La Finlande va enquêter sur le rôle de certains de ses soldats durant la Shoah
Rechercher

La Finlande va enquêter sur le rôle de certains de ses soldats durant la Shoah

Après la découverte d'un témoignage écrit d'un soldat finnois Waffen-SS, qui décrit le meurtre des Juifs, le gouvernement a décidé de financer une enquête indépendante

Les soldats finnois de la Waffen-SS rentrent aux pays en 1943 (Crédit :  Wikimedia/Creative Commons)
Les soldats finnois de la Waffen-SS rentrent aux pays en 1943 (Crédit : Wikimedia/Creative Commons)

La Finlande va enquêter sur des preuves qui suggèrent que des soldats de son armée étaient impliqués dans le meurtre de Juifs durant la Shoah, a indiqué le président finnois Sauli Niinistö.

L’annonce de l’ouverture de cette enquête, une première en Finlande, a été annoncée mercredi dans une lettre adressée à Efraim Zuroff, le chasseur de nazis pour le Centre Simon Wiesenthal.

Au début du mois, Zuroff a exhorté Niiinistö a ouvrir une enquête, après la découverte d’un témoignage écrit par un officier Waffen-SS finnois, qui a déclaré avoir participé activement au meurtre de Juifs en Ukraine.

« Le gouvernement finnois, en réaction aux préoccupations, va financer une enquête indépendante sur les opérations du Finnish Volunteers Battalion de la Waffen-SS et examinera spécifiquement ses actions en Ukraine », a écrit Hiski Haukkala, secrétaire-général du cabinet du président de la République de Finlande à Zuroff.

« Si des activités criminelles venaient à être découvertes, elles feront l’objet de procédures adéquates », a-t-il ajouté.

Zuroff a déclaré au JTA que l’enquête sera une « évolution importante » d’une procédure de plus grande ampleur en Scandinavie, où le Danemark et la Norvège ont reconnu respectivement le rôle de leurs soldats dans le meurtre de Juifs, seulement en 2014 et 2013.

Simon Wiesenthal Center's Efraim Zuroff. (Photo credit: JTA via Creative Commons)
Efraim Zuroff. (Crédit : JTA via Creative Commons)

Le témoignage qui suggère une complicité active dans la Shoah de la part d’au moins six soldats finnois, a été découvert par Andre Swanström, président de la Finnish Society of Church History.

Swanström a cité une lettre adressée par un soldat SS finnois Olavi Kustaa Aadolf Karpo, à un officier et pasteur militaire, Ensio Pihkala, dans laquelle Karpo déplore la façon dont lui et ses camarades ont été utilisés pour tuer des Juifs, quand, « pour l’exécution de Juifs, des personnes moins qualifiées auraient fait l’affaire ».

Dans leurs lettres, Karpo et ses collègues SS ont aussi protesté sur le fait d’avoir été envoyés à l’usine, alors que leurs frères d’armes ont eu la chance de « tirer dans la tête d’Ivanovichs », une référence aux Russes.

Karpo a émigré au Vénézuela après la Seconde Guerre mondiale, où il est décédé en 1988. Au moins cinq autres Finnois ont participé à des crimes de guerre contre des Juifs, a écrit Zuroff.

En 1941, la Finlande, qui se disputait des territoires avec la Russie depuis des décennies, à rejoint l’Allemagne dans son offensive contre l’Union soviétique. Durant l’hiver 1944-1945, les Finnois se sont battus aux côtés des Allemands.

La Finlande comptait 2 300 Juifs dans son territoire en 1939, qu’elle a refusé de remettre à son allié allemand, malgré les requêtes, selon le musée Yad Vashem, à Jérusalem.

Le projet secret d’un chef de la police, qui visait à déporter 300 juifs non-finnois du pays, a été découvert, et seuls huit ont été remis. Sur ces huit juifs, un seul a survécu à la Shoah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...