Rechercher

Herzog a rencontré Abdallah cette semaine à Amman, selon le cabinet du Président

Signe du réchauffement des relations avant l’arrivée de Biden dans la région, les diplomates ont discuté de "questions stratégiques importantes" et des relations bilatérales

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Isaac Herzog, à gauche, et le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, au palais Al Husseiniya d'Amman, en Jordanie, le 30 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le président Isaac Herzog, à gauche, et le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, au palais Al Husseiniya d'Amman, en Jordanie, le 30 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le Président Isaac Herzog a rencontré le Roi Abdallah de Jordanie plus tôt cette semaine, a annoncé le cabinet du Président mercredi, en prévision de la visite du Président américain Joe Biden dans la région.

La visite de M. Herzog au Palais royal, lundi, a également porté sur « les développements diplomatiques dans la région », selon un communiqué du porte-parole du président.

« Au cours de la réunion chaleureuse, qui s’est tenue à l’invitation du roi Abdallah, le président et le roi ont discuté de questions stratégiques importantes, tant au niveau bilatéral que régional », peut-on lire dans le communiqué.

Le bureau du président s’est refusé à tout commentaire sur les personnes qui accompagnaient Herzog lors de son voyage.

Le cabinet de M. Herzog a déclaré que la visite avait été coordonnée avec le bureau du Premier ministre et le ministère des Affaires étrangères, entre autres.

Les deux dirigeants ont discuté de la nécessité de maintenir la stabilité des relations bilatérales et de « la nécessité d’un dialogue avec tous les acteurs de la région. »

Le ministre jordanien des Affaires étrangères n’avait pas participé au plus important forum de dialogue entre Israël et les pays arabes, le sommet du Neguev de mars. Abdallah effectuait une rare visite à Ramallah alors que les ministres des Affaires étrangères d’Égypte, des Émirats arabes unis, de Bahreïn et du Maroc se rencontraient à Sde Boker.

Vue de la table ronde d’ouverture du Sommet du Néguev, tandis que le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, prononce le discours d’ouverture en compagnie – de gauche à droite – du Secrétaire d’État américain, Antony Blinken, du ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, du ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita, du ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry et du ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid al-Zayani, le 28 mars 2022, à Sde Boker, en Israël. (Crédit : AP Photo/Jacquelyn Martin)

La dernière visite de Herzog à Amman remonte à mars, en pleine vague d’attentats terroristes meurtriers en Israël. Lors de sa rencontre avec Herzog au lendemain d’une attaque terroriste meurtrière à Bnei Brak, Abdallah avait dénoncé « les attaques tragiques contre les civils des deux côtés, et en particulier ce qui s’est passé la nuit dernière ».

« Chaque vie compte », avait alors déclaré Abdallah à Herzog, qui était venu en avion de Jérusalem.

En juillet 2021, Abdallah avait téléphoné à Herzog pour le féliciter de son accession à la présidence d’Israël. Plus tôt dans le mois, le Premier ministre Naftali Bennett avait rencontré le roi de Jordanie en secret au palais royal à Amman, lors du premier sommet entre les dirigeants des deux pays depuis plus de trois ans.

Des fidèles palestiniens à la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple à Jérusalem lors de la dernière prière du vendredi du mois sacré musulman du Ramadan, le 29 avril 2022. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

Les relations avec la Jordanie, qui étaient tendues sous le gouvernement précédent, se sont nettement améliorées au cours de l’année écoulée sous le gouvernement actuel, jusqu’aux tensions qui ont éclaté pendant le mois de Ramadan.

Manifestant son mécontentement à propos des déclarations faites par Amman, Israël avait pris du recul et évité toute visite de haut niveau pendant plusieurs semaines. La semaine dernière, le conseiller à la sécurité nationale Eyal Hulata s’est rendu en Jordanie, premier signe d’une reprise des relations avant la visite de Biden en Israël, en Palestine et en Arabie saoudite du 13 au 16 juillet.

Biden doit arriver à l’aéroport Ben Gurion le 13 juillet. Il y sera accueilli par Yair Lapid, qui devrait déjà être Premier ministre à cette date. Il rencontrera également le Premier ministre sortant Naftali Bennett, avec lequel il a établi des relations au cours de l’année écoulée. Soucieux de ne pas donner l’impression qu’il se mêle des élections en Israël, Joe Biden rencontrera également le chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...