Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Fausses factures et pactole à 1 M d’euros : 10 personnes jugées pour des arnaques

Parmi les prévenus figure Eric Robic, le chauffard français qui avait écrasé l'Israélienne Lee Zeitouni à Tel-Aviv en 2011 avant de prendre la fuite, et son passager Claude Khayat

Un croquis du tribunal montre les accusés français Eric Robic (g) et Claude Khayat (d) jugés le 27 novembre 2014 au tribunal de Paris pour un accident de la route avec délit de fuite à Tel Aviv qui a tué une jeune Israélienne, Lee Zeitouni, 25 ans, et a suscité l'indignation en Israël après que les deux se sont enfuis en France. (Crédit : AFP PHOTO / BENOIT PEYRUCQ)
Un croquis du tribunal montre les accusés français Eric Robic (g) et Claude Khayat (d) jugés le 27 novembre 2014 au tribunal de Paris pour un accident de la route avec délit de fuite à Tel Aviv qui a tué une jeune Israélienne, Lee Zeitouni, 25 ans, et a suscité l'indignation en Israël après que les deux se sont enfuis en France. (Crédit : AFP PHOTO / BENOIT PEYRUCQ)

Des sociétés écrans, des fausses factures, des voitures achetées à crédit puis revendues et un pactole de plus d’un million d’euros qui transite par la Pologne et Israël : dix personnes sont jugées à partir de lundi à Bobigny pour une vaste escroquerie.

Parmi les prévenus figure Eric Robic, le chauffard français qui avait écrasé l’Israélienne Lee Zeitouni à Tel-Aviv en septembre 2011 avant de prendre la fuite, et son passager Claude Khayat.

Les deux hommes n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Déjà condamnés pour escroquerie, ils sont considérés comme les cerveaux de cette nouvelle fraude qui va opérer entre 2013-2014 et faire près d’une centaine de victimes.

Pour mener à bien leur affaire, les protagonistes vont appliquer un véritable manuel de l’escroc.

Les parents de Lee Zeitouni à la cour de justice de Paris – 27 novembre 2014 (Crédit : AFP/Kenzo Tribouillard)

D’abord ils réactivent des sociétés dormantes mais qui possèdent toujours une immatriculation auprès du registre du commerce afin d’appuyer leur crédibilité auprès des banques. Tonio « le ferrailleur » va apporter une mise de fond de 100 000 euros pour les aider à démarrer leur activité.

A la tête de ces compagnies, ils vont placer des gérants de paille, souvent des proches comme leur femme ou leur oncle.

Les prêtes-noms vont ouvrir des comptes bancaires grâce à des bilans comptable falsifiés, des faux avis d’imposition et la complicité de « Manu le banquier ».

L’ex-banquier à la HSBC sert d’entremetteur entre les institutions bancaires et les membres du réseau d’escroquerie. Il obtient des cotations favorables aux sociétés fictives auprès de la Banque de France, précieux sésame pour faciliter l’acquisition d’un crédit.

L’argent en poche, une flopée d’entreprises, dont la principale Métaux Europe, vont pouvoir acheter des voitures en leasing, changer les plaques, puis les revendre à des prix défiant toute concurrence à des garages peu scrupuleux.

Lors des perquisitions dans les locaux de Métaux Europe à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), les enquêteurs vont découvrir un site épuré de… 6m2, composé d’un bureau, d’une chaise et d’un ordinateur.

L’argent collecté par la vente d’au moins 18 véhicules (Smart, Mercedes-Benz, Clio) est transféré grâce à un montage financier sophistiqué vers la Pologne, la Hongrie ou Israël. Les fonds sont ensuite rendus aux malfaiteurs en cash moyennant quelques commissions à différents intermédiaires dont un comptable, M.H. alias « Majax », le prestidigitateur.

Sur le dos de son employeur SAF, partie civile, il va créer de faux comptes fournisseurs avec de fausses factures et va permettre de décaisser l’argent.

Ce mode opératoire rodé va être dupliqué sur d’autres arnaques par la société Groupe Allianz de France (GAF) qui va jouer avec l’ambiguïté du nom de l’assureur Allianz. Ce dernier va obtenir leur condamnation pour concurrence déloyale en 2014.

GAF va embaucher des femmes de l’entourage d’Eric Robic et Claude Khayat sous des fausses identités et les faire passer pour des commerciales.

Elles vont démarcher des artisans trouvés sur les pages jaunes qui pensaient être en lien avec une filiale du groupe d’assurance et leur proposer la création d’un site internet et la mise à disposition d’un portefeuille clients pour 5 000 euros.

Les contrats ne seront jamais honorés et l’escroquerie va délester une cinquantaine d’entreprises pour un préjudice estimé à plus de 200 000 euros.

Les chèques encaissés seront transférés et récoltés en Pologne, les cartes de crédit des sociétés utilisées à des fins personnelles pour acheter du caviar ou s’offrir une escapade à Marrakech ou Tel-Aviv.

Au total, huit hommes et deux femmes, âgés de 41 à 61 ans, sont jugés à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour escroquerie, blanchiment ou recel en bande organisée. Plus d’une vingtaine de sociétés se sont constituées parties civiles. Le procès doit s’achever vendredi.

Les dix prévenus : commercial, comptable, professeur de sport, directeur financier, architecte d’intérieur ou analyste ont reconnu à des degrés divers leur participation à l’escroquerie, certains l’ont justifiée par le remboursement d' »une dette de poker ».

Eric Robic affirmera qu’il devait restituer la caution empruntée à un membre du clan Hornec, des figures du grand banditisme, et « ami d’enfance », après avoir été incarcéré pour homicide involontaire dans l’affaire Zeitouni et pour l’achat frauduleux de 35 000 euros de crustacés.

Lee Zeitouni (Crédit : Autorisation)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.