Israël ouvre un nouveau point de passage entre Jérusalem et la Cisjordanie
Rechercher

Israël ouvre un nouveau point de passage entre Jérusalem et la Cisjordanie

Le checkpoint de Dahiat el-Barid sera ouvert tous les jours entre 15h et 17h, il ouvre après des critiques sur les conditions “honteuses” des checkpoints

Capture d'écran d'un reportage de la Deuxième chaîne au checkpoint de Qalandiya, le 15 avril 2016, qui montre les difficultés des travailleurs palestiniens pour passer de Cisjordanie en Israël. (Crédit : capture d'écran de la Deuxième chaîne)
Capture d'écran d'un reportage de la Deuxième chaîne au checkpoint de Qalandiya, le 15 avril 2016, qui montre les difficultés des travailleurs palestiniens pour passer de Cisjordanie en Israël. (Crédit : capture d'écran de la Deuxième chaîne)

Israël a ouvert lundi un nouveau point de passage de Jérusalem vers la Cisjordanie, pour alléger la congestion intense des piétons et des voitures.

Le passage de Dahiat el-Barid sera ouvert tous les jours entre 15h et 17h, de Jérusalem vers Qalandiya uniquement, a annoncé la police.

L’armée a déclaré qu’elle envisageait d’augmenter les horaires dans le futur.

Les conditions difficiles des checkpoints de Cisjordanie sont critiquées depuis longtemps dans les médias israéliens, mais le ministre de l’Agriculture Uri Ariel, d’extrême-droite, a ravivé le sujet le 15 avril quand il a déploré la souffrance des Palestiniens aux points de passage, les décrivant comme « honteux, et un déshonneur pour l’Etat d’Israël et son establishment sécuritaire. »

Quelques jours après la déclaration d’Ariel, la Deuxième chaîne avait évoqué les difficultés du checkpoint de Qalandiya, qui affronte plus de trafic que tout autre point de passage en raison de son emplacement entre Ramallah et Jérusalem.

Palestinian protesters clash with Israeli troops during a demonstration on Friday at Qalandiya checkpoint in solidarity with Palestinian prisoners in Israeli jails. (photo credit: Noam Moskowitz/Flash90)
Des Palestiniens manifestent pour montrer leur solidarité avec les prisonniers palestiniens en Israël au checkpoint de Qalandiya. (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90)

Dans le cadre d’un effort plus large pour améliorer les relations économiques israélo-palestiniennes, le ministère des Finances prévoit d’améliorer les conditions si critiquées aux points de passage, où des dizaines de milliers de Palestiniens entrent chaque jour en Israël depuis la Cisjordanie pour travailler.

Le projet pour améliorer les relations économiques bilatérales appelle à ce que de nouveaux permis de travail soient accordés à 7 800 travailleurs palestiniens, dont certains seront employés dans des domaines spécialisés, comme la high-tech, la médecine et la planification de la construction.

Pour faciliter l’accroissement attendu du passage des travailleurs en Israël, le plan alloue immédiatement 10 millions de shekels (2,4 millions d’euros) pour améliorer les points de passage, et appelle à les « moderniser et agrandir » à un niveau « convenable pour les travailleurs réguliers ».

Une partie du financement total de 100 millions de shekels sera également attribuée à l’amélioration des points de passage, a déclaré un porte-parole du ministère des Finances.

Le checkpoint de Qalandiya a été la semaine dernière la scène de ce que l’armée a appelé une tentative d’attaque au couteau. Des gardes de sécurité privés ont abattu un frère et une sœur palestiniens, Maram Hassan Abu Ismail, 23 ans, et son frère Ibrahim Saleh Taha, 16 ans, après avoir déclaré qu’Ismail avait jeté un couteau sur les troupes. Des proches du duo ont démenti qu’ils aient été armés et aient prévu de mener une attaque.

Lundi également, le ministre de la Défense Moshé Yaalon a annoncé la réouverture prochaine au transfert de marchandises d’un des principaux points de passage entre Israël et la bande de Gaza, fermé depuis au moins 8 ans.

Des Palestiniens arrivent depuis Gaza au point de passage Erez, entre Israël et la bande de Gaza, le 3 septembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des Palestiniens arrivent depuis Gaza au point de passage Erez, entre Israël et la bande de Gaza, le 3 septembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Il n’a cependant pas donné de date exacte pour la réouverture du point de passage d’Erez, au nord de l’enclave palestinienne, prévenant seulement que cela « n’arrivera pas demain ou après-demain ».

« C’est notre intérêt qu’une quantité importante de camions chargés de denrées continue de passer à Gaza. C’est dans notre intérêt que les Gazaouis vivent dans la dignité. A la fois d’un point de vue humanitaire et parce que c’est une façon de protéger le calme, en plus de la dissuasion sécuritaire existante », a déclaré un porte-parole de Yaalon dans un communiqué.

Yaalon a aussi mentionné la nécessité de désengorger le point de passage de Kerem Shalom, seul point de passage des marchandises entre Israël et la bande de Gaza, au sud de l’enclave, et estimé qu’ « au moins la moitié de ce qui passe à Kerem Shalom actuellement » serait redirigé vers Erez.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...