interprété l’un des grands et illustres survivants de la Shoah dans « La Liste de Schindler » a-t-il atténué toute hésitation à incarner Eichmann ? Ou avez-vous eu des hésitations au départ ?

Pas du tout. Ma première rencontre avec un prophète et héros de la Shoah fut avec Simon Wiesenthal. Simon avait localisé Eichmann à Buenos Aires. J’avais déjà interprété son rôle, alors je connaissais les circonstances et le temps qu’il a fallu au Mossad pour l’écouter.

J’ai passé beaucoup de temps avec Simon et je le connaissais très bien ; nous nous aimions beaucoup.

Tout comme Poldek Pfefferberg et sa femme Mila dans « La Liste de Schindler ». J’ai eu l’occasion de passer des heures avec des survivants et je suis submergé par cette combinaison de deuil inimaginable et de dignité extraordinaire, de sorte que la dernière fois que j’ai rencontré Elie Wiesel, nous avons eu une conversation merveilleuse, et il m’a embrassé en me considérant comme « un amoureux de la vérité et de la sagesse ». Ce sont ses mots. Et je lui ai répondu que le prochain plateau de tournage correspondant à son histoire dans lequel je participerais, je lui dédierais mon interprétation.

Alors, sans hésiter, j’ai accepté le rôle parce que peu après le décès d’Elie, on m’a offert le rôle d’Eichmann et j’ai pensé « Ah ! je vais le faire pour Elie ».

Nobel Prize winner Elie Wiesel (photo credit: Miriam Alster/Flash90)
Elie Wiesel, lauréat du prix Nobel (Crédit photo : Miriam Alster/Flash90)

C’est un sacré film. Important, pertinent mais aussi très divertissant.

C’est un thriller fantastique !

Cela commence et se termine comme un film d’action, puis, au milieu, cela se transforme un peu en un duel entre vous et Oscar Isaac, en tête-à-tête. Je suis curieux au sujet du déroulement des répétitions entre vous deux.

Nous avons eu une lecture très bien organisée du scénario, ce qui était instructif. Et je pense que j’ai dîné avec Oscar une ou deux fois pendant tout le tournage. Je n’ai pas fréquenté mes partenaires. J’ai pensé que cela nuirait à notre dynamique s’ils étaient assis de l’autre côté de la table d’interrogatoire avec moi et que j’étais le type avec qui ils ont dîné la veille. Non pas pour diminuer leur pouvoir de concentration, mais j’ai juste pensé, ‘faisons-le aussi simplement que possible’. Oscar et moi avons à peine discuté de ces scènes. Il est possible qu’il ait parlé avec le réalisateur ; je n’étais pas au courant, mais entre Oscar et moi, c’était « action » et puis bang.

Il y a une scène remarquable dans le film. Très dramatique. Mais, c’est un peu délicat. Vous répondez à l’appel de la nature. Ce n’est pas quelque chose que l’on voit souvent dans les films –

Et cela a dû se produire, parce que tous nos incidents sont basés sur les faits réels. Je veux dire, il est évident que cela a dû se produire plus d’une fois.

Quand vous lisez un scénario, dans la mesure où vous avez participé à tant de projets au cinéma, à la télévision et sur scène, êtes-vous à l’affût de nouveaux défis, et vous vous dites : « Ah, je n’ai jamais fait cela auparavant ! » ?

Eh bien, dans « Iron Man Three », j’y fais allusion en tirant la chasse d’eau et en conseillant aux gens de ne pas y aller pendant 20 minutes, alors…

Mais c’était une occasion intelligente de rappeler aux spectateurs, même avec regret, ‘Regardez, les gars, ce n’était pas un monstre, c’était un homme’. Et je dis même dans le film, ‘Tout le monde chie, papa !’

Ça lui donne un point commun qui fait froid dans le dos. Vous savez, quand il y a des tueurs en série et que les voisins disent : ‘Oh, nous sommes allés au pub, c’était un homme gentil, il était réservé’, tout le monde est toujours choqué de constater que cet homme n’avait rien d’extraordinaire. Ce sont des hommes. Homo sapiens. Cette pensée est terrifiante, mais nous devons en tenir compte.

Liam Neeson, Steven Spielberg et Ben Kingsley (de gauche à droite) prennent la parole sur scène lors de la réunion des acteurs de « La Liste de Schindler » lors du Tribeca Film Festival 2018 à New York le 26 avril 2018. (Jamie McCarthy/Getty Images pour Tribeca Film Festival/AFP)

Plus tôt cette année, il y a eu une projection anniversaire de « La Liste de Schindler ». Cela fait vingt-cinq ans. C’était la première fois que vous la voyiez depuis longtemps ?

Je pense que c’était peut-être à la fin des années 1990. Mais je suis si fier de Steven [Spielberg] qu’il ait pris la décision de rééditer le film en décembre, cet hiver.

J’étais avec Steven à cette projection, et je l’ai embrassé. C’était après que j’ai joué Eichmann, et je suis curieux d’entendre sa réaction, car je sais qu’il est engagé, comme je le suis, comme Elie Wiesel l’était, et Simon l’était et d’autres le sont encore, à – ‘Racontez des histoires’, c’est le début de l’un des plus beaux poèmes d’Elie Wiesel. Je prends donc cela à cœur et nous devons continuer à raconter ces histoires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...