Israël lance sa campagne de vaccination massive contre la COVID-19
Rechercher

Israël lance sa campagne de vaccination massive contre la COVID-19

Les professionnels de la santé commencent à se faire vacciner ; le chef d'Etat-major sera aussi parmi les premiers ; pour les Israéliens de 60 ans et plus, rendez-vous dès lundi

  • Des employées du secteur médical applaudissent au  à l'hôpital Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Crédit :  Miriam Alster/Flash90)
    Des employées du secteur médical applaudissent au à l'hôpital Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
  • Une infirmière tient un vaccin contre la COVID-19  à l'hôpital Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Crédit :  Miriam Alster/Flash90)
    Une infirmière tient un vaccin contre la COVID-19 à l'hôpital Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
  • Ronni Gamzu, directeur-général du centre médical Sourasky et ancien responsable de la lutte contre le coronavirus se fait vacciner contre la COVID-19 au centre médical Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020.
    Ronni Gamzu, directeur-général du centre médical Sourasky et ancien responsable de la lutte contre le coronavirus se fait vacciner contre la COVID-19 au centre médical Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020.
  • Une employés du secteur médical se fait vacciner contre la COVID-19 en Israël, à l'hôpital Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Crédit :  Miriam Alster/Flash90)
    Une employés du secteur médical se fait vacciner contre la COVID-19 en Israël, à l'hôpital Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La campagne de vaccination d’Israël a été officiellement lancée dimanche matin en commençant par les travailleurs du secteur de la santé, du président et du chef d’Etat-major qui devraient recevoir l’injection contre le coronavirus pendant toute la journée.

Parmi les premiers à bénéficier du vaccin, dimanche, l’ancien responsable de la lutte contre le coronavirus, Ronni Gamzu, qui a repris son travail au sein de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv et le ministre des Finances Israel Katz.

Le président Reuven Rivlin recevra l’injection dimanche dans la matinée, dans un hôpital de Jérusalem. Le chef d’Etat-major Aviv Kochavi bénéficiera de la première dose du vaccin pour servir « d’exemple personnel » pour tous les autres soldats, a expliqué l’armée la semaine dernière.

Dès lundi, les Israéliens de 60 ans et plus et les populations à risque pourront se faire vacciner dans les caisses médicales (HMOs) sur rendez-vous.

Ronni Gamzu, directeur-général du centre médical Sourasky et ancien responsable de la lutte contre le coronavirus se fait vacciner contre la COVID-19 au centre médical Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020.

Le gouvernement espère pouvoir administrer la première dose du vaccin à environ 60 000 personnes par jour – visant les deux millions d’Israéliens d’ici la fin janvier. Mais la presse israélienne a noté que cette première semaine de campagne servirait de programme-pilote, décourageant les attentes de centaines de milliers d’Israéliens qui espéraient pouvoir se faire vacciner d’ici quelques jours.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, samedi soir, est devenu le premier Israélien à recevoir le vaccin contre le coronavirus recevant l’injection en direct à la télévision, et inaugurant ainsi la campagne ambitieuse de vaccination. Il a qualifié cette occasion de « très grand jour » pour la nation.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est fait vacciner samedi soir contre le Covid-19, lançant du même coup la campagne nationale de vaccination contre ce virus en Israël. (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Une petite injection pour l’homme et un pas de géant pour notre santé à tous », a plaisanté Netanyahu depuis le centre médical Sheba à Ramat Gan, reprenant les paroles célèbres de l’astronaute Neil Armstrong après son arrivée sur la lune.

« Si tout le monde coopère, respecte les règles et va se faire vacciner, nous sortirons enfin de cette crise et nous pourrions bien être le tout premier pays du monde à tourner la page de cette pandémie. Faisons-le ensemble », a-t-il dit.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein s’est lui aussi fait vacciner, quelques instants plus tard.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein se fait vacciner contre le coronavirus au centre médical Sheba de Ramat Gan, le 19 décembre 2020. (Crédit : Amir Cohen/Pool/AFP)

Le vaccin consiste en deux doses qui sont administrées à trois semaines d’intervalle.

Le ministère de la Santé a établi des cibles concernant la distribution de ces vaccins.

Après les Israéliens de 60 ans en plus, ce sont les travailleurs dans des secteurs à haut-risque d’exposition du virus qui recevront l’injection – enseignants, travailleurs sociaux, premiers secours et personnels du milieu carcéral (les prisonniers seront aussi prioritaires) – ainsi que les soldats de l’armée israélienne et autres personnels de sécurité.

