Il y a 2 000 ans, un croyant était venu de loin pour ériger un autel à Banias
Rechercher

Il y a 2 000 ans, un croyant était venu de loin pour ériger un autel à Banias

Une inscription en grec raconte comment Athénée, fils de Sosipater, était venu de la lointaine Antioche pour consacrer un autel au dieu Pan

Une inscription en grec sur un autel de l'ère romaine découvert pendant des fouilles récentes réalisées dans la réserve naturelle de Banias (Crédit : Jonathan Orlin/Autorité de la nature et des parcs)
Une inscription en grec sur un autel de l'ère romaine découvert pendant des fouilles récentes réalisées dans la réserve naturelle de Banias (Crédit : Jonathan Orlin/Autorité de la nature et des parcs)

Un autel remarquable, datant du 2e ou du 3e siècle après l’ère commune, arborant une inscription en grec, a été découverte au cours de fouilles menées dans une église chrétienne antique dans la réserve naturelle de Banias, au nord d’Israël. Selon l’inscription, l’autel avait été consacré par un pèlerin venu de la lointaine Antioche au dieu grec Pan.

L’autel a été trouvé, dans un deuxième usage, dans les murs de l’une des premières églises construites en Israël, découverte lors de fouilles réalisées au pied des cascades à couper le souffle du parc. Cette rare église byzantine, qui remonte à l’an 400 de l’ère commune environ, avait été construite sur un temple de l’ère romaine dédié à Pan, où se trouvait l’autel.

La localisation de ces fouilles de Banias est topographiquement unique dans la mesure où elles combinent une falaise, des sources et une terrasse qui avait été créée, dans les temps anciens, suite à l’effondrement d’une partie du rocher où avait été construit le temple.

Le culte du dieu Pan avait commencé vers le 3e siècle avant l’ère commune, à proximité de la grotte et du ruisseau. Le temple avait pour sa part été construit vers l’an 20 avant l’ère commune. La région était devenue un important centre chrétien avec son propre évêque à partir de l’an 320 après l’ère commune.

Selon l’inscription gravée sur l’autel, Athénée, fils de Sosipater, avait tenu une promesse et finançant et en consacrant un autel à « Heliopolitanus Pan », qui est la combinaison de deux déités, Pan, le dieu des bergers, et Heliopolitanus (connu aussi sous le nom de Jupiter ou Zeus), qui était connu dans la région natale du pèlerin à la frontière turco-syrienne.

L’inscription a été déchiffrée par Avner Acker, professeur à l’université de Bar-Ilan.

L’église byzantine de l’an 400 de l’ère commune environ qui a été découverte lors de fouilles dans la réserve naturelle de Banias (Crédit : Yaniv Cohen)

S’il était pratique de réutiliser des matériaux de construction déjà présents, la position de l’autel dans l’église peut aussi avoir été une manière d’humilier et de rabaisser intentionnellement les païens qui nourrissaient encore de « vieilles » croyances, alors que l’église s’enracinait rapidement à ce moment-là, a fait savoir le professeur Adi Erlich, directeur des fouilles, rattaché à l’université de Haïfa, dans un communiqué.

Erlich a aussi noté que le donateur, Athénée, fils de Sosipater, devait avoir parcouru des centaines de kilomètres pour arriver jusqu’aux cascades de Banias, un site qui était associé depuis longtemps au dieu Pan.

Photo d’illustration : Des visiteurs du parc national de Banias, dans le nord d’Israël, après l’allègement du premier confinement pour cause de coronavirus, le 9 mai 2020. (Capture d’écran/Ynet)

L’autel a été dévoilé lors d’un événement organisé à la résidence du président, à Jérusalem, pour marquer le centième anniversaire depuis la fondation du prédécesseur de l’Autorité israélienne des antiquités.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...