La police israélienne ferme le mont du Temple aux non-musulmans
Rechercher

La police israélienne ferme le mont du Temple aux non-musulmans

"La France rappelle que toute remise en cause du statu quo est porteuse de risques de déstabilisation," a déclaré le Quai d'Orsay

Des touristes sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 juillet 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Des touristes sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 juillet 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

La police a fermé mercredi l’accès au mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, aux non-musulmans, après des violations des règles du lieu saint par des visiteurs juifs.

Dans un communiqué, une porte-parole de la police a indiqué que la fermeture avait été ordonnée par Yoram Halevy, chef de la police de Jérusalem, et que le groupe de visiteurs juifs qui avaient tenté de prier sur le site en avait été expulsé.

« La police israélienne agit pour faire respecter la loi et les règles du site, et ne permettra à quiconque de violer la loi en aucune manière », pouvait-on lire.

Selon le quotidien Haaretz, les visiteurs juifs sont entrés sur le mont du Temple avec des livres de prières et ont tenté d’y prier, malgré les règles qui interdisent la prière non musulmane.

La police a indiqué qu’elle examinerait la réouverture du mont du Temple aux non-musulmans mercredi après-midi, conformément aux « évaluations de la situation en cours ».

Affrontements entre forces de sécurité israéliennes et manifestants palestiniens devant la porte des Lions de la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 juillet 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Affrontements entre forces de sécurité israéliennes et manifestants palestiniens devant la porte des Lions de la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 juillet 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

En raison des récentes tensions, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est en visite officielle en Hongrie, a discuté mercredi matin de la situation sur le mont du Temple pendant une conférence téléphonique avec les responsables de la sécurité. Aucune décision n’a été prise.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, le chef d’état-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, le chef de la police, Roni Alsheich, le directeur du Shin Bet, Nadav Argaman, et d’autres responsables ont participé à la conférence téléphonique de mercredi matin.

A la question : « Demandez-vous aux autorités israéliennes de retirer les nouvelles mesures de sécurité a l’esplanade des mosquées, dont les détecteurs de métaux, et la fermeture des zones de prières ? », le porte-parole du Quai d’Orsay en France a répondu : « La France est préoccupée par le ravivement des tensions à Jérusalem et particulièrement autour de l’Esplanade des Mosquées [mont du Temple], où la situation s’est dégradée ces derniers jours. Dans ce contexte, la France appelle l’ensemble des parties à s’abstenir de tout acte ou déclaration de nature à aggraver les tensions et à œuvrer à l’apaisement. La France rappelle que toute remise en cause du statu quo est porteuse de risques de déstabilisation. »

Les Palestiniens estiment que l’installation de détecteurs de métaux contribue à changer le statu quo. Israël a – à maintes reprises – indiqué qu’il n’avait aucune intention de changer le statu quo.

Les Jordaniens s’étaient déjà opposés à l’installation de détecteurs de métaux destinés à renforcer la sécurité sur le lieu saint.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...