Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Guterres appelle Israël à « lever les derniers obstacles à l’aide » pour Gaza

Il avait déjà dénoncé samedi en Egypte la "douleur" des Gazaouis, prisonniers "d'un cauchemar sans fin", à l'occasion d'un déplacement au point de passage avec la ville de Rafah

Le secrétaire-général des Nations unies Antonio Guterres, et le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, après une conférence de presse conjointe à la Nouvelle Capitale administrative, à l'Est du Caire, le 24 mars 2024. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)
Le secrétaire-général des Nations unies Antonio Guterres, et le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, après une conférence de presse conjointe à la Nouvelle Capitale administrative, à l'Est du Caire, le 24 mars 2024. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Le patron de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé dimanche au Caire « Israël à lever les derniers obstacles à l’aide » pour la bande de Gaza, exhortant une nouvelle fois Israël et le Hamas palestinien à un « cessez-le-feu immédiat ».

« Quand on regarde Gaza, on dirait presque que les quatre cavaliers de l’Apocalypse galopent au-dessus, semant la guerre, la famine, la conquête et la mort », a dit M. Guterres lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri.

« Le monde entier pense qu’il est plus que temps de faire taire les armes et de mettre en place un cessez-le-feu immédiat », a-t-il ajouté.

Plus tôt dimanche, il a rencontré le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, accompagné du patron de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), Philippe Lazzarini.

Cinq mois et demi d’une guerre dévastatrice ont plongé la bande de Gaza dans une situation humanitaire catastrophique.

La guerre a éclaté le 7 octobre après une attaque sans précédent du Hamas sur le sol israélien qui a entraîné la mort d’au moins 1 160 personnes, la plupart des civils, selon un décompte de l’AFP à partir de sources officielles israéliennes. D’après ces sources, environ 250 personnes ont été enlevées et 130 d’entre elles sont toujours otages à Gaza, dont 33 seraient mortes.

En représailles, Israël a juré d’anéantir le Hamas au pouvoir à Gaza depuis 2007. Son armée a lancé une offensive qui a fait 32 226 morts à Gaza, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du groupe terroriste. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

Illustration : Des enfants palestiniens recevant des rations de nourriture dans le cadre d’une initiative de jeunes volontaires, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

M. Guterres avait déjà dénoncé samedi en Egypte la « douleur » des Gazaouis, prisonniers « d’un cauchemar sans fin », à l’occasion d’un déplacement au point de passage avec la ville de Rafah, située dans le sud du territoire palestinien.

Israël impose un siège complet à Gaza depuis le 9 octobre et contrôle strictement l’aide qui arrive principalement depuis l’Egypte via Rafah. Ces contrôles réduisent, selon l’ONU, le nombre de camions entrant dans le territoire palestinien.

« D’un côté de la frontière, on voit des camions humanitaires à perte de vue, de l’autre une catastrophe humanitaire qui empire chaque jour », a constaté M. Guterres.

Il a également souligné le « rôle politique et humanitaire vital de l’Egypte avec l’aéroport d’al-Arich et le point de passage de Rafah, artères essentielles pour l’entrée de l’aide vitale à Gaza ».

Premier État arabe à avoir reconnu Israël, l’Egypte est un médiateur traditionnel entre Israéliens et Palestiniens. Avec le Qatar, elle a contribué à l’instauration d’une trêve ayant permis fin novembre la libération d’otages et de prisonniers palestiniens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.