Rechercher

Israël espère faire venir des aides-soignants du Maroc

La ministre de l'Intérieur, Ayelet Shaked, a affirmé travailler au recrutement de nouveaux travailleurs étrangers, originaires du Maroc et du Népal

Des travailleurs philippins et leurs enfants manifestent contre l'arrestation et les expulsion d'enfants de travailleurs étrangers en Israël devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 24 juillet 2019. (Sue Surkes)
Des travailleurs philippins et leurs enfants manifestent contre l'arrestation et les expulsion d'enfants de travailleurs étrangers en Israël devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 24 juillet 2019. (Sue Surkes)

Lundi, lors d’un débat au sein du comité spécial des Affaires des travailleurs étrangers de la Knesset, Ayelet Shaked, ministre de l’Intérieur, a affirmé qu’Israël était en contact avec les autorités marocaines pour la venue en Israël d’aides-soignants originaires du Maroc. Le compte-rendu de la réunion est disponible sur le site de la Knesset.

« Nous travaillons au recrutement de nouveaux travailleurs et à [la conclusion] de nouveaux accords bilatéraux. Nous avons entamé des discussions initiales pour faire venir des travailleurs du Maroc, et il y a une certaine réactivité. De plus, dans un avenir proche, 2 000 aides-soignants népalais viendront dans les maisons de retraite » d’Israël, a-t-elle affirmé, selon le site de la Knesset.

« Quiconque se présente devant le comité humanitaire [au sein duquel sont soumises les demandes de prolongation pour l’emploi d’un travailleur étranger] et remplit les conditions de seuil recevra une autorisation, c’est mon objectif. J’ai une approche clémente. Déjà maintenant, plus de 90 % des demandes soumises au comité sont validées », a-t-elle ajouté.

Néanmoins, en réponse à une question de la présidente du comité de la Knesset, Ibtisam Maraana (Parti travailliste), la ministre Shaked a déclaré que « nous ne changerons pas le nombre d’années pendant lesquelles un travailleur étranger est autorisé à rester en Israël – 13. Nous devons empêcher les immigrants illégaux de s’installer ».

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked lors d’une conférence de presse au ministère des Finances de Jérusalem, le 31 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Interrogée par la députée Maraana au sujet des longues heures de travail des aides-soignants, qui incluent souvent les week-ends, la ministre a répondu que « les travailleurs savent où ils viennent. Nombre d’entre eux préfèrent gagner plus et travailler également le week-end. Je ne pense pas que ce modèle doive être changé ».

En réponse aux propos de la ministre, la députée Maraana a déclaré qu’elle avait l’intention de présenter un projet de loi qui réglementerait les heures de travail et de repos des travailleurs étrangers.

Ibtisam Maraana, membre du Parti travailliste, lors d’une première réunion du parti avec les nouveaux élus à Tel Aviv, le 2 février 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Lors de la réunion, la députée Sharon Roffe Ofir (Yisrael Beitenu) a partagé son expérience personnelle concernant les difficultés rencontrées par les familles des personnes qui ont besoin d’aides-soignants. « Je n’ai pas pu trouver d’aide-soignant pour mon père, et j’ai dû le doucher et changer sa couche », a-t-elle déclaré.

Nir Fogel, de l’Autorité d’immigration et de population, a lui présenté un rapport de son bureau selon lequel, en septembre 2021, environ 23 000 personnes en possession d’un permis pour employer un travailleur étranger dans le secteur des soins n’avaient pas utilisé le dit permis.

Selon cette enquête, 44 % des personnes interrogées ont répondu que plus d’un mois était nécessaire pour trouver un travailleur étranger. 51 % d’entre eux ont affirmé que cela était dû à un manque de main-d’œuvre.

La venue de ces nouveaux aides-soignants étrangers devrait permettre un meilleur tarif pour ces services, actuellement chers en raison précisément d’un manque de concurrence.

A LIRE : Les aides à domicile étrangers en première ligne pour les seniors israéliens

Correction : la première version de cet article comportait une erreur de traduction. Il parait en effet de personnel infirmier et non d’aides à domicile.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...