En Israël, Castaner rend hommage aux victimes françaises de l’antisémitisme
Rechercher

En Israël, Castaner rend hommage aux victimes françaises de l’antisémitisme

Le ministre de l'Intérieur s'est recueilli sur les tombes des victimes de l'HyperCacher, des élèves de l'école Ozar Hatorah, de Sarah Halimi et d'Ilan Halimi à Jérusalem

Le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner se rend sur les tombes des victimes de l'attentat de l'école Ozar Hatorah à Toulouse, au cimetière israélien de Givat Shaul à Jérusalem, le 23 janvier 2020. En arrière plan, Eva Sandler, qui a parti son mari et ses deux fils Aryeh et Gabriel lors de cette tuerie antisémite. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner se rend sur les tombes des victimes de l'attentat de l'école Ozar Hatorah à Toulouse, au cimetière israélien de Givat Shaul à Jérusalem, le 23 janvier 2020. En arrière plan, Eva Sandler, qui a parti son mari et ses deux fils Aryeh et Gabriel lors de cette tuerie antisémite. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Alors qu’Israël accueille les dirigeants mondiaux et les survivants de la Shoah pour le Forum mondial de la Shoah et le 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz, le président français Emmanuel Macron s’est engagé jeudi devant la communauté française en Israël à intensifier sa lutte contre « l’antisémitisme qui remonte ».

Pour marquer l’engagement du gouvernement, au même moment son ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est de son côté recueilli dans un cimetière de Jérusalem sur les tombes de Gabriel Sandler, Aryeh Sandler, Myriam Monsonégo et Jonathan Sandler, victimes de la tuerie de 2012 dans l’école juive d’Ozar Hatorah, rebaptisée Ohr Torah, à Toulouse.

Il est aussi allé se recueillir sur les tombes d’Ilan Halimi, enlevé en 2006 puis tué en région parisienne après trois semaines de torture, sur celles de Yoav Hattab, Yohan Cohen, Francois-Michel Saada, Philippe Braham, victimes de l’attentat de l’Hyper Cacher en 2015 et de Sarah Halimi, assassinée à Paris en 2017.

Lors d’un discours adressé à la communauté juive française, le président français a souligné « le besoin d’un procès » sur le meurtre de cette sexagénaire française, défenestrée par Kobili Traoré, qui a été jugé « pénalement irresponsable ».

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...