Rechercher

« Excellente réunion » entre Nitzan Horowitz et un potentiel chancelier allemand

"Quiconque soutient une solution diplomatique avec les Palestiniens n’est pas hostile. C’est même le contraire", a dit le ministre de la Santé après avoir rencontré Olaf Scholz

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz (à gauche) rencontre le ministre allemand des Finances Olaf Scholz à Berlin, le 27 octobre 2021. (Crédit : Twitter)
Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz (à gauche) rencontre le ministre allemand des Finances Olaf Scholz à Berlin, le 27 octobre 2021. (Crédit : Twitter)

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a rencontré le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, candidat au poste de prochain chancelier de l’Allemagne, lors de sa visite à Berlin mercredi.

« L’un des changements importants que nous apportons au sein de ce gouvernement est la réhabilitation des liens avec l’Europe, qui ont été endommagés ces dernières années », a tweeté Horowitz après leur rencontre.
« Quiconque soutient une solution diplomatique avec les Palestiniens n’est pas un élément hostile. C’est exactement le contraire. L’Allemagne et Scholz sont de vrais amis. »

Horowitz dirige le parti de gauche Meretz, qui soutient une solution à deux États. D’autres partis de la coalition, y compris Yamina, de droite du Premier ministre Naftali Bennett, sont farouchement opposés à la création d’un État palestinien.

Horowitz a déclaré que Scholz était « impressionnant et profond » et a qualifié leur réunion d' »excellente ».

Scholz dirige les sociaux-démocrates (SPD), qui ont remporté le plus grand nombre de sièges aux élections législatives du mois dernier. Le SPD est actuellement en pourparlers avec les Verts et les Démocrates libres sur la formation d’un gouvernement. La dirigeante allemande de longue date Angela Merkel ne s’est pas présentée aux élections et démissionnera une fois qu’un nouveau gouvernement sera formé.

L’Allemagne et Israël ont forgé des relations diplomatiques solides dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, Berlin se mobilisant pour la préservation de l’État juif, une forme de pénitence pour la Shoah.

Tout au long de ses 16 années au pouvoir, Merkel a décrit la sécurité nationale d’Israël comme une priorité cruciale de la politique étrangère allemande et a promis la continuité des futurs gouvernements lors d’une visite à Jérusalem ce mois-ci.

Plus tôt mercredi, le gouvernement allemand s’est dit « très préoccupé » par la désignation par Israël de six groupes de la société civile palestinienne de premier plan comme organisations terroristes interdites, dans une décision également condamnée par le parti de Horowitz, Meretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...