La Haute-cour refuse le gel des fonds pour les évacués des avants-postes
Rechercher

La Haute-cour refuse le gel des fonds pour les évacués des avants-postes

Cette requête avait été soumise au mois de mars dernier par Shachar Ben Meir, un avocat qui voyait dans le versement de ces indemnités un encouragement aux constructions sauvages

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Démantèlement par le ministère de la Défense de l'avant-poste illégal d'Amona, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2017. (Crédit : conseil d'Amona)
Démantèlement par le ministère de la Défense de l'avant-poste illégal d'Amona, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2017. (Crédit : conseil d'Amona)

La Haute-cour de justice a rejeté mercredi une demande de gel du transfert de millions de shekels d’indemnisation par le gouvernement aux évacués des avants-postes illégaux construits en Cisjordanie à Amona, Ofra and Netiv Haavot.

Cette requête avait été soumise au mois de mars dernier par Shachar Ben Meir, un avocat qui avait affirmé que les décisions prises par le cabinet au mois de décembre 2016 et au mois de février 2018 d’accepter le versement de telles indemnités encourageraient les constructions sauvages.

« L’Etat ne peut pas indemniser des personnes dont les constructions illégales ont été démolies parce qu’elles avaient été construites sur des terres qui ne leur appartenaient pas. Et s’il décide de le faire, il faut que cela soit conformément à des règles qui sont égales pour tous », avait commenté Ben Meir à ce moment-là, des propos confiés au Times of Israel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...