Face à la hausse des cas de virus, Israël renforce le respect du port du masque
Rechercher

Face à la hausse des cas de virus, Israël renforce le respect du port du masque

88 personnes ont été testées positives à la COVID-19 depuis mardi soir ; les inspecteurs des villes et de l'immigration vont davantage contrôler l'adhérence aux directives

Des Israéliens - certains portent le masque et d'autres pas - à Tel Aviv, le 9 juin 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens - certains portent le masque et d'autres pas - à Tel Aviv, le 9 juin 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ce sont 88 cas de coronavirus qui ont été confirmés dans la nuit de mardi à mercredi, a fait savoir le ministère de la Santé, ce qui révèle une tendance à la hausse des infections dans le pays depuis que ce dernier a pris la décision d’alléger les restrictions mises en place dans la lutte contre la maladie, le mois dernier.

Le nombre de cas actifs a grimpé à 2 761, selon les chiffres du ministère de la Santé, après avoir plongé à moins de 2 000, le mois dernier.

31 personnes se trouvent dans un état grave suite à une infection à la COVID-19 et notamment 24 qui sont actuellement placées sous respirateur. 41 personnes se trouvent dans un état modéré. Les autres n’affichent que des symptômes légers ou sont asymptomatiques.

Le bilan des décès consécutif à la maladie reste inchangé, à 299.

Des techniciens effectuent un test de diagnostic au coronavirus dans un laboratoire d’une filiale des services de santé Clalit à Tel Aviv, le 9 juin 2020 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Le ministère a fait savoir que 13 972 personnes ont été dépistées au cours des dernières vingt-quatre heures, ce qui marque un chiffre en baisse continue depuis vendredi, où 16 224 tests avaient été réalisés. Il y a eu, dimanche, 15 023 tests qui ont été effectués et 14 343 dans la journée de lundi.

Mardi, le ministre de la Santé Yuli Edelstein a souligné l’importance d’augmenter le nombre de tests de dépistage quotidiens.

« Notre objectif est de faire plus de 30 000 tests par jour », a-t-il dit.

Au début de la semaine, 179 cas ont été identifiés en 24 heures – ce qui représente le plus grand nombre de cas quotidiens diagnostiqués depuis la fin du mois d’avril. Les responsables ont blâmé un relâchement du respect, par les Israéliens, des mesures mises en vigueur contre le virus, même si des députés et des dirigeants politiques ont également été amenés à bafouer les directives sanitaires.

Des Israéliens – certains portent le masque et d’autres pas – à Tel Aviv, le 9 juin 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné le renforcement du contrôle des directives de distanciation physique, donnant aux responsables municipaux le pouvoir partagé avec la police de faire appliquer le port du masque et de faire respecter l’interdiction des rassemblements. La veille, le gouvernement avait pris la décision de geler un nouvel allègement des restrictions qui aurait autorisé notamment la réouverture des salles de concerts.

Selon un communiqué transmis par le bureau du Premier ministre, les inspecteurs des autorités locales et ceux de l’Autorité de la population et de l’immigration pourront dorénavant imposer le port du masque et mettre un terme aux rassemblements contrevenant aux directives.

Ils auront, de surcroît, le pouvoir de contrôler le respect de la norme dite du « Badge pourpre » pour les entreprises et les centres commerciaux et ils pourront faire appliquer l’obligation de la mise en quatorzaine pour les personnes testées positives au coronavirus, ainsi que pour celles qui ont été à leur contact.

Le communiqué a indiqué que la Fédération des autorités locales préparera un programme de formation pour les inspecteurs municipaux et que le ministère de la Justice mènera toutes les procédures nécessaires pour que les inspecteurs puissent disposer des pouvoirs dont ils auront besoin.

Les responsables de la santé ont attribué une grande part de la hausse récente des cas aux écoles, qui ont rouvert leurs portes au mois de mai après deux mois d’interruption des cours.

Un homme désinfecte une classe au lycée Gymnasia Rehavia de Jérusalem, le 3 juin 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le gouvernement, la semaine dernière, s’est prononcé contre la fermeture de tous les établissements, optant plutôt pour des fermetures ciblées, là où un cas de coronavirus serait diagnostiqué.

Edelstein a averti, mardi, que cette nouvelle recrudescence de coronavirus était susceptible de devenir rapidement « un drame » et il a ajouté que, pour faire baisser ce chiffre sans pour autant réimposer un confinement national, il fallait respecter les règles de distanciation physique de manière aussi stricte que sont appliquées les règles du code de la route.

« Pendant toute l’année 2019, il y a eu 349 morts dans des accidents de la circulation. Au cours des trois derniers mois, 298 personnes ont été tuées par le coronavirus et plus de 18 000 ont attrapé le virus », a commenté Edelstein pendant une visite des centres médicaux du sud de la région du Negev. « Faites le calcul ».

« Nous avançons rapidement vers plus de 200 malades par jour », a dit Edelstein alors qu’il se trouvait à l’hôpital Soroka de Beer Sheva.

« Après une accalmie, c’est le mépris des directives qui est à l’origine de cette hausse. Rien de magique là-dedans : Si vous considérez que les instructions sont seulement des recommandations, le coronavirus ne nous laissera jamais tranquilles. C’est aussi simple que ça », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...