La zone de prière mixte verra t-elle le jour au mur Occidental ?
Rechercher

La zone de prière mixte verra t-elle le jour au mur Occidental ?

Le ministre de l’Intérieur aurait dit que le compromis pour instaurer la zone n’aboutirait pas : “l’histoire est finie”

Des rabbins réformés hommes et femmes prient ensemble à l'arche de Robinson, le site du mur Occidental qui devrait accueillir les futurs offices égalitaires, à Jérusalem, le 25 février 2016. (Crédit : Y.R/Reform Movement)
Des rabbins réformés hommes et femmes prient ensemble à l'arche de Robinson, le site du mur Occidental qui devrait accueillir les futurs offices égalitaires, à Jérusalem, le 25 février 2016. (Crédit : Y.R/Reform Movement)

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (Shas) a indiqué qu’un accord très annoncé pour établir une section de prières égalitaires au mur Occidental de Jérusalem avait échoué, disant à ses associés que « l’histoire est finie », a annoncé mercredi la Dixième chaîne.

Le compromis a été annoncé en janvier, mais a depuis était intensément critiqué par la communauté ultra-orthodoxe.

Selon le reportage de la Dixième chaîne, les dirigeants ultra-orthodoxes qui avaient signé l’accord n’avaient pas anticipé le niveau de répercussion publique qu’il a suscité dans leur électorat. Les partis ultra-orthodoxes de la coalition, Shas et Yahadout HaTorah, ont à présent effectivement enterré l’accord en menaçant de le faire dérailler et même de quitter le gouvernement s’il devait avancer.

Deri avait déclaré lundi que son parti ne siègerait pas dans un gouvernement qui reconnaissait le mouvement juif réformé.

Le ministre de l'Intérieur, Aryeh Deri (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

« Nous ne siègerons pas dans un gouvernement qui reconnaît le [mouvement] réformé, pas vis-à-vis du mur Occidental, pas vis-à-vis du mariage et ni du divorce », avait-il déclaré à la Deuxième chaîne.

Le même jour, le rabbin du mur Occidental Schmuel Rabinowitch, qui avait passé l’accord, avait retiré son soutien et appelé les partis ultra-orthodoxes à passer une loi pour l’abroger.

Une série de dirigeants ultra-orthodoxes a critiqué l’accord. Le jour où le gouvernement israélien a approuvé l’accord, le 31 janvier, le député Moshe Gafni de YaHadout HaTorah a dit que les juifs réformés étaient des « clowns ». Fin février, les grands rabbins d’Israël ont demandé au gouvernement de geler l’accord.

Yizhar Hess, le dirigeant du mouvement conservateur en Israël, a déclaré que Rabinowitz avait reçu l’approbation des partis ultra-orthodoxes avant de signer l’accord. A présent, les mêmes partis n’arrêtent pas de le critiquer.

Deri et ses collègues, a déclaré Hess, « ont poussé le rabbin Rabinowitz sous les roues du bus. »

L’accord étendrait la section non orthodoxe du mur et construirait une entrée partagée pour les deux côtés. Le groupe des Femmes du mur a accepté de déplacer son service mensuel dans la section non orthodoxe une fois que l’accord serait mis en place.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a soutenu l’accord et a depuis clamé qu’il était une preuve de l’engagement d’Israël au respect du judaïsme non orthodoxe.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...