Le reste de la population se fera vacciner après, le calendrier dépendant du nombre de doses de vaccins arrivant en Israël et du niveau de demandes émanant des groupes prioritaires.

Un infirmier tient des vaccins contre le coronavirus qui viennent d’arriver à l’hôpital Shaarei Tzedek de Jérusalem avant le début de la campagne de vaccination de la population israélienne, le 19 décembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un certain nombre de groupes ne bénéficieront pas du vaccin à ce stade, notamment les personnes guéries de la COVID-19, les femmes allaitantes ou enceintes – ou qui prévoient de l’être bientôt, les personnes présentant des antécédents allergiques importants et les Israéliens de moins de 16 ans.

C’est le vaccin Pfizer qui sera déployé dans cette première série de vaccinations.

Alors qu’environ quatre millions de doses du laboratoire Pfizer devraient être livrées d’ici la fin du mois, la Douzième chaîne a expliqué mercredi que quatre millions de doses supplémentaires devraient arriver d’ici la fin du mois de mars, ce qui ferait un total de huit millions de doses – ce qui serait suffisant pour vacciner quatre millions de personnes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein assistent à l’arrivée d’un avion cargo de DHL transportant le premier lot de vaccins Pfizer à l’aéroport Ben Gurion, le 9 décembre 2020. (Marc Israel Sellem/Pool)

Le pays a également signé un accord stipulant l’approvisionnement de six millions de doses du vaccin Moderna – ce qui permettrait d’immuniser trois millions de personnes – après l’autorisation d’urgence accordée par la FDA (Food and Drug Administration) aux Etats-Unis. Selon la Douzième chaîne, le vaccin de Moderna ne devrait arriver au sein de l’Etat juif qu’au mois d’avril.

Samedi, la Treizième chaîne a fait savoir que les autorités n’avaient d’ores et déjà plus de doses à allouer après en avoir envoyé des dizaines de milliers aux caisses médicales, et qu’aucun calendrier n’avait été défini pour la prochaine livraison de vaccins. Une information qui a été démentie par le directeur-général de la Santé.

« Il y aura des vaccins pour tous les Israéliens et parler de pénurie est faux », aurait dit Chezy Levy, des propos repris par le site d’information Ynet.

Le directeur général du ministère de la Santé Chezy Levy s’exprime lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Flash90)

Levy a aussi appelé, samedi, tous les Israéliens à se faire vacciner. Il a dit devant les caméras de la Douzième chaîne être « excité et heureux » du lancement de la campagne.

Il a également averti qu’Israël se dirigeait vers de nouvelles restrictions pour réduire une hausse des infections – et que le pays pourrait connaître un troisième confinement.

Alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens de la COVID-19 est en augmentation, le cabinet du coronavirus devrait se rencontrer, dimanche, pour évoquer de nouvelles restrictions sur le public avec peut-être une fermeture des commerces pendant plusieurs semaines.

Israël fait face à une recrudescence des nouveaux cas de la maladie. Les infections quotidiennes sont passées à presque 3 000, un chiffre qui est resté stable de mardi à vendredi – ce qui est le plus chiffre le plus élevé depuis plus de deux mois.

Le seuil de réimposition des sanctions qui a été défini par le gouvernement est une moyenne de 2 500 cas quotidiens sur une semaine toute entière, ou un taux de reproduction de base dépassant les 1,32. Ce chiffre était de 1,27 la semaine dernière, selon le ministère de la Santé. Toute valeur dépassant le chiffre 1 signifie que le taux d’infection au coronavirus est en essor.

Parmi les initiatives prises en considération, la fermeture de tous les commerces, dans les rues et dans les centres commerciaux, dans les quelques jours à venir, ainsi que la fin des cours pour certaines classes dans les zones qui se distinguent par un taux d’infection élevé.

Des Israéliens portant le masque attendent au Mamilla Mall de Jérusalem, le 1er décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le chef de la lutte contre le coronavirus, Nachman Ash, a mis en garde les Israéliens, samedi, en leur disant qu’il n’y aurait pas d’effet de la campagne de vaccination avant plusieurs semaines.

« Nous commencerons à voir des résultats après pas moins de deux mois, à dater du lancement du programme d’immunisation », a expliqué Ash. « Malgré le vaccin, nous devons continuer à adhérer aux restrictions. Allez vous faire vacciner mais continuez à respecter les directives en même temps ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...