Rechercher

Feu vert du ministère de l’Environnement au projet de dépollution de la baie d’Akko

Tidhar-Harel Immobilier rachète le site, connu pour ses niveaux élevés de mercure dans les poissons ; le groupe va restaurer le sol et traiter les eaux souterraines

Vue aérienne des ruines de la société Electrochemical Industries Company, aujourd'hui abandonnée, près de la ville d'Akko, dans le nord du pays. (Crédit : Hillel Tatro/Treizième chaîne Screenshot)
Vue aérienne des ruines de la société Electrochemical Industries Company, aujourd'hui abandonnée, près de la ville d'Akko, dans le nord du pays. (Crédit : Hillel Tatro/Treizième chaîne Screenshot)

Un projet de restauration des sols et des eaux souterraines sur un ancien site industriel de la baie d’Akko est en cours après que le ministère de l’Environnement a approuvé de nouveaux plans mardi.

La zone de 25 hectares près de la ville côtière du nord appartenait à l’ancienne Société des industries électrochimiques et est l’un des sites les plus pollués d’Israël.

La Société des industries électrochimiques qui a ouvert ses portes en 1956, produisait du chlore, puis du chlorure de polyvinyle (PVC). Durant ses 20 premières années d’existence, l’usine a déversé ses déchets toxiques en mer jusqu’à ce que les autorités lui ordonnent de traiter ses eaux usées.

En 2003, la société a fermé ses portes, l’usine a été démantelée et le site racheté par la société multi-énergie Delek Yam-Maagan, mais les plans pour le site ne prévoyaient aucune réhabilitation des terres ou des eaux souterraines.

Maintenant que le site a été racheté par le partenariat immobilier Tidhar-Harel, des plans de réhabilitation du site et de réparation des dommages environnementaux sont en cours. Selon le ministère, depuis l’achat du site l’année dernière, le travail d’enquête sur la pollution a été accéléré et des essais pilotes sur les méthodes de réhabilitation ont été lancés.

Pour le traitement des eaux souterraines, un mur de séparation sera érigé entre la zone contaminée et la plage, et les eaux souterraines seront pompées et traitées pendant autant de temps qu’il faudra pour les purifier. Ce traitement devrait permettre de réduire considérablement les fuites d’eaux souterraines contaminées dans la mer, selon le ministère.

Du poisson vendu sur le marché de la Vieille Ville d’Akko dans le nord d’Israël, le 23 mars 2019 (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)

Tidhar-Harel prévoit d’ouvrir un parc logistique sur le site et de dédier la zone nord du site à un usage résidentiel. La plage située près de l’ancienne usine devrait être restaurée et rouverte au public.

Les travaux sur le site devraient commencer dans les mois à venir et comprendront la construction d’un certain nombre d’installations de traitement de l’eau et des sols dans la baie d’Akko, telles qu’une installation de traitement des sols, une installation thermique et une installation de traitement biologique. La réalisation du projet devrait se faire sur plusieurs années.

Les écologistes et les responsables de la santé publique sont depuis longtemps préoccupés par la zone entourant l’ancienne usine, source d’une grave contamination et de l’augmentation des niveaux de mercure dans certaines espèces de poissons comestibles. Les enquêtes annuelles menées par l’Institut israélien de recherche océanographique et limnologique avaient révélé une augmentation telle du mercure dans le poisson, qu’en 2012, près d’un cinquième de tous les spécimens analysés contenaient des niveaux de mercure dépassant les recommandations de consommation sûre. Les responsables ont signalé que le poisson de la baie d’Akko était l’un des principaux responsables de ce problème.

Selon la Convention pour la protection de la mer Méditerranée contre la pollution ou Convention de Barcelone, dans une étude réalisée en 2001, le site était considéré comme l’un des sept points chauds de la pollution en Israël, en raison des émissions de polluants dans la mer Méditerranée. Israël a déjà remédié aux six autres, la zone de la baie d’Akko est la dernière à être traitée.

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...