Israël lave de tout soupçon un pétrolier grec après la marée noire
Rechercher

Israël lave de tout soupçon un pétrolier grec après la marée noire

Cette marée noire, une des pires qu'ait connue Israël depuis des décennies, a résulté du déversement de "dizaines à des centaines de tonnes" de bitume d'un navire

Les plaques de goudron sur les côtes du nord d'Israël, des photos prises depuis un hélicoptère par le directeur de l'Autorité de la nature et des parcs, Shaul Goldstein, le 22 février 2021 (Autorisation)
Les plaques de goudron sur les côtes du nord d'Israël, des photos prises depuis un hélicoptère par le directeur de l'Autorité de la nature et des parcs, Shaul Goldstein, le 22 février 2021 (Autorisation)

Les autorités israéliennes ont affirmé dimanche avoir lavé de tout soupçon un pétrolier grec suspecté d’être responsable d’une importante marée noire sur le littoral méditerranéen israélien.

Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, entrainant le déversement de tonnes de goudron sur les plages, depuis Rosh Hanikra, au nord près du Liban, jusqu’à Ashkelon, au sud à la limite de la bande de Gaza.

Le ministère israélien de l’Environnement a déclaré qu’à la « suite de l’ouverture d’une enquête en Grèce sur le pétrolier Minerva Helen, ce dernier n’est pas impliqué dans la pollution au goudron sur les plages israéliennes ».

Cette marée noire, une des pires qu’ait connue Israël depuis des décennies, était le fait de déversement de « dizaines à des centaines de tonnes » de bitume d’un navire, selon des premières indications du ministère.

Des équipes de l’armée, des civils et des membres d’ONG avaient parcouru les côtes du pays afin de nettoyer les plages.

La Douzième chaîne israélienne avait suspecté le Minerva Helen d’être à l’origine du drame écologique en raison de son emplacement en mer avant la tempête. La compagnie avait nié.

Des inspecteurs du ministère de l’Environnement sont arrivés en Grèce samedi pour mener l’enquête en coopération avec les autorités locales.

L’enquête « a exclu ce navire comme la source de la pollution », selon le ministère.

Gila Gamliel, ministre de la Protection de l’environnement, assiste à un débat de la commission de l’économie de la Knesset sur la consignation des bouteilles, 14 septembre 2020 (Autorisation)

« Nous nous engageons à déployer tous les efforts nécessaires pour localiser le navire responsable de cette marée noire », a affirmé la ministre de l’Environnement, Gila Gamliel.

« Il y des responsables à cette pollution et nous ne laisserons pas impunie cette criminalité environnementale », a-t-elle ajouté.

Selon le ministère, des dizaines de navires ont été suspectés par des inspecteurs israéliens, aidés par des organismes internationaux. Dix d’entre eux ont depuis été écartés de tout soupçon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